Crise au FN : "J'ai honte", confie Marion Maréchal-Le Pen

Publié le 29/07/2015 - 11:28
Mis à jour le 29/07/2015 - 11:28

La députée Front national Marion Maréchal-Le Pen dit avoir "honte" du "spectacle qui est offert" par le conflit au FN opposant son grand-père Jean-Marie Le Pen à sa tante Marine, dans un entretien au Parisien de mercredi.

PUBLICITÉ

La justice a donné raison pour la troisième fois à Jean-Marie Le Pen dans le conflit qui l’oppose à sa fille Marine Le Pen, présidente du FN, en confirmant mardi la suspension du congrès qui était censé supprimer son statut de président d’honneur.

Selon Mme Maréchal-Le Pen, « cela reste une victoire sur la forme, sur la procédure ». « La solution démocratique, c’est le recours aux adhérents, la solution pour sortir de cette crise. » « Je ne suis pas fière du spectacle qui est offert. C’est même franchement l’inverse, j’ai honte. Tout cela a un aspect pathétique, c’est grotesque », confie la députée qui se présente comme « une victime collatérale de ce conflit ».

Jean-Marie Le Pen hésite à se présenter aux élections régionales de décembre en région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) contre sa petite-fille de 25 ans investie par le FN.

« La réaction du lion blessé »

« Jean-Marie Le Pen ne sortirait pas grandi avec une fin de carrière politique de cet ordre-là », estime sa petite-fille qui parle de « la réaction du lion blessé », qui « a ajouté des arguments qui ne jouent pas en sa faveur ».

Elle condamne les propos qui ont conduit à la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen. « Mais c’est mon grand-père. Je ne peux pas faire fi de la relation qui est la nôtre. »

« C’est sûr que c’était méconnaître Jean-Marie Le Pen de croire que ça allait être facile de le mettre à l’écart… Cependant, la situation était telle que c’était difficile de faire autrement », conclut Marion Maréchal-Le Pen.

De son côté, le bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, regrette, dans le quotidien économique Les Echos, de « voir la justice soutenir à bout de bras un Jean-Marie Le Pen qui, par ses propos gravissimes, a mille fois mérité de perdre son titre ».

Jean-Marie Le Pen, 87 ans, avait été mis au ban du parti après une nouvelle série de provocations en avril, guère nouvelles sur le fond : répétition de sa vision plusieurs fois condamnée par la justice des chambres à gaz, « détail » de l’Histoire, défense du maréchal Pétain, du « monde blanc » et critique en règle de la démocratie.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre expriment leur soutien à Macron

72 maires et élus locaux de droite et du centre ont exprimé dans une tribune, diffusée samedi par le Journal du Dimanche, leur soutien à Emmanuel Macron, au moment où le parti de droite Les Républicains subit une crise profonde après sa déroute aux élections européennes. Parmi eux, on retrouve notamment le maire  "Agir" de Vesoul, Alain Chrétien.

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Emmanuel Macron au vernissage de l’exposition « Yan Pei-Ming face à Courbet » lundi 10 juin

Le programme de la visite présidentielle • Le président de la République sera bien à Ornans ce  lundi 10 juin 2019  le jour même du bicentenaire de la naissance de Gustave Courbet (10 juin 1819) pour l'inauguration de la nouvelle exposition "Yan Pei-Ming face à Courbet". Cette dernière fait partie des 15 en France ayant reçu cette année le label "Exposition d’intérêt national" du ministère de la Culture. Le Président de la République sera accompagné par Franck Riester, ministre de la Culture, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et Sébastien Lecornu, ministre chargé des Collectivités territoriales.

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Projet de loi santé : Martial Bourquin dépose des amendements pour lutter contre les déserts médicaux

Dans le cadre du projet de loi Organisation du système de santé e, débat actuellement au Sénat, le PS Martial Bourquin a déposé des amendements visant à lutter contre les déserts médicaux et propose le conventionnement sélectif  ou "territorialisé" des médecins libéraux.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.99
partiellement nuageux
le 17/06 à 18h00
Vent
2.02 m/s
Pression
1016.04 hPa
Humidité
81 %

Sondage