Citadelle : Patrick Porte est le nouveau directeur

Publié le 15/07/2013 - 09:45
Mis à jour le 16/07/2013 - 17:59

Suite au départ de Philippe Mathieu qui a pris la tête de la Société d’économie mixte de Brest, Patrick Porte est arrivé à la direction de la Citadelle le 1er juillet dernier, en plein cœur de la saison touristique. Macommune.info l’a interrogé sur son parcours et ses ambitions.

Nouveau venu

PUBLICITÉ

Macommune.info : Quel est votre parcours ?

Patrick Porte : « Je suis conservateur général du patrimoine. C’est une première pour ce site qui n’avait accueilli jusqu’à présent que d’anciens directeurs. J’amène ainsi une autre vision et c’est celle-là qu’ont retenu les élus. Archéologue de formation, je me suis intéressé à la valorisation scientifique et patrimoniale dans le Nord Isère durant une vingtaine d’années.

J’y ai notamment implanté le plus grand centre « classe patrimoine », sur le modèle des « classes vertes », dans les années 1980. J’ai développé ces activités en parallèle de mes recherches. Pour les diverses actions de valorisation du patrimoine, le prix européen du développement local par la culture m’a par ailleurs été remis en 1994. Puis, en 2001, j’ai rejoint le musée national du sport à Paris jusqu’en 2008. Par la suite, j’ai eu en charge le projet de recréation du musée d’histoire et d’archéologie du Grand Ouest de Nantes qui a finalement du être abandonné temporairement pour des questions urbanistiques.

En ma qualité de professeur associé du développement touristique et culturel à l’Université de Lyon, je regardais aussi régulièrement ce qui se passait sur Besançon. La Citadelle est un cas d’école intéressant et je voulais quitter Nantes. J’ai donc décidé de postuler. »

Quels sont vos projets pour la Citadelle ?

« Ce site accueille 280 000 visiteurs en moyenne à l’année, dont la moitié sur les seuls mois d’été. L’un de mes objectifs sera d’abord de permettre à la fréquentation de s’étaler sur six mois et non plus deux. L’idée étant de répondre aux besoins des visiteurs tout au long de l’année. Je souhaiterais mettre en avant le fait qu’il ne s’agit pas que d’un site touristique. Cela doit aussi être un site culturel. D’autant que la Citadelle possède un riche patrimoine culturel, malheureusement méconnu car on a trop souvent axé sur le côté touristique jusqu’à présent.

J’ai appris, par exemple, que la plus importante collection sur la Côte d’Ivoire se trouvait à Besançon ; suite à l’impossibilité pour le musée national d’Abidjan de conserver son fond. Hormis une exposition temporaire organisée de temps à autre, on n’en sait pas grand-chose. La collection regroupée au musée de la résistance et de la déportation est également reconnue internationalement.

Ce sont des sujets potentiels sur lesquels il faudra réfléchir. Nous travaillons aussi sur un projet de spectacle innovant et immersif. Il devrait être inauguré en avril-mai 2014 au sein de la chapelle. Le public sera invité dans le noir à découvrir et être partie prenante du siège de Besançon. Cela devrait mobiliser plus d’un million d’euros d’investissements.

Je pense personnellement que ce n’est pas par des panneaux explicatifs que l’on marque les visiteurs mais par ce genre d’initiatives qui ont recours aux nouvelles technologies. La création d’un espace pédagogique sur la biodiversité est aussi en réflexion. Il sera également interactif. »

La diversité des collections présentées en font justement un site hétéroclite. Vous n’y aviez jamais été confronté avant ?

« C’est ce qui fait l’intérêt du site. On passe des marionnettes, aux animaux en passant par la remémoration de la Shoah, le tout regroupé dans un site classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Cela ne m’effraie pas vraiment. L’objectif est de se dire : comment intéresser les visiteurs venus voir des lions à également apprécier les expositions de marionnettes ?

Seule la gestion du patrimoine vivant est un peu nouvelle pour moi mais j’ai déjà l’habitude de travailler sur des sujets variés comme les beaux-arts, l’archéologie, l’environnement… La difficulté pour moi maintenant va être de réussir à convaincre les lions de faire un sourire aux visiteurs et de ne pas rester dormir dans un coin ! »

La fréquentation du site aurait tendance à diminuer. Quels sont les objectifs futurs ?

« Il n’y a pas d’objectifs spéciaux. Nous sommes très liés sur cette question à la météo. Depuis le début de cette semaine à titre d’exemple, nous avons fait mieux que le prévisionnel. L’idée sera aussi d’être plus indépendant vis-à-vis de ces aléas météorologiques en proposant notamment une programmation culturelle plus importante. Deux grosses expositions autour d’Ousmane Sow et de François Riou sont ouvertes en ce moment. De plus, ce n’est parce qu’on perd des visiteurs, que l’on y perd financièrement. Cette dernière année, les chiffres réalisés en magasin ont notamment été bons et ont permis de rester à l’équilibre.« 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 21.47
ciel dégagé
le 20/04 à 15h00
Vent
3.82 m/s
Pression
1022.092 hPa
Humidité
52 %

Sondage