Bourgogne-Franche-Comté : les fédérations olympiques peinent à retrouver leurs licenciés d'avant Covid

Publié le 03/04/2023 - 17:44
Mis à jour le 16/04/2023 - 21:57

D'après une étude de l'INSEE parue en avril 2023, le nombre de licenciés dans les fédérations olympiques a baissé de 14 % en Bourgogne-Franche-Comté, soit un peu plus qu’en France métropolitaine (-12 %), entre 2016 et 2021.

 © pexels/pixabay
© pexels/pixabay

Plus de 315.000 licences dans un sport olympique en Bourgogne- Franche-Comté

En Bourgogne-Franche-Comte?, 315.100 licences au sein des 37 fédérations olympiques (Jeux d’été et Jeux d’hiver) ont été délivrées en 2021, soit près des deux tiers de l’ensemble des licences sportives. Les autres licences concernent des sports non olympiques (pétanque, cyclotourisme, etc.) et dans les fédérations multisports (Union nationale du sport scolaire, etc.). De plus, le sport sous licence ne représente qu’une partie de la pratique sportive. De nombreuses activités comme le jogging, la randonnée, le cyclisme s’exercent librement sans affiliation à une fédération. En 2020, près des deux tiers des Français de 15 ans ou plus ont pratiqué au moins une activité physique et sportive régulière au cours des douze derniers mois.

Le sport olympique, d’abord l’affaire des jeunes

Tous sports olympiques confondus, plus de la moitié des licenciés ont moins de 20 ans. À l’opposé, 7 % des licenciés ont 60 ans ou plus. Avec un âge médian de 11 ans, la gymnastique et le judo sont les sports pratiqués par les plus jeunes. Ils offrent depuis plusieurs années des possibilités de pratique encadrée dès le plus jeune âge. Ils sont respectivement les 1er et 3e sports les plus prisés par les filles de moins de 10 ans, le judo arrive en 2e position chez les jeunes garçons. Les parents et les jeunes sont naturellement influencés par les champions tels que Teddy Riner. Entre 10 et 60 ans, l’équitation est le sport de prédilection pour les femmes alors que c’est le football chez les hommes. Au-delà de 60 ans, le golf devient le sport le plus pratiqué quel que soit le sexe, devant le tir pour les hommes et la natation pour les femmes.

Le football reste le sport le plus populaire

Parmi les licenciés des différentes disciplines sportives olympiques, le football est de loin le sport le plus pratiqué, car il concerne plus d’un licencié sur quatre. La Bourgogne-Franche-Comté occupe la 5e place en France métropolitaine, avec 31 licences pour 1 000 habitants. Le niveau d’adhésion au football dans la région est sensiblement supérieur à la moyenne, surtout parmi les hommes âgés de 20 à 29 ans. Le football s’accommode bien avec la dimension rurale de la région. Il est souvent le seul sport licencié présent dans les petites communes et la plupart d’entre elles disposent des infrastructures pour le pratiquer. La région compte 741 clubs et 2 530 terrains. Ces derniers rapportés à la population représentent un équipement 60 % plus élevé qu’au niveau métropolitain.

Avec 30 680 licenciés, l’équitation est le deuxième sport le plus pratiqué dans la région, ce qui la classe en 4e position des régions métropolitaines pour le nombre de licences rapporté à la population. Le territoire est particulièrement bien doté en équipements et clubs. Les centres équestres génèrent un niveau d’adhésion 17 % plus élevé que la moyenne métropolitaine. La propension à se licencier dans ce sport est même 30 % supérieure chez les 20 à 44 ans, tant pour les femmes que pour les hommes.

