Affaire Tapie : "aucune forme de manipulation" du gouvernement selon Moscovici

Publié le 10/07/2013 - 14:54
Mis à jour le 10/07/2013 - 15:00

L'affaire opposant Bernard Tapie au Crédit Lyonnais a connu un nouveau rebondissement avec la saisie conservatoire d'une partie des biens de l'homme d'affaires. Le ministre de l'économie, Pierre Moscovici, a assuré ce mercredi que le gouvernement ne se livrait à "aucune forme de
manipulation."

Lors d'une interview durant l'émission "Questions d'Info", le ministre a affirmé : "ce que nous voulons faire, c'est respecter l'indépendance de la justice complètement dans cette affaire-là: aucune forme d'instruction, aucune forme de pression et donc a fortiori aucune forme de manipulation."

Il a également dit ne pas pouvoir "commenter à l'excès" la saisie d'une série de biens de M. Tapie ordonnée par les juges enquêtant sur cet arbitrage, en invoquant principalement deux raisons: "La première c'est qu'il s'agit de décisions de justice et que nous respectons pleinement l'indépendance de la justice; et la seconde, c'est que, comme ministre de l'Économie et des Finances, je suis moi-même le représentant de l'Etat qui est partie civile".

S'assurer du respect des intérêts de l'Etat et du contribuable

Selon lui, "le rôle du ministre de l'Economie et des Finances, au nom du gouvernement et donc au nom de l'État, c'est de s'assurer que les intérêts de l'État et donc du contribuable sont respectés et pas lésés". Pierre Moscovici a évoqué "un devoir de réserve, de retenue" mais aussi "d'action".

"Dès lors qu'il est apparu qu'il y avait des éléments suffisamment graves et concordants pour justifier une mise en examen (...) et que M. Tapie est considéré par la justice comme le principal bénéficiaire de l'arbitrage (...), l'État a fait deux choses: d'abord il s'est constitué partie civile (...) et ensuite il a demandé au juge de prendre des mesures conservatoires pour prévoir la réparation éventuelle d'un préjudice qui aurait été subi par l'État, c'est-à-dire par le contribuable", a expliqué le ministre, se refusant à tout commentaire sur le fond.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : la France Insoumise demande à Marie-Guite Dufay de lever ses « ambiguïtés » face à Macron

Séverine Véziès et Arnaud Guvenatam, chefs de file de la France insoumise en Bourgogne Franche-Comté pour les prochaines élections régionales demande à l'actuelle présidente de Région, si elle se représentait, d'exclure tout accord avec LREM tout en appelant "l’ensemble des forces de gauche et de l’écologie à un choix choix politique cohérent en rupture avec les politiques macronistes".

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.33
ciel dégagé
le 28/02 à 9h00
Vent
2.08 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
85 %

Sondage