Elections professionnelles : le coup de gueule de la CFTC

Publié le 30/12/2014 - 16:17
Mis à jour le 30/12/2014 - 16:18

Après les dernières élections professionnelles qui ont vu la CFTC progresser fortement au sein de la collectivité (Ville de Besançon, CAGB, CCAS), la CFTC pousse un coup de gueule ! Avec 18,40 %, devant la CGT 16,67 % et avec seulement 13 % d’écart avec le premier syndicat (CFDT) la CFTC semble « déranger ». Le pont du 2 janvier 2015, accordé, à la demande de la CFDT, CGT, FO, a été validé « sans aucune concertation avec la CFTC », ce qui pousse le syndicat à vouloir s’exprimer.
 

 ©
©

Tribune

"Si, depuis six ans, les campagnes de dénigrement émamant de ces trois organisations ne nous dérangent pas plus que cela , il est bon de rappeler que nous n'avons par pour philosophie de nous soumettre à qui que ce soit. 

Un "pont" pour passer d'une année 2014 sans aucune revalorisation des salaires à une année 2015 qui verra la misère sociale augmenter dans notre collectivité, voilà ce que trois des syndicats de la Ville de Besançon (CGT-CFDT-FO) ont demandé à leur Maire. Demande acceptée puisque que Monsieur le Maire a officialisé (par messagerie intranet) la date du 2 janvier 2015 comme jour férié « exceptionnel ».
« Os » à ronger syndical disent certains, arbre qui cache une réalité beaucoup plus sombre disent d'autres voire même « coup de pub » bien orchestré ?... ce sont là certaines questions que se posent de nombreux employés de la Ville de Besançon, de la CAGB (Communauté d'Agglomération du Grande Besançon) ainsi que du CCAS (Centre Communal d'Action Sociale).
Mais la réponse est sans doute ailleurs.

Il suffit de regarder le résultat des dernières élections professionnelles pour comprendre que la forte progression de la CFTC, devançant notamment la CGT, est considérée comme un crime de lèse-majesté envers les princes du pouvoir syndical siégeant depuis des lustres à la table des maîtres de notre collectivité. Alors tout devient plus clair. A l'auberge des « Copains d'Abord », ces princes de l'appât rance, ces marchands d'illusion boivent à la santé des manants de la CFTC, garde-fous des dernières valeurs d'une culture bientôt décharnée. On se délecte des paroles de pathétiques représentants perchés en haut de leur suffisance, torse gonflé, prêts à souffler leur haine sur ce syndicat qui les dérange tant. On ironise sur cette étiquette syndicale qui condamne ceux qui ne digèrent pas notre existence à vomir leur rancoeur.

Il paraît même que chez ces gens là, on ne se dit pas Madame ou Monsieur, non, on se tutoie Monsieur...on se tutoie. Alors on comprend mieux ce pont des soupirs, négocié dans l'antichambre de cette indignité qui permet de franchir les limites de ce que nous n'accepterons jamais. Qu'on se le dise, bavardage et copinage ne seront jamais les deux mamelles nourricières de la CFTC. Reste que dans ce miroir aux alouettes se reflète le visage des réels problèmes rencontrés par les agents.

Mais qu'importe finalement, au diable ces vrais problèmes, pourvu qu'on ait l'ivresse d'une victoire syndicale dont l'éclat peu glorieux reste suffisant à faire penser que le combat fut rude.

Pendant ce temps, passe sous ce pont le cadavre des acquis sociaux tombés au champ du déshonneur faute de combattants dignes de nos anciens qui « eux » ce sont battus pour que l'on vive dans un monde meilleur.

Au nom des employés, merci Monsieur le Maire pour ce cadeau fait à « ces » syndicats, nous ne doutons pas que « ces » mêmes syndicats trouverons dans votre hotte une augmentation des salaires, la valorisation de leur carrière, de la considération..."

Jacques DESOCHE Président du syndicat CFTC de la Ville de Besançon

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Législatives 2024 : Macha Woronoff appelle les étudiants de l’université de Franche-Comté à voter

Alors que le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé le 9 juin 2024 la dissolution de l’Assemblée nationale, l’association France Universités rappelle dans un communiqué les valeurs des universités françaises. Un point de vue soutenu et partagé par Macha Woronoff, présidente de l’Université de Franche-Comté.

Législatives 2024 : trouvez les candidats dans votre circonscription en Franche-Comté

Voici la liste de toutes les candidates et de tous les candidats à la députation lors des élections législatives anticipées qui se tiendront les dimanche 30 juin et 7 juillet suite à la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République au vu de la victoire du Rassemblement national en France le 9 juin dernier.

27 écoles “ont fait, font ou feront l’objet de désamiantage” à Besançon

En octobre 2023, Anne Vignot, la maire de Besançon, avait effectué un point presse suite aux interpellations des élus de l’opposition qui s’inquiétaient de l’état des écoles de la ville au sujet de l'amiante. Si elle s’était déjà voulu rassurante à l’époque, elle le reste aujourd’hui et indique qu’une commission du conseil municipal s’est tenue à quatre reprises pour élaborer un état des lieux et établir des préconisations ainsi qu’un plan d’actions. Ces résultats seront présentés jeudi 20 juin 2024 devant les élus.

Sondage – Comptez-vous aller voter les 30 juin et 7 juillet 2024 aux élections législatives anticipées ?

Suite à la décision du président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale après la victoire de l'extrême droite aux élections européennes en France, les électrices et les électeurs sont invités à se rendre aux urnes les 30 juin et 7 juillet 2024 pour élire les député(e)s dans le cadre d'élections législatives anticipées. Comptez-vous aller voter ? C'est notre sondage de la semaine...

Législatives 2024 : le collectif “à gauche citoyens” appelle à voter pour le Nouveau Front populaire

Dans un communiqué du 15 juin 2024, l’association "à gauche citoyens !" se réjouit de l’accord intervenu entre les forces de gauche et les écologistes et de la constitution du Nouveau Front populaire. "Cela répond à la raison d’être de notre association depuis sa création", est-il précisé.

Les Républicains : l’exclusion d’Eric Ciotti, invalidée par le tribunal judiciaire de Paris

La justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti, président de LR, a-t-on appris vendredi 14 juin. Pour rappel, le bureau politique de son parti s’était réuni le 12 juin pour l’évincer après ses déclarations sur son alliance avec l’extrême droite dans le cadre des élections législatives.

Législatives 2024 : cette fois, le Mouvement Franche-Comté appelle à ne pas voter pour LFI

Après avoir appelé les Francs-Comtois à ne pas voter aux prochaines législatives pour l’extrême droite, le RN, parti ”national-centraliste” en ce qu’il souhaite détruire l’Europe et supprimer les régions, le Mouvement Franche-Comté leur demande, ce vendredi 14 juin, ne pas voter pour les candidats de La France insoumise, parti co-fondateur du Nouveau Front populaire.

Législatives 2024 : à Besançon comme en France, les lieux de musiques actuelles appellent à faire barrage à l’extrême droite

Dans un communiqué de la Fédération des lieux de musiques actuelles (Fedelima) diffusé vendredi 14 juin 2024, le monde des arts et de la culture appellent à se mobiliser aux élections législatives pour ”faire barrage à l’extrême droite”. Un texte relayé notamment par La Rodia et Le Bastion à Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 26.36
partiellement nuageux
le 19/06 à 12h00
Vent
3.04 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
59 %