Malgré de nombreux terrains, le tennis est en retrait

Le tennis représente la troisième discipline la plus pratiquée. Cependant, son effectif pour 1 000 habitants est largement inférieur à la moyenne métropolitaine. La région se classe ainsi au dernier rang malgré un taux d’équipement élevé. Près de 360 clubs font vivre le tennis, soit 13 clubs pour 1 000 habitants, c'est plus qu’au niveau métropolitain (11). Elle dispose de près de 2.000 courts, soit 7 pour 10.000 habitants contre 6,1 en moyenne en France métropolitaine. Leur maillage est relativement dense dans la mesure où ils sont globalement accessibles à la population en moins de 15 minutes. La région, pourtant située dans le quart nord-est relativement froid, est peu dotée de courts couverts et de clubs house. Ces équipements sont difficiles à financer et à entretenir pour de petites communes. Quels que soient l’âge ou le sexe, on se licencie 30 % de moins dans ce sport. Les aspirations de la population s’orientent vers d’autres jeux de raquettes, plus ludiques, comme le beach tennis ou encore le padel en pleine croissance.

Deux fois plus d’hommes que de femmes licenciés dans un club

Les fédérations olympiques comptent 34 % de femmes licenciées en Bourgogne-Franche-Comté, une proportion quasi identique à la moyenne métropolitaine (33 %). Certaines fédérations, comme l’équitation, la gymnastique ou la danse, sont très féminisées. Plus de huit licences sur dix concernent des femmes. La pandémie a freiné le développement des licences sportives. Cependant, le nombre de licences souscrites par des femmes a significativement moins baissé que celles contractées par des hommes, -9 % contre -14 % entre 2016 et 2021

Le sport féminin est encore peu médiatisé. Malgré un léger progrès, les sportives manquent de notoriété. Le football et le rugby, pratiqués essentiellement par des hommes, figurent parmi les sports qui se féminisent le plus. S’ils ont perdu des licenciés en 5 ans, la part des femmes y augmente respectivement de 3,2 et 4,3 points dans la région. Dans ces sports, les athlètes féminines sont dorénavant un peu plus visibles sur les écrans avec, en particulier, les retransmissions de la Coupe du monde féminine de football en 2019 et le tournoi des six nations féminin.

© Insee

Le Jura, département le plus sportif

Départements les plus peuplés de la région, la Côte-d’Or, le Doubs et la Saône- et-Loire sont naturellement ceux qui comptent le plus de licenciés. Dans tous les départements de la région, le football reste le sport le plus pratiqué, et notamment dans le Doubs (37 licences pour 1 000 habitants). Le Jura est le département de la région où la population est la plus licenciée dans les sports olympiques. Il compte 126 licences pour 1 000 habitants. Grâce à son relief et ses stations de sport d’hiver, de nombreux sportifs s’adonnent au ski. Ce sport y est ainsi le 7e le plus pratiqué, avec un peu plus de 6 licenciés pour 1 000 habitants.

Le Doubs et la Côte-d’Or bénéficient d’une offre variée dans les agglomérations dijonnaise et bisontine. Dans le Doubs, le karaté et le badminton sont davantage pratiqués qu’ailleurs. Département montagneux, les habitants se licencient également plus qu’ailleurs dans les sports de la montagne et de l’escalade. Même si la fédération n’arrive qu’en 18e position, elle concentre un tiers des licenciés de la région dans ces sports.

© Insee

David Brion, Marie Léger (Insee)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Bernard Minier, président d’honneur du prochain festival Livres dans la Boucle

Le Grand Besançon Métropole a dévoilé lors d’une conférence de presse ce mardi 23 avril 2024 à Besançon, les nouveautés et le nom du président d’honneur de la 9e édition de Livres dans la Boucle qui aura lieu du 20 au 22 septembre à Besançon. Parmi les principales nouveautés, on notera le déménagement de la Grande libraire sur le site de Chamar.

2e édition du BESAK Metal Fest : ”Le métal est bien vivant !”

Pour sa deuxième édition, le Besak Metal Fest fait son retour à la Rodia le 8 mai 2024 à partir de 20h. Cette soirée sera encore une fois marquée par une forte empreinte locale, avec deux groupes ”régionaux” émergents, Swarmaggedon et JE, suivis de Death Decline (Dijon) et de Mortuary (Nancy). L’objectif de ce festival est de donner de la visibilité à des groupes régionaux de niveau professionnel et de bénéficier de la présence de deux groupes à la renommée nationale. 

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.02
légère pluie
le 25/04 à 9h00
Vent
1.77 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
76 %