Agression raciste à Dole : peine réduite en appel pour le septuagénaire

Publié le 18/11/2021 - 15:40
Mis à jour le 18/11/2021 - 15:40

Un homme de 72 ans a été condamné ce jeudi 18 novembre 2021 par la Cour d’appel de Besançon à trois ans de prison, dont deux ans avec sursis, pour avoir tenté d’écraser un père de famille qu’il avait auparavant traité de « sale bicot ».

Palais de justice Besançon © D poirier
Palais de justice Besançon © D poirier

En première instance, Bernard Demougeot avait été reconnu coupable de "violences volontaires avec arme et injures racistes" et condamné à cinq ans d'emprisonnement, dont deux ans avec sursis, par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier. Il avait fait appel.

La cour, qui a suivi les réquisitions du ministère public, a estimé que M. Demougeot pourrait exécuter à domicile, sous bracelet électronique, la partie d'emprisonnement ferme prévue par sa condamnation. "C'est une peine significative qui marque la gravité des faits", a souligné l'avocat de la victime, Me Jérôme Pichoff, après l'énoncé de la décision.

Son client, Adil Sefrioui, 42 ans, a été totalement relaxé des poursuites de "violences légères" et d'"injures" pour lesquelles il était poursuivi. "Poursuivre quelqu'un qui a fait l'objet d'une quasi tentative de meurtre, ce n'était pas normal", a estimé Me Pichoff, "content" que rien ne soit finalement reproché à M. Sefrioui, réhabilité dans son statut de victime.

Le 21 avril à Dole (Jura), les époux Sefrioui sont chez eux lorsqu'ils aperçoivent un homme qui semble prendre des photos de leurs enfants dans le jardin. Suspicieux, le couple cherche à obtenir des explications. Une altercation s'ensuit.

Une scène diffusée sur les réseaux sociaux

"Approche sale bicot, (...) tiens amène-toi devant la bagnole", lance le retraité qui remonte ensuite dans sa voiture et semble partir. Mais il fait demi-tour et fonce sur M. Sefrioui, projeté sur le capot alors que le véhicule s'arrête en défonçant la palissade du jardin de la famille où se trouvent les enfants du couple. Mme Sefrioui filme une partie de la scène glaçante qu'elle diffusera ensuite sur les réseaux sociaux et qui a été visionnée lors de l'audience en appel, le mois dernier.

Lors du procès, Adil Sefrioui s'était dit encore hanté par la scène, alors qu'il a souffert de plusieurs fractures: "L'impact, boum, les cris des petits... Moi je me suis envolé sur la voiture". "Ce dossier, c'est un homme raciste qui fonce sur un homme, maghrébin, pour au mieux le blesser, au pire le tuer", avait plaidé Me Pichoff.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Statue de Victor Hugo vandalisée : l’un des auteurs explique que " la couleur de peau n’était pas respectée "

Ce vendredi 25 novembre, le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux a convié la presse à la bibliothèque du palais de justice, suite aux dégradations commises ces derniers jours sur les statues de Victor Hugo et de "L’homme et l’enfant" pour évoquer l’interpellation de deux suspects.

Un ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon confesse des " gestes déplacés " envers une jeune femme

Aujourd’hui âgé de 81 ans et en retraite, Mgr Jean-Pierre Grallet, ancien archevêque de Strasbourg, ancien responsable de l’aumônerie universitaire de Besançon, a reconnu avoir eu des "gestes déplacés" envers une jeune femme majeure en 1985. Une enquête est ouverte par la justice pénale et la justice canonique.

Blanchiment lié à l’acquisition d’un château : l’accusé nie s’être fait passer pour mort

Une arrivée "rocambolesque" en France et une mémoire parfois sélective : le principal prévenu dans l'affaire de blanchiment liée à l'achat du château de la Rochepot, en Côte-d'Or, s'est expliqué durant la deuxième journée d'audience, tentant de se défausser sur ses co-prévenus et de brouiller les pistes, mardi 8 novembre à Nancy.

Besançon : Christine Bouquin réagit à l’interpellation de l’ex-directeur de l’Adat

Lundi 17 octobre, Daniel Benazeraf, ancien directeur de l'Agence départementale d’appui aux territoires (Adat), son ex-épouse et la secrétaire comptable de l’agence ont été interpellés après dix mois d’enquête par la police judiciaire de Besançon. 127.000 € de fonds publics ont été détournés. Deux jours après, ce mercredi, la présidente de l’Adat et du Département du Doubs Christine Bouquin a tenu a réagir par voie de communiqué de presse.

Besançon : 127.000 € de fonds publics détournés, l’ex-directeur de l’Adat encourt 7 ans de prison

Le procureur de la république de Besançon est revenu, lors d’une conférence de presse ce mardi 18 octobre, sur la récente arrestation de l’ancien directeur de l’Agence départementale d’appui aux territoires (Adat) dans le cadre d’une enquête préliminaire de détournement de fonds public et d’abus de confiance. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.53
couvert
le 28/11 à 21h00
Vent
1.52 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
96 %