80 km/h sur les routes : les propos de l'association 40 millions d'automobilistes contestés

Publié le 20/02/2018 - 09:59
Mis à jour le 20/02/2018 - 12:04

L'abaissement de la vitesse maximale autorisée "n'a pas permis de réduire la mortalité routière", a affirmé 40 millions d'automobilistes le 13 février 2017 suite à l'expérimentation menée sur 86 kilomètres de routes entre juillet 2015 et juillet 2017. Une portion de 14km a été mise en place sur la RN 57 en Haute-Saône entre Vesoul et Rioz de l'été 2015 à l'été 2017. L'Observatoire national Interministériel de la sécurité routière (ONISR), qui s'appuie sur le travail des forces de l'ordre, des observatoires régionaux et départementaux de la sécurité routière, leur répond…

 ©
©
  • Un groupe de travail sénatorial, dont les travaux ont commencé ce mardi 13 février 2018, doit rendre ses conclusions courant avril après avoir "évalué l'efficacité et l'impact" de la mesure. Un de ses membres, le sénateur (LR) de la Haute-Saône Michel Raison, a demandé au Premier ministre de ne pas prendre le décret d'application en attendant ses conclusions.

"Le document publié par l’association «40 millions d’automobilistes» présente de nombreuses lacunes tant en ce qui concerne la méthodologie, l’interprétation des chiffres produits et la rigueur de la démarche", explique l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Selon ce dernier, l'association 40 millions d'automobilistes s'est basé sur autre période de "trois ans et demie et alors que les études d’accidentologie portant sur un réseau routier réduit sont systématiquement réalisées sur une période de cinq années pour une meilleure représentativité statistique".

Des chiffres " totalement erronés"

L'association n'aurait, selon l'observatoire, pas effectué ses relevés aux bons endroits et n'aurait pas pris "la peine d’exclure les accidents intervenus sur des tronçons non couverts par l’abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée (traversées d’agglomération, tronçons limités à 70 km/h, etc.)"

"Il résulte de ces lacunes que les chiffres cités sont totalement erronés", souligne l'observatoire qui donne ses chiffres :

  • sur la RN57, les auteurs ont relevé six accidents avant l’expérimentation (1,7 par an en moyenne) et trois accidents pendant l’expérimentation (deux par an en moyenne) : le bilan est jugé "très mauvais" ;
  • en revanche sur la RN7, les 33 accidents avant l’expérimentation (9,4 par an en moyenne) comparés aux 11 accidents pendant l’expérimentation (7,3 par an en moyenne) conduisent à un bilan "non significatif" ;
  • et de même sur la RN151, les 14 accidents avant l’expérimentation (quatre par an en moyenne) comparés aux quatre accidents pendant l’expérimentation (2,7 par an en moyenne) sont jugés comme un bilan "mauvais" !

Pour l'observatoire, la moyenne calculée par 40 millions d'automobilistes (un tué pour 202 km) n’a "pas de sens" : "il intègre des routes peu circulées et aux caractéristiques géométriques qui ne permettent pas de dépasser le 70km/h (le réseau très local, le plus important)".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Sondage – Êtes-vous pour ou contre le bannissement des voitures sur le pont de la République à Besançon ?

C'est une annonce de la maire de Besançon qui anime l'opinion publique depuis le 7 janvier dernier : à partir du printemps prochain, le pont de la République sera fermé à la circulation des voitures au grand dam des partisans de la voiture, mais au bonheur des associations cyclistes. Et vous, êtes-vous pour ou contre cette décision ?

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."

SNCF : 307 millions d’euros seront investis en 2022 en Bourgogne – Franche-Comté 

En complément des 100 M€ consacrés chaque année à la maintenance quotidienne du réseau, SNCF Réseau investira 307 millions d’euros pour la modernisation du réseau en Bourgogne-Franche-Comté en 2022, dont 123 millions d’euros, soit 40 %, cofinancés notamment par l’Etat, la Région Bourgogne-Franche-Comté et l'Union Européenne. Ces investissements représentent 31 chantiers de plus d'un million d'euros.

Pollution : le réseau Ginko toujours gratuit ce dimanche 16 janvier 2022

Suite à l’ alerte aux particules fines émise vendredi, Grand Besançon Métropole a décidé dans un premier temps de rendre le réseau Ginko gratuit ce samedi 15 janvier (lignes urbaines et périurbaines). L'épisode de pollution se poursuivant, la mesure est reconduite pour ce dimanche 16 janvier 2022.

Où se procurer la vignette suisse ?

En cas de circulation sur l'autoroute suisse, il ne faut pas oublier d'acheter la vignette sous peine d'une amende de 200 francs, soit 192 euros. Cette dernière est valable jusqu'en janvier 2023. Voici où la trouver…
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.66
ciel dégagé
le 24/01 à 18h00
Vent
0.84 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
100 %

Sondage