CINEMA Somewhere de Sofia Coppola

Publié le 08/01/2011 - 12:46
Mis à jour le 08/01/2011 - 12:46

Un acteur en pleine crise existentielle retrouve peu à peu goût à son quotidien grâce à sa fille Cleo.

1294424677.jpg
©dr
PUBLICITÉ
*** à voir
 
Seul, affalé sur son canapé, l’acteur hollywoodien Johnny Marco (Stephen Dorff, formidable) a le verre solitaire. Solitaire, cet homme semble l’être tout à fait.
 
Emprisonné dans son existence luxueuse, ivre d’ennui, de voitures de sport, de palaces et de femmes faciles, cet acteur traverse une véritable crise existentielle et semble ne plus avoir goût à rien. Mais lorsque sa fille de 11 ans, Cleo (Elle Fanning, remarquable et gracieuse), fait délicatement irruption dans son quotidien, elle rompt la routine de sa morne existence.
 
Complexe sujet que celui des relations père/fille, et plus particulièrement d’une fille qui tente d’exister sans flancher sous le poids de la célébrité de son père.
 
Un sujet sans doute cher à Sofia Coppola (est-il nécessaire de rappeler qu’elle est la fille du célèbre réalisateur Francis Ford Coppola) qui décide de l’aborder avec beaucoup de pudeur, préférant des scènes silencieuses, des sourires complices et des jeux de regards à de longs dialogues aux vertus psychanalytiques affichées et assommantes.
 
Deux acteurs doués et très complémentaires offrent à nos yeux les tribulations tendres de deux êtres amenés à vivre ensemble, brisant ainsi le rythme de leurs rares entrevues et se retrouvant autour de petits bonheurs simples et complices.
 
Coppola joue du contraste entre un ennui mortel et la joie de vivre retrouvée du père auprès de son enfant. Cet homme qui découvre sa fille et cette fille qui se découvre à son père captivent autant qu’ils ravissent.
 
(Sofia Coppola a reçu pour ce film le Lion d’Or de la 67ème Mostra du cinéma de Venise ; distinction controversée car elle lui a été remise par son ancien compagnon et pour l’occasion président du jury, Quentin Tarantino.)
 
 
 
Quentin Buchberger
 
Réalisation : Sofia Coppola
Scénario : Sofia Coppola
Avec : Stephen Dorff, Elle Fanning, Chris Pontius
Durée : 1h38
Genre : Comédie dramatique
Pays : États-Unis
Photographie : Harris Savides, Franco Biciocchi
Musique : Phoenix
Année de production : 2010
Distribution : Pathé Distribution
Date de sortie : 5 janvier 2011
 
A voir du même réalisateur : Virgin Suicides (1999), Lost in translation (2003), Marie-Antoinette (2006)

Prochaine rubrique cinéma le samedi 15 janvier 2011.

**** à voir absolument

***  à voir
** pourquoi pas
*   mieux vaut éviter

 

 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La ville de Besançon dévoile un catalogue d’ouvrages vieux de plus de 500 ans

La Ville de Besançon a réalisé, après un travail de plusieurs années, un catalogue inédit de sa collection d’incunables (Ouvrage imprimé antérieur à 1500, tiré à peu d'exemplaires). Paru chez Droz dans la collection Histoire et civilisation du livre dirigée par l’EPHE et le CESR de Tours, intitule “Catalogue régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France”, volumes concernant la Franche-Comté, il est l’œuvre de la conservatrice de la bibliothèque municipale de la Ville de Besançon, Marie-Claire Waille.

La cathédrale Notre-Dame de Paris en proie aux flammes

Un important incendie impacte la cathédrale Notre-Dame de Paris ce lundi en fin de journée. Il serait "potentiellement lié" aux travaux de rénovation au niveau de la flèche de l'édifice selon les pompiers. Les dégâts seraient déjà considérables.

Courbet a rendez-vous avec Yan-Pei Ming pour son bicentenaire

Le Doubs célèbre depuis le mois de février 2019 le bicentenaire de la naissance de Courbet, le peintre de "L'Origine du monde", par une série d'expositions et de manifestations qui culmineront lors d'un face-à-face avec les oeuvres de Yan Pei-Ming. Le peintre contemporain s'est installé ce mois d'avril 2019 dans l'atelier de Gustave Courbet.

Le Hip -Hop donnerait un goût plus intense et plus fruité au fromage…

La musique influencerait le goût du fromage • L'emmental est sensible à la musique selon une étude expérience menée durant plusieurs mois par la Haute école des Arts de Berne, dans une cave d'affinage de Berthoud, dans l'ouest de la Suisse. Après six mois et demi d'affinage au son du rock de Led Zeppelin, de la musique de Mozart ou du rap de "Tribe called quest", les meules du fromager-affineur Beate Wampfler situé dans la vallée de l'emmental, présentaient des goûts différents, en lien avec les mélodies qu'ils ont "écoutées".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 11.04
couvert
le 23/04 à 3h00
Vent
1.18 m/s
Pression
997.284 hPa
Humidité
80 %

Sondage