Accord PS-EELV : tout le monde n’est pas aussi « sage » que Jean-Louis Fousseret

Publié le 20/05/2012 - 22:44
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:46

Un peu partout en France, des socialistes se sont affranchis de l'accord national PS-EELV réservant des circonscriptions aux écologistes. Tout le contraire de la voie légitimiste empruntée par le maire de Besançon qui ne s’est finalement pas présenté sur la deuxième circonscription du Doubs face à Eric Alauzet.

dsc_6931.jpg
Jean-Louis Fousseret avec François Hollande à Besançon © archives carvy

législatives 2012

PUBLICITÉ

Si le président de la République a fait entrer dans le gouvernement deux responsables de Europe Ecologie/Les Verts (la numéro un Cécile Duflot à l’Egalité des territoires et au Logement et l’eurodéputé Pascal Canfin, ministre délégué au Développement), sur le terrain les hostilités sont ouvertes entre les deux alliés dans une douzaine au moins de circonscriptions.

C’est ce qui ressort d’un premier examen des candidatures déposées dans le délai légal qui a expiré vendredi dernier.

Début avril, le PS ne recensait que huit circonscriptions où l’accord prévu ne s’appliquait pas, et Pierre Moscovici, alors directeur de campagne de François Hollande promettait que l’accord signé à la mi-novembre entre les deux partis serait « respecté ».

L’entente réservait une soixantaine de circonscriptions aux écologistes, dont une vingtaine gagnables en cas de victoire de la gauche. Il s’agissait de favoriser l’émergence d’une force politique alliée au PS mais capable d’avoir son propre groupe parlementaire, en raison d’un mode de scrutin qui broie les formations politiques de second rang.

Très vite pourtant, des barons locaux du PS ont mis leur veto à la mise en oeuvre sur leurs terres de ce gentleman agreement. A commencer par le maire de Lyon Gérard Collomb, qui soutient officiellement son adjoint du PRG Thierry Braillard face à Philippe Meirieu, chef de file des écologistes à la Région Rhône-Alpes. Ou Arnaud Montebourg qui, avec sa fédération de Saône-et-Loire, a apporté son soutien à une socialiste exclue depuis par le PS face à l’écologiste désignée par les deux formations. Autant de « petits marquis locaux », tacle le parti écologiste.

Dès l’automne il est vrai, François Hollande s’était démarqué de cet accord, non sur son volet électoral, mais concernant son contenu programmatique, notamment sur le nucléaire, affaiblissant de facto sa portée.

Surtout, le faible score d’Eva Joly à la présidentielle (2,3%) a encouragé, comme le craignaient publiquement de nombreux responsables écologistes, des candidats socialistes en puissance à entrer dans l’arène.

« Ca ne peut pas être le résultat de l’élection présidentielle qui détermine tous les rapports de force », avait fait valoir le porte-parole du PS Benoît Hamon, entré mercredi au gouvernement.

Peine perdue, bien que les sanctions – l’exclusion du parti – aient déjà commencé à tomber sur les dissidents et que les circonscriptions où ils se présentent sont parfois difficilement gagnables par la gauche.

En Bretagne, sur les quatre circonscriptions réservées EELV, on compte trois candidats PS ou proches de lui, dont la maire de Guingamp Annie Le Houerou. Proportion presque égale de dissidents dans les Pays de la Loire (3, sur 5 circonscriptions réservées).

En Normandie, on retrouve des cas identiques dans l’Orne et le Calvados et, en région Centre, dans la 2e circonscription d’Indre-et-Loire, tenue par l’UMP. Même chose dans la 3ème circonscription de Haute-Garonne. Presque à chaque fois, il s’agit de notables (maire, conseiller général, ancien député…).

Dans les Bouches-du-Rhône, le climat est aigre entre socialistes et écologistes, et a même tourné une fois à la bagarre entre leurs colleurs d’affiches.

Le PS doit aussi affronter d’autres dissidences, sans rapport avec EELV. C’est le cas de René Dosière, député sortant apparenté PS, dans l’Aisne et de Jean-Pierre Kucheida dans le Pas-de-Calais, et dans les 9e et 10e circonscriptions de Haute-Garonne.

 (source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le décret sur la réforme de l’assurance chômage publié au JO

Le ministère du Travail a publié dimanche 28 juillet 2019 au Journal officiel le décret mettant en oeuvre la réforme vaste et controversée de l'assurance chômage annoncée le 18 juin. Ce texte de six articles comprend surtout une annexe de 190 pages qui constitue le nouveau règlement de l'assurance chômage. Par ailleurs, une expérimentation est prévue en Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire "d'un journal de la recherche d'emploi" tenu par les chômeurs.  

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Plan social à GE : Le Maire assure l’intersyndicale de son « engagement total »

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a assuré l'intersyndicale de General Electric (GE) à Belfort de son "engagement total pour garantir la pérennité du site industriel", marqué par un plan de suppression d'un millier d'emplois, dans un courrier obtenu ce vendredi 26 juillet 2019 par l'AFP.

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

La PMA pour toutes commence à voir le jour…

Au terme d'une longue gestation, l'accouchement débute ce mercredi 24 juillet 2019 avant le faire-part de naissance dans quelques mois : la première grande réforme sociétale du quinquennat Macron, l'extension de la PMA à toutes les femmes, est présentée en Conseil des ministres avant son examen à l'Assemblée à la rentrée.

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Vote sous tension à l’Assemblée sur le Ceta

Après des débats musclés, l'Assemblée s'apprête à voter ce mardi 23 juillet vers 16h15 la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (Ceta), "positif" pour l'économie française selon ses défenseurs, mais porteur de "risques" environnementaux et sanitaires d'après ses opposants.

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

Ceta: Hulot appelle les députés à avoir « le courage de dire non »

A la veille du vote à l'Assemblée nationale sur le traité de libre-échange UE-Canada (Ceta), Nicolas Hulot a exhorté lundi 22 juillet 2019  les parlementaires à voter contre cet accord qui risque à ses yeux d'ouvrir la porte à des substances dangereuses via un abaissement des normes sanitaires.

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 28.26
peu nuageux
le 18/08 à 12h00
Vent
4.45 m/s
Pression
1010.25 hPa
Humidité
51 %

Sondage