Le Maire à Alstom : le syndicat FO "craint de ne pas pouvoir aborder les bonnes questions"...

Publié le 24/10/2017 - 10:20
Mis à jour le 25/10/2017 - 10:07

Bruno Le Maire, ministre de l'économie et des finances se rendra ce jeudi 26 octobre 2017 à Belfort, accompagnée de Elisabeth Borne, ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports est-il indique dans l'agenda ministériel. Cette venue, très attendue par les syndicats, inquiète Philippe Pillot, délégué syndical central FO chez Alstom sur le site d'Ornans, qui n'a pas encore reçu de convocation officielle et qui craint que les questions sur le mariage d'Alstom et Siemens ne soit pas évoquées…

 ©
©

"Nous n'avons pas encore l'ordre du jour", explique Philippe Pillot. "A priori, le ministre viendrait pour parler du plan de suivi de Belfort mais nous avions demandé, au niveau des organisations syndicales, à le rencontrer sur la partie mariage Siemens-Alstom".

Des questions sur le mariage Alstom-Siemens

Le délégué précise que le ministre avait pris "position sur ce point" et que les syndicats souhaitaient évoquer avec lui le désengagement de l'Etat dans la société Alstom qui "a rendu les actions à Bouygues" soit "la sortie du conseil d'administration de l'Etat", explique-t-il.

Alstom et Général Electric : "il n'y aura plus de contrôleurs dans le train"

Sur la partie énergie, les syndicats souhaiteraient notamment évoquer "Alstom a encore aujourd'hui des parts dans les co-entreprises avec General Electric sur la partie renouvelable qui est aujourd'hui dans la tourmente avec le site de Grenoble", explique Philippe Pillot. Alstom doit en effet vendre ses actions dans ces co-entreprises mais cela laisserait Général Electric "maître de la situation et nous avons des craintes sur l'emploi", explique le délégué.

Lors de la vente de la partie énergie d'Alstom à General Electric, celle-ci était liée à trois co-entreprises dont Alstom possédait à 50%."Même si c'est GE qui avait la main mise dessus", précise le délégué.L'Etat à travers les actions prêtées par Bouygues avait une vue de ce qui se passait chez Alstom mais également chez GE et c'est ce que l'on va perdre. Il n'y aura plus de contrôleurs dans le train".

"Toujours pas d'annonce : il faut maintenir une activité minimale sur le site pour qu'il perdure"

"Nous sommes pour les commissions de suivi mais à condition qu'il y est de nouvelles choses apportées", précise Philippe Pillot. "Dans le plan –"pour sauver Belfort"-, il y avait un certain nombre de commandes qui lui étaient prévues : une partie a été passée comme les 15 TGV qui vont rouler sur Bordeaux, et les 30 rames qui étaient destinées à Reichshoffen. Il reste donc six rames de TGV qui "sont prévues pour aller en Italie" et 20 locomotives de manœuvres qui "ne sont toujours pas sorties. ": il faut maintenir une activité minimale sur le site "pour qu'il perdure. Pour Ornans, les commandes manquent pour fabriquer les moteurs électriques", concult le délégué syndical FO. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".

Un chercheur franc-comtois reçoit un financement du MIT pour savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable

VIDEO • Né à Devecey, historien de profession et directeur de recherche au CNRS à l'université de Franche-Comté au laboratoire Chrono-environnement depuis 2018, Emmanuel Garnier a reçu un financement en juin 2021 de 30.000€ du Harvard - MIT pour son projet sur le climat de demain intitulé "Paris facing the climatic crises of the little ice age 15th-19th centuries". Objectif : savoir comment reconstruire une nouvelle ville durable…
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.5
couvert
le 22/09 à 18h00
Vent
4.37 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
19 %

Sondage