À Vesoul, l'abbé Ruffiot, curé à Vesoul et champion d'escrime

Publié le 20/05/2023 - 18:03
Mis à jour le 21/05/2023 - 08:50

INSOLITE • Une fois par semaine, l'abbé Franck Ruffiot troque sa soutane contre une veste blanche et un masque de protection : monsieur le curé est un fleurettiste de bon niveau, en course pour les Championnats d'Europe vétérans d'escrime ce week-end à Thionville (Moselle).

L'abbé Franck Ruffiot © Diocèse de Besançon
L'abbé Franck Ruffiot © Diocèse de Besançon

"Vu le niveau, je n'ambitionne pas de faire un podium", tempère le père Ruffiot, abbé à Vesoul, qui à 45 ans concourt dans la catégorie "vétérans 1", réservée aux 40-50 ans. Mais si l'humilité est une vertu cardinale pour un prêtre, ses proches ne sont pas aussi catégoriques pour celui qui est quand même vice-champion de Bourgogne-Franche-Comté de sa classe d'âge.

Ainsi, Michel Mercet, son coiffeur, qui est aussi le portier de l'église Saint-Georges de Vesoul, semble croire au miracle : "Il est curé de Saint-Georges. Et savez-vous que Saint-Georges a terrassé le dragon avec son épée ?". Environ 1.500 athlètes croiseront le fer jusqu'à dimanche à Thionville, dont plusieurs champions olympiques.

"Je pratique l'escrime depuis une dizaine d'années, sport que j'ai découvert par hasard lors de mes études à Fribourg", en Suisse, confesse Franck Ruffiot, qui est vicaire épiscopal enseignant en faculté de théologie à Paris (en liturgie). "

Il existe trois armes à l'escrime : l'épée, le fleuret et le sabre. Si l'épée est sans doute l'arme la plus choisie en France, je préfère le fleuret qui permet, grâce à des règles conventionnelles de priorité, une sorte de dialogue entre les deux adversaires offrant un jeu de questions (les attaques) et de réponses (les parades)", détaille l'homme d'Eglise, fleuret dans une main, masque dans l'autre, qui regrette de ne pouvoir consacrer plus de temps à sa passion.

"Sport noble et exigeant"

"Ce sport, à la fois noble et exigeant, sait transmettre les belles valeurs de la combativité et du respect des adversaires, alliant stratégie, technicité des gestes et puissance physique", poursuit l'ecclésiastique, entré au séminaire à 23 ans et ordonné prêtre en 2008, à l'âge de 30 ans.

Une fois par semaine, l'abbé Franck Ruffiot, licencié au Cercle d'escrime de Rioz, à une vingtaine de kilomètres de Vesoul, troque sa chemise à col romain pour le tee-shirt et le survêtement avant d'aller écouter religieusement les conseils de son maître d'armes, Me Emmanuel Daguet. "Il m'est d'une aide précieuse et indispensable pour progresser", loue-t-il.

"L'ambiance dans ce club présidé par Cédric Lelu est vraiment excellente, tant chez les jeunes que chez les adultes. Il y règne une ambiance toujours très conviviale et sympathique", salue encore l'abbé Ruffiot, qui prêche pour ce sport "accessible à beaucoup, quels que soit son âge et son expérience sportive".

Le Cercle d'escrime riolais est d'ailleurs équipé pour accueillir des sportifs handisport. Les compétitions auxquelles il participe se comptent malheureusement sur les doigts d'une main : "Elles se déroulent le dimanche et ce jour-là il y a conflit d'intérêts, car je préside les offices", rappelle le prêtre, qui avec quatre confrères s'occupe d'un doyenné de 150 villages autour de Vesoul.

Moto et marathon

L'abbé Franck Ruffiot, arrivé à Vesoul en septembre 2020, est en tout cas un personnage atypique: "C'est un homme extraordinaire, mais tellement ordinaire", souligne Michel Mercet avant de rappeler que monsieur le curé se passionne aussi pour la moto et court le marathon.

"Ce n'est pas un homme d'Eglise traditionnel. Attentif à chacun et fidèle à sa foi, il incarne aussi les valeurs du sport et de la compétition", complète le maire de Vesoul, Alain Chrétien.

Originaire du Doubs, l'abbé Ruffiot est titulaire d'un master en liturgie obtenu en 2010 à l'Université catholique de Paris. Il est également devenu docteur en théologie après avoir préparé pendant cinq ans sa thèse en sciences liturgiques, consacrée au thème des préfaces, une des prières faisant partie de la messe. Mais dimanche ses fidèles devront pour une fois se passer de lui : à partir de 08h00 l'abbé Ruffiot entre en piste et, avec l'aide de la Providence, espère aller taquiner quelques champions à Thionville.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La maire de Besançon harcelée en ligne après sa plainte contre les pancartes anti-migrants

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé vendredi 12 avril 2024 porter plainte après avoir été la cible d'un cyber-harcèlement "d'une extrême violence" faisant suite à une première plainte de l'élue contre des pancartes anti-migrants brandies dimanche lors du carnaval de sa ville.
 

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Exploitation de l’aéroport Dole-Tavaux : une association dépose une requête au tribunal administratif

Serre Vivante, association de protection de la nature, a déposé, auprès du tribunal administratif de Besançon, une requête à l'encontre de la décision de la Direction de la sécurité de l'aviation civile Nord Est autorisant la société Edeis à exploiter l'aérodrome de Dole-Tavaux, a-t-on appris samedi 30 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.58
couvert
le 14/04 à 0h00
Vent
1.68 m/s
Pression
1026 hPa
Humidité
92 %