Alerte Témoin

Délinquance: Besançon craque pour la vidéo-protection

Publié le 21/02/2012 - 13:17
Mis à jour le 21/02/2012 - 16:34

24 caméras placées dans des endroits où la délinquance est avérée seront installées à Besançon vers la fin de l’année 2012. Jean-Louis Fousseret, hésitant sur ce dossier, a jusque-là toujours repoussé l’échéance. Le dossier porté par Frédéric Allemann sera présenté au conseil municipal du 22 février. 

Ce n’est pas une révolution culturelle, mais presque… Cela fait des années qu’une partie de l’opposition réclame l’installation de caméras pour lutter contre la délinquance sans convaincre le maire. C’est désormais chose faite, mais non sans précautions. Jean-Louis Fousseret a fait faire une étude par un cabinet spécialisé et a réuni un comité d’éthique qui a planché à quatre reprises.

« La situation de Besançon n’est pas la pire de France, mais comme ailleurs le sentiment d’insécurité n’a pas baissé. Mais je n’ai pas de tabou et je me sens responsable de la qualité de vie des habitants de cette ville », a précisé Jean-Louis Fousseret lors de la présentation du projet d’installation de 24 caméras (10 au centre-ville, 4 à Battant, 5 à La Grette et 5 à Planoise). La liste détaillée des emplacements n’a pas été révélée. On a cependant quelques indications. Seront notamment concernés la place Marulaz, la place du Huit Septembre, la place de la Révolution, Chamars, le pont Battant, Les Epoisses, Ile-de-France et Cassin.

Selon Frédéric Allemann, conseiller municipal délégué à la tranquillité publique, le comité d’éthique a salué « la fiabilité de l’étude » préalable d’aide à la décision dont les recommandations vont être suivies dans son hypothèse moyenne s’inscrivant entre un projet de 8 caméras et un autre de 80. Les images recueillies par les caméras seront diffusées dans un centre de supervision urbain qui mobilisera sept personnes, étant entendu que la police nationale pourra prendre la main quand elle le jugera utile dans la journée et d’office à partir de 23h.

« Je m’attends à un certain nombre de critiques, mais j’ai un regard pragmatique. Je sais que les caméras ne régleront pas tout. C’est un outil parmi d’autres. A Dijon, le système a permis d’élucider un certain nombre de cas de délinquance m’a confié François Rebsamen », a poursuivi Jean-Louis Fousseret prenant un maximum de précautions. Il se souvient des réactions hostiles d’une partie de sa majorité lorsqu’il a fait installer des caméras dans les bus. Il a répété à plusieurs reprises que « le système ne portera pas atteinte aux libertés publiques et privées fondamentales».

Le coût du dispositif est estimé à une dépense d’investissement d’environ 850 000 euros (caméras et centre de supervision urbain) avec une participation de l’Etat de l’ordre de 40%. Le fonctionnement sera pris en charge par la Ville avec une prévision de dépense annuelle s’élevant à 280 000 euros.

Il existe déjà 292 caméras à Besançon, mais elles n’ont pas la même vocation. Il s’agit surtout d’installation de protection de bâtiments ou de parkings, de gestion d’espaces publics et de contrôle d’accès. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Des chercheurs bisontins publient un livre consacré à l’un des plus importants architectes de Besançon…

Méconnu, il est pourtant l'un des plus importants architectes comtois et bisontin du XIXe siècle. C'est pourquoi une chercheuse et des chercheurs de la Société d'Émulation du Doubs ont souhaité écrire sur lui… Alphonse Delacroix. Publié le 11 septembre dernier, cet ouvrage collectif a pour but de célébrer le 180e anniversaire de la fondation tout en mettant en lumière le travail de l'architecte à Besançon… que tout le monde connaît sans le savoir !

« Il n’était pas envisageable de renoncer à Livres dans la Boucle » selon Anne Vignot

La cinquième édition du festival Livres dans la Boucle à Besançon a été inaugurée ce samedi 19 septembre 2020 à la Cité des Arts. À cette occasion, la maire et présidente de Grand Besançon Métropole a déclaré qu"'il n'était pas envisageable de renoncer à Livres dans la Boucle" alors que cette édition se déroule en pleine crise de la covid-19.

Le Gentil Godjo veut « faire la nique au marché de l’art » lors de sa prochaine expo

Artiste bisontin qu'on ne présente plus, le Gentil Godjo organise une exposition unique de ses œuvres picturales à la Maison de quartier municipale Grette Butte les 2, 3 et 4 octobre 2020. Pourquoi unique ? L'artiste invite les visiteurs à repartir avec une de ses œuvres gratuitement "pour faire la nique au marché de l'art qui ne parle que de gros sous". Le titre de cette expo : "La foire de l'art hors de prix du Gentil Godjo".

Risque de fermeture administrative de bars à Besançon : le BBRBU demande une table ronde « en urgence »

Suite à l'annonce du préfet du Doubs le 15 septembre sur des fermetures administratives de bars où les gestes barrière ne sont pas respectés, l'association des Bars Boîtes Restos de Besac Unis (BBRBU) demande l'organisation d'une table ronde en urgence en réunissant "au plus vite" les représentants de la Ville, de la Préfecture, de l'ARS et tous les gérants de débits de boisson qui le souhaitent.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.04
    peu nuageux
    le 23/09 à 18h00
    Vent
    1.85 m/s
    Pression
    1007 hPa
    Humidité
    46 %

    Sondage