Carte scolaire : le maire de Besançon s'en mêle

Publié le 14/02/2012 - 16:51
Mis à jour le 14/02/2012 - 17:01

Jean-Louis Fousseret  se dit "choqué par les dégradations des conditions d’enseignement"  entraînées par les 42 suppressions de postes dans le Doubs à la rentrée pour le premier degré. En filigrane, le maire PS de Besançon et président du Grand Besançon entre dans la campagne présidentielle. Il soutient les propositions du candidat Hollande et réclame un "pacte éducatif". 

« Tout ceci est insupportable »

"Une fois encore, Besançon n’est pas épargnée et pour la première fois, le Grand Besançon est touché dans de nombreuses communes de la périphérie. Les fermetures de classes aggravent les difficultés là où elles existent déjà et détériorent la situation là où il ne se posait pas de problème".

C'est le message distillé en substance lundi soir par jean-Louis Fousseret à la  Directrice académique des services de l’Éducation nationale. Le maire de Besançon était accompagnés de parents d'élèves mécontents. 

"Avec le groupe des élus socialistes et républicains bisontins, je tiens à faire part de mon soutien et de ma solidarité avec les parents d’élèves et les enseignants des écoles de la Ville et du Grand Besançon et mon désaccord total avec la politique irresponsable de l’Education Nationale." conclut Jean-Louis Fousseret dans un communiqué. 

Les parents et le maire sont intervenus pour : 

  • dénoncer le mode de calcul des effectifs des classes avec un concept de repère fluctuant plutôt que des critères objectifs ;
  • demander un examen attentif et particulier à 25 élèves par classe dans les écoles situées dans les territoires CUCS  (Contrats urbains de cohésion sociale) ;
  • prendre en compte les enfants de 2 ans dans les effectifs pour les écoles des quartiers sensibles ;
  • intégrer dans l’effectif global des écoles les enfants scolarisés dans les CLIS, les enfants handicapés en inclusion dans les classes ordinaires et les enfants du voyage ;
  • préserver les postes d’aides des RASED pour lutter contre l’échec scolaire et les plus grandes difficultés d’apprentissage ;
  • assurer le remplacement des enseignants absents.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

UTBM : 50 heures pour créer un court-métrage lors du festival Film d’un jour

Organisé par les étudiants de l’université de technologie de Belfort-Montbéliard, la 19e édition du festival Film d’un jour revient cette année dans l’Aire urbaine pour une 19e édition du 9 au 11 mai 2024. Durant ce festival, les étudiants sont réunis autour d’un même objectif commun, parvenir à créer un court métrage de A à Z en 50h maximum.  

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 9.07
nuageux
le 25/05 à 3h00
Vent
1.26 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
99 %