Bien urbain à Besançon : des moutons qui ne laissent pas indifférents…

Publié le 01/06/2017 - 13:54
Mis à jour le 20/06/2017 - 13:19

Depuis quelques jours, des lecteurs et lectrices de maCommune.info nous envoient des photos et des commentaires à propos d’une œuvre murale de l’artiste Ericailcane faisant partie du circuit du festival Bien Urbain à Besançon… Il s’agit de celle mettant en scène deux moutons, l’un blanc, l’un noir, située rue des Chaprais.

Il est vrai que lorsque l'on descend à pied ou en voiture la rue de Chaprais, ces deux immenses moutons ne laissent pas indifférents, voire, surprennent ! Ce qui n'est pas pour nous déplaire… Mais ce n'est malheureusement pas le cas de tout le monde ! 

Pour Monique, lectrice de maCommune.info, cette fresque "fait peur !! Et surtout aux enfants". Selon elle, "il y avait plus gai et coloré à dessiner que cet affreux mouton avec cette bête noire qui ne ressemble à rien". Monique se demande même "qui a pu autoriser une fresque aussi horrible que des centaines de personnes voient en descendant le passage Rambaud".

Pour Patrick, qui utilise la rue des Chaprais chaque matin, "c'est un interpellant. C'est artistiquement bien fait, mais c'est étonnant. On ne comprend pas bien le message : est-ce contre la cruauté animale ?".

Selon Marjorie, "c'est dingue ! On a envie de rester des heures pour regarder tous les détails. Toutefois, le message n'est pas tout à fait facile à comprendre : les moutons représentent les gens ? Des animaux violentés ? Qui sont les tanks en bas ?"

"La peinture ne fait pas référence à un conflit précis"

Interrogé par un internaute surpris et qui a joué les enquêteurs, David Demougeot, coordinateur de l'association Juste Ici, organisatrice de Bien Urbain, explique : "La peinture ne fait pas référence à un conflit précis. Les tanks sont présents, mais rien n'indique d'ailleurs s'ils sont en  utilisation ou simplement en "menace". Il n'y a également pas de référence temporelle dans la peinture. Enfin, l’anthropomorphisme utilisé comme toujours par l'artiste Ericailcane est à prendre comme une évocation générale des comportements humains. Les animaux représentent ainsi de manière imagée des faits de société, mais laissent les interprétations très ouvertes. Vous pourrez également découvrir au musée du Temps jusqu'au 17 septembre l'exposition de ses dessins issus de la série Potente di Fuoco où l'artiste redessine 25 ans plus tard ses propres dessins d'enfant."

Qui paie ? Quels sont les moyens employés pour cette œuvre ?

"Tous ces frais sont payés par l'association grâce à des fonds publics. Subventions votées par les collectivités et l'état : Ville de Besançon, État, Région, Département, Communauté d'Agglomération du Grand Besançon. Vous trouverez sur notre site la liste de nos partenaires : http://bien-urbain.fr/fr/partenaires/", ajoute le coordinateur. 

Enfin, David Demougeot indique que "Nous sommes heureux que les œuvres vous interrogent et interpellent. Nous laissons les artistes libres de réaliser les œuvres qui leur semblent être pertinentes. Elles sont parfois abstraites, parfois figuratives, porteuses de messages clairs ou non. Il nous semble toujours intéressant de laisser ces œuvres sans explication précise sous forme de cartel explicatif, car elles sont faites pour être dans l'espace public et interprétées de façons différentes en fonction du vécu, des ressentis et références de chacun. Le but n'est pas de "laisser planer le doute", mais bien d'ouvrir des pistes de discussions, d'interrogations et d'échanges. Nous proposons également de nombreuses visites gratuites auprès de tous les publics, qui sont des temps d'échange privilégiés pour confronter les points de vue sur les œuvres." 

Nous terminerons cet article par deux citations : 

"L'art est fait pour troubler : la science rassure." de Georges Braque - Le jour et la nuit (1952)

"Aucune oeuvre d’art ne doit être décrite ni expliquée sous les catégories de la communication."  Selon Theodor Wiesengrund Adorno

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Fête de la musique 2024 : le programme des festivités à Besançon

Cette année encore, le 21 juin 2024 les rues et places de Besançon accueilleront musiciens et visiteurs à l’occasion de la fête de la musique. Concerts sur scène, ou dans les rues, les conséquences sur la circulation au centre-ville, voici tout ce qu’il faut savoir sur cette Fête de la musique 2024 à Besançon !

80 ans du Débarquement en Normandie : un Bisontin est sur place…

Quelques jours après la remise de documents historiques au musée de la Résistance et de la Déportation de Besançon, Nicolas Guillaume-Lamarre a reçu une invitation du ministère de la Défense et des Armées pour assister à la grande cérémonie internationale commémorative du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Il partage, avec nous, ses photos de l'évènement qui s’est tenu jeudi 6 juin 2024.

Ce qui change à Détonation 2024...

VIDÉO • L’équipe de La Rodia s’est réunie mardi 4 juin 2024 pour dévoiler la programmation, mais aussi les grands changements de la 11e édition de son festival Détonation qui se déroulera pendant trois jours en septembre prochain. Voici tout ce que vous devez savoir sur le nouveau chapitre de cet évènement incontournable de la rentrée bisontine.

Habemus Bastard, la BD pas très catholique d’un curé en cavale dans le Jura

L’auteur bisontin Jacky Schwartzmann a récemment collaboré avec l’auteur, scénariste et illustrateur Sylvain Vallée pour sortir une nouvelle bande dessinée intitulée Habemus Bastard. En librairie depuis le 3 mai 2024, celle-ci raconte l’histoire d’un homme de main qui n’a rien trouvé de mieux qu’une soutane pour passer incognito et se cacher des hommes qui veulent lui faire la peau. Dans ce premier tome, la plume de Schwartzmann et la palette de Vallée s’associent pour délivrer la bonne parole et partager l’écriture de ce polar aussi original que drôle. 

Où sortir cet été dans le Grand Besançon ?

Ce lundi matin, il était encore difficile à croire que l’été approche avec son lot d’animations de plein air… Et pourtant ! Anne Vignot, présidente de Grand Besançon Métropole, Pierre Contoz, président du musée des Maisons comtoises, Benoît Vuillemin, vice-président de GBM en charge de l’attractivité et du tourisme, Patrice Hennequin, président de l’Office de tourisme et des congrès de GBM et François Bousso, conseiller communautaire GBM délégué à l’éco-tourisme, se sont réunis pour lancer officiellement la saison touristique estivale du territoire.

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

“L’aventure vers les trésors”, le travail d’écoliers en exposition à la bibliothèque

C’est dans le cadre des parcours culturels que propose la Ville de Besançon que les élèves de CE2 et CM1 de plusieurs écoles bisontines, accompagnés de leurs parents, se rendront à la bibliothèque d’étude et de conservation, le samedi 8 juin 2024. Là-bas, ils récupèreront le fruit de leur travail avec une artiste plasticienne.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 16.41
légère pluie
le 14/06 à 15h00
Vent
4.74 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
69 %