Deux loups tués dans le Doubs : des associations déposent des recours contre des autorisations de tirs de défense

Publié le 20/12/2022 - 12:03
Mis à jour le 20/12/2022 - 11:36

Après des attaques sur de jeunes bovins sur un champ dans le Doubs, deux loups ont été tués en octobre 2022, ce que dénoncent trois associations nationales (Ferus, One voice et Pôle grands prédateurs) dans un communiqué du 20 décembre en déposant des recours contre deux arrêtés de tirs de défense signés par le préfet du Doubs le 10 octobre dernier.

Archives © © DR / facebook FDESA 70
Archives © © DR / facebook FDESA 70

Ferus, One voice et Pôle grands prédateurs rappellent que le massif du Jura est un front de recolonisation du loup. L’espacé ne s’y reproduit que depuis 2019 et aujourd’hui, deux meutes sont recensées, côté suisse inclus. Malgré ce statut précaire pour cet espère, il a été décidé de considérer les troupeaux de bovins comme non-protégeables : deux animaux ont été abattus cet automne dont la mère de la meute du Risoux. Pour les associations, c’est "une « solution » de facilité inutile qui ne protège pas les troupeaux et déciment les familles de loups et une solution illégale."

C’est pourquoi elles viennent de déposer des recours contre deux arrêtés de tirs de défense signés par le préfet du Doubs le 10 octobre 2022.

Quels arguments ?

Ferus, One voice et Pôle grands prédateurs annoncent que leurs arguments juridiques reposent majoritairement sur deux axes : 

"L'inopposabilité et l'illégalité de la note technique : La « non-protégeabilité » de principe et absolue des troupeaux de bovins (et d'équins) repose sur une simple note technique du préfet coordonnateur du plan national loup du 28 juin 2019. Cette note n'a jamais été publiée de sorte qu'elle est inopposable et n'a aucune valeur juridique.
Cette note souligne « des moyens de protection inadaptés » Et pour cause ! Aucune recherche ni expérimentation sérieuse de mesures de protection passive ou active des bovins n'est effectivement développée en France, alors que les loups sont de retour depuis maintenant 30 ans dans notre pays.
Comme l'avoue carrément la note technique, c'est « le choix de l'État » de ne pas rendre les troupeaux de bovins et d'équins éligibles à la protection". Eu égard à son caractère inopposable, cette note ne peut dès lors pas fonder des décisions d'autorisations de tirs contre des loups dans le cadre dérogatoire des troupeaux non-protégeables.
Le caractère général de la règle de « non-protégeabilité » de tous les troupeaux bovins et équins est donc parfaitement illégal."

"Risque de disparition d'une population locale : Dans le « Document d'orientation sur la protection stricte des espèces animales d'intérêt communautaire en vertu de la directive Habitats 92/43/CEE, établie par la Commission européenne pour l'application des articles 12 et 16 de la Directive Habitat » (guide d'interprétation sur laquelle l'État français doit s'appuyer pour élaborer sa règlementation en matière de protection du loup) il est indiqué qu'« une évaluation appropriée de l'impact d'une dérogation particulière devra dans la majorité, voire la totalité, des cas se situer à un niveau inférieur à celui de la région biogéographique, dans un souci de cohérence du point de vue écologique. Un niveau intéressant à cet égard pourrait être celui de la population (locale). »
Ce qui veut dire que les autorisations de tirs de loups - même si elles respectent le plafond de tir au niveau national - doivent être également appréciées au niveau local.
Or 
la multiplication des arrêtés de tirs de défense (+ de 25) sur le massif du Jura met donc ainsi grandement en péril la population de loups au niveau local.
Pour finir, la non-publication de la totalité des arrêtés de tirs de défense, si elle n'est pas illégale, rend opaques les décisions en matière de tir et n'aide pas à établir un dialogue transparent entre les différents acteurs."

"La seule solution efficace reste la protection effective des troupeaux, bovins y compris"

Les associations rappellent que "les études menées (comme la thèse d'Oksana Grente, France-2021) n'ont pas validé le tir des loups comme une solution face à la prédation sur les troupeaux."
En poursuivant dans cette voie, ces trois associations affirment que "l’État fait perdre un temps précieux aux éleveurs et manque à son rôle de conseil pour la mise en place de moyens de protection efficaces afin de cohabiter avec cette espèce protégée !" Selon elles, "la seule solution efficace reste la protection effective des troupeaux, bovins y compris."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Une matinée avec les Restos du cœur de Besançon-Chalezeule

Grand format • À quelques jours de la collecte nationale des 1er, 2 et 3 mars 2024, nous avons suivi durant une matinée les bénévoles du centre Besançon-Chalezeule. De la ramasse à la distribution, en passant par les ateliers, les activités ne manquent pas aux Restos du coeur qui espèrent toujours plus de bénévoles.

Les saucisses de Morteau et de Montbéliard primées au Concours général agricole 2024 

Ce dimanche 25 février 2024 s'est déroulé dans le cadre du Salon international de l’agriculture, le concours général agricole. Au cœur de cette compétition les saucisses de Morteau et de Montbéliard, fiertés du terroir franc-comtois, ont une nouvelle fois brillé !

172 millions d’euros investis par l’agence de l’eau au 3e trimestre 2023

Au cours du troisième trimestre 2023, l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse a accompagné près de 1.700 projets portés par les collectivités, entreprises, agriculteurs et associations pour améliorer la qualité des eaux et des milieux aquatiques dans les bassins Rhône-Méditerranée et de Corse. Des investissements dynamiques et "à la hauteur des enjeux pour l’eau dans le contexte de changement climatique" pour l’agence de l’eau.

Deux ans de soutien à l’Ukraine pour l’association UKRaide

Le 24 février 2024 a marqué les deux ans du lancement de l’opération militaire spéciale russe contre l’Ukraine. Une guerre qui ne respecte pas le droit international et qui vise inlassablement des infrastructures non militaires telles que les écoles, les jardins d’enfants, les logements de particuliers ou encore les hôpitaux. En 2024, l’association UKRaide poursuit sa mobilisation en continuant d’acheminer des camions d’aide en Ukraine.

Quatorze jeunes franc-comtois récompensés au salon de l’agriculture

Le 25 février 2024, une quinzaine franc-comtois, venus du Jura et du Doubs, aura l’opportunité de se rendre au Salon international de l’agriculture à Paris. Soutenus par la MSA (mutualité sociale agricole), ils pourront présenter leur projet à tous les visiteurs ce dimanche.

Des chasseurs du Doubs demandent à pouvoir chasser le lynx, espèce protégée

Dans un courrier du 16 février 2024, l’Association intercommunale de chasse agrée (AICA) de Fournets-Luisans représentée par son président Steve Thalmann, a demandé à la fédération départementale des chasseurs du Doubs de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale un déclassement du lynx boréal, espèce protégée. Une proposition qui n’a pas manqué de faire bondir le centre Athénas, dont la mission est en partie dédié à la protection du félin. 

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.67
couvert
le 27/02 à 6h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
96 %