Bourgogne-Franche-Comté : les agents refusent de payer "l'addition de la fusion"

Publié le 12/01/2017 - 15:45
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:41

Entre 200 et 300 agents de la région Bourgogne-Franche-Comté ont manifesté ce jeudi 12 janvier 2017 à Dijon pour réclamer « une harmonisation par le haut » des régimes indemnitaires après la fusion, a-t-on appris auprès de l’intersyndicale CGT-CFDT-FO.

 ©
©

Les manifestants se sont réunis jeudi matin devant le conseil régional, où se tenait l'assemblée plénière consacrée au budget 2017.

"On a l'impression de payer l'addition de la fusion tandis que les indemnités des élus ont été augmentées de 20%", a dénoncé auprès de l'AFP la secrétaire CFDT, Dominique Aubry-Frelin. "Nous aussi, on travaille pour une région plus grande et puis rien."

La région emploie 4.200 agents dont 3.200 dans les lycées, 550 sont au siège de Dijon et 450 à Besançon.

"Cela cristallise la colère et une harmonisation par le haut serait le minimum", a-t-elle poursuivi. Les syndicats craignent que "trois régimes indemnitaires différents" cohabitent, un pour les agents de l'ancienne région Bourgogne, un pour ceux de l'ex-Franche-Comté et un troisième pour les nouveaux agents, selon Mme Aubry-Frelin.

La présidente PS de la région Marie-Guite Dufay a dit à l'AFP "s'engager pour qu'individuellement il n'y ait pas de perte de pouvoir d'achat" pour les fonctionnaires régionaux, tout en ajoutant que "la collectivité ne survivrait pas à une harmonisation systématique par le haut". "Il y aura un dispositif harmonisé pour 2023, comme le prévoit la loi, et il s'appliquera aux nouveaux agents", a précisé la présidente.

"Le principal poste de dépenses d'une collectivité, c'est la masse salariale et sur ce point, nous nous sommes fixé une marge de progression extrêmement limitée, ce qui impliquera qu'il n'y aura pas de remplacement systématique" après un départ, a ajouté Mme Dufay.

Selon Mme Aubry-Frelin, "60 suppressions de postes, qui devraient toucher principalement des agents des lycées, ont été annoncées sur la durée de la mandature".

L'intersyndicale doit se réunir vendredi pour décider de la suite du mouvement.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : un collectif mobilisé contre l’extrême droite à Besançon

À l'initiative de la Ligue des droits de l'Homme, une cinquantaine d'associations, d'ONG et d'organisations syndicales se sont réunies lundi 11 juin 2024 et ont décidé de former un collectif suite aux résultats des élections européennes. Pour rappel, une mobilisation contre l’extrême droite est prévue samedi 15 juin 2024 à 15h00 place de la Révolution à Besançon.

Législatives 2024 : comment voter par procuration ?

Le 9 juin 2024, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée Nationale, appelant ainsi les Français à retourner aux urnes les 30 juin et 7 prochains. En vue de ces élections législatives, et en ce début de saison estivale, le ministère de l’Intérieur et des Outre-mer renouvelle le dispositif de procuration dématérialisée, mis en place pour la première fois pour les élections Européennes 2024. Précisions.

Eric Ciotti exclu des LR, Annie Genevard reprend la co-gouvernance

La secrétaire générale Les Républicains et députée du Doubs a tenu une courte conférence de presse aux côtés Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne Rhône-Alpes ce mercredi 12 juin 2024 après avoir convoqué un bureau politique exceptionnel suite à l’annonce d’ Eric Ciotti d’un accord avec le Rassemblement national en vue des élections législatives.

Législatives : les élus LR et de l’Union de la droite, du centre du Département du Doubs refusent ”clairement” le ralliement avec le RN

Dans un communiqué du mardi 11 juin 2024, le groupe majoritaire Les Républicains et apparentés du groupe Union de la droite, du centre et de la Société civile du conseil départemental du Doubs, dont la présidente Christine Bouquin, demandent une réunion du bureau de LR pour refuser ”clairement” la proposition d’Eric Ciotti.

Législatives : PS, PCF, EELV et LFI veulent “des candidatures uniques” dans “chaque circonscription” au premier tour

Le Parti socialiste, le Parti communiste, les Ecologistes et La France insoumise ont indiqué vouloir "soutenir des candidatures uniques dès le premier tour" des élections législatives, dans un communiqué également signé par Place publique, ou Générations. Pour rappel les élections législatives se dérouleront le 30 juin et 7 juillet 2024.

Les Républicains s’allie au RN : à Besançon, des élu(e)s démissionneront si Eric Ciotti reste en place

Nouveau tremblement de terre mardi 11 juin 2024 : le président du parti de droite Les Républicains a annoncé son ralliement au Rassemblement national dans la course aux élections législatives dont le premier tour est prévu le 30 juin. À Besançon, Ludovic Fagaut, chef du groupe LR Besançon maintenant au conseil municipal et premier vice-président du Département du Doubs, dit ne pas "cautionner les orientations d'Eric Ciotti".

Législatives : “Nous avons besoin d’une alliance” avec le RN, affirme le patron de LR Eric Ciotti

Le patron de LR Eric Ciotti a provoqué mardi 11 juin 2024 un coup de théâtre en annonçant que la droite avait "besoin d’une alliance" pour les législatives du 30 juin avec le Rassemblement national, un accord inédit avec l’extrême droite rejeté immédiatement par de nombreux dirigeants de son parti.

Législatives 2024 : ”L’urgence est de répondre à la désespérance et à la rupture de confiance” selon Anne Vignot

Dans un communiqué 10 juin 2024, la maire de Besançon EELV, Anne Vignot, fait un ”constat dramatique” suite aux résultats des élections européennes françaises au cours desquelles le Rassemblement national ressort victorieux. L’élue appelle à ”une majorité pour le progrès social et écologiste, par l’union des forces de gauche.”

Sondage – Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée nationale ?

Directement après l’annonce des résultats des élections européennes ce dimanche 9 juin 2024 où le RN est arrivé largement en tête, le chef de l’État a pris la décision de dissoudre l’Assemblée nationale afin de "redonner le choix de notre avenir parlementaire par le vote". Comprenez-vous la décision d’Emmanuel Macron ? C’est notre sondage de la semaine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.31
ciel dégagé
le 13/06 à 12h00
Vent
3.21 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
39 %