CINEMA Poupoupidou de Gérarld Hustache-Mathieu

Publié le 22/01/2011 - 11:57
Mis à jour le 22/01/2011 - 11:57

Un auteur de polars se prend d’affection pour une jeune star locale retrouvée morte à Mouthe, la « petite Sibérie ».

1295694116.jpg
Jean-Paul Rouve ©archives carvy
PUBLICITÉ
*** A voir
 
David Rousseau est auteur de polars à succès. A Mouthe, « la petite Sibérie », le succès a frappé sans prévenir la jeune Candice Lecoeur alors pompiste et fille de personne. Elle est devenue l’égérie de charme des fromages Belle de Jura. Mais cette blonde peroxydée, un peu paumée et qui s’identifie de plus en plus à Marylin Monroe est retrouvée morte.
 
Enfermé dans un hôtel miteux, l’écrivain se passionne pour ce crime crapuleux. Il ne croit pas à la thèse du suicide.
 
Rousseau questionne, s’interroge et déroge à bien des règles pour creuser son enquête. Ce personnage comique dans sa maladresse, tout en retenue et qui s’improvise détective amuse.Ni trop, ni pas assez. C’est le charme du film bien fait.
 
Jean-Paul Rouve déambule dans la campagne franc-comtoise sur fond de chansons tristes (California Dreamin, alors que défilent les paysages enneigés). Des décalages légers qui s’accordent bien avec l’humour pince-sans-rire du film. Sophie Quiton lui donne la réplique par histoire interposée. Elle, c’est l’élégance. La grâce des beautés farouches. Il suffit d’une scène, pour abuser nos yeux. La diva ivre de malheur se dandine sous les spots. La caméra se fait lointaine et Marylin apparaît brusquement devant nous puis s’estompe aussi vite qu’elle est apparue.
 
Ce jeu de cache-cache entre fantasme et réalité (aussi sordide soit-elle) semble être l’essence de Poupoupidou et de très loin son aspect le mieux exploité.
 
De coïncidences en coïncidences, Rousseau découvre de troublantes similitudes entre l’histoire de Marylin et celle de la jeune femme. Un aspect irréaliste qui n’alourdit pas l’ambiance.
 
Candice aurait-elle vécu si elle avait croisé cet écrivain? La question mérite d’être posée et s’impose à nous, comme si l’on pouvait revenir en arrière.Un film très doux. Au charme fou. Poupoupidou…
 
Quentin Buchberger
 
Réalisation : Gérald Hustache-Mathieu
Scénario : Gérald Hustache-Mathieu, avec la collaboration de Juliette Sales
Avec : Jean-Paul Rouve, Sophie Quinton, Guillaume Gouix, Olivier Rabourdin
Durée : 1h42
Genre : Policier, Comédie
Pays : France
Photographie : Jean-Claude Lother, Pierre Cottereau
Musique : Stéphane Lopez
Année de production : 2010
Distribution : Diaphana Distribution
Date de sortie : 12 janvier 2011
 
A voir du même réalisateur : La Chatte Andalouse (2003), Avril (2006)

Prochaine rubrique cinéma le samedi 29 janvier 2011

**** à voir absolument

***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

 

 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La ville de Besançon dévoile un catalogue d’ouvrages vieux de plus de 500 ans

La Ville de Besançon a réalisé, après un travail de plusieurs années, un catalogue inédit de sa collection d’incunables (Ouvrage imprimé antérieur à 1500, tiré à peu d'exemplaires). Paru chez Droz dans la collection Histoire et civilisation du livre dirigée par l’EPHE et le CESR de Tours, intitule “Catalogue régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France”, volumes concernant la Franche-Comté, il est l’œuvre de la conservatrice de la bibliothèque municipale de la Ville de Besançon, Marie-Claire Waille.

La cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes

Un important incendie impacte la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi en fin de journée. Il serait "potentiellement lié" aux travaux de rénovation au niveau de la flèche de l'édifice selon les pompiers. Les dégâts seraient déjà considérables.

Courbet a rendez-vous avec Yan-Pei Ming pour son bicentenaire

Le Doubs célèbre depuis le mois de février 2019 le bicentenaire de la naissance de Courbet, le peintre de "L'Origine du monde", par une série d'expositions et de manifestations qui culmineront lors d'un face-à-face avec les oeuvres de Yan Pei-Ming. Le peintre contemporain s'est installé ce mois d'avril 2019 dans l'atelier de Gustave Courbet.

Le Hip -Hop donnerait un goût plus intense et plus fruité au fromage…

La musique influencerait le goût du fromage • L'emmental est sensible à la musique selon une étude expérience menée durant plusieurs mois par la Haute école des Arts de Berne, dans une cave d'affinage de Berthoud, dans l'ouest de la Suisse. Après six mois et demi d'affinage au son du rock de Led Zeppelin, de la musique de Mozart ou du rap de "Tribe called quest", les meules du fromager-affineur Beate Wampfler situé dans la vallée de l'emmental, présentaient des goûts différents, en lien avec les mélodies qu'ils ont "écoutées".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 13.75
ciel dégagé
le 20/04 à 21h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1022.316 hPa
Humidité
78 %

Sondage