Deux tréfileries sauvées en Meuse et Côte d'Or, 111 emplois préservés

Publié le 21/09/2018 - 18:04
Mis à jour le 21/09/2018 - 18:04

Les tréfileries Wire France à Commercy (Meuse) et Sainte-Colombe-sur-Seine (Côte d'Or), comptant parmi les plus anciennes usines métallurgiques de France, vont être cédées par le groupe ArcelorMittal au Français Altifort, ce qui va préserver leurs 111 emplois, a-t-on appris ce vendredi 21 septembre 2018 de source syndicale et auprès du repreneur.

Le comité central d'entreprise a rendu vendredi un avis favorable au projet de reprise, par six voix sur sept, a rapporté à l'AFP Didier Royer, délégué CGT de l'usine de Commercy.

Altifort reprendra l'intégralité des 111 salariés

"Il n'y avait pas photo, sinon, c'était la fermeture", a souligné le représentant de la CGT, syndicat majoritaire, pour justifier le vote. Altifort reprendra l'intégralité des 111 salariés, a indiqué son directeur général Bart Gruyaert à l'AFP. Il prévoit d'investir 6 millions d'euros, un montant qui pourra être révisé à la baisse ou à la hausse en fonction de l'analyse de l'outil industriel, a-t-il ajouté.

La reprise devrait être effective le 1er janvier prochain, selon M. Gruyaert.

  • ArcelorMittal, le leader mondial de la sidérurgie, avait mis en vente il y a un an les usines de Commercy (69 salariés) et Sainte-Colombe-sur-Seine (42 salariés), qui sont déficitaires.

Ces deux sites produisent des fils en acier pour diverses industries dont la métallurgie, l'automobile et le bâtiment. Leur nouveau propriétaire entend leur trouver des "marchés supplémentaires", a exposé M. Gruyaert.

Ils ont une histoire très ancienne. Celui de Commercy puise son origine au début du XVIIIe siècle, comme forge. "Les forges à Commercy, c'est comme les madeleines: un emblème", a souligné M. Royer. "On a d'ailleurs misé sur cela pour mettre la pression pour une solution, car on était très inquiets" sur l'avenir du site, a-t-il ajouté.

Altifort est un groupe de métallurgie et mécanique basé à Ham (Somme), propriété de deux personnes, Stanislas Vigier, son président et Bart Gruyaert. Constitué il y a seulement quatre ans, il a grandi par rachats successifs pour atteindre un effectif de 1.500 salariés, dont 1.370 en France, et un chiffre d'affaires prévisionnel de 200 millions d'euros cette année, a exposé M. Gruyaert.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Sondage – En ce moment, soutenez-vous les forces de l’ordre ?

En plein débat sur l'article 25 de la proposition de loi dite de "sécurité globale", des images d'actes de violences de la part de policiers en service ont été rendues publiques ces dernières semaines (évacuation d'un camp de migrants, affaire Michel Zecler, manifestations...). Si certains critiquent les forces de l'ordre et leur hiérarchie, d'autres les défendent et évoquent un "surmenage". Et vous, soutenez-vous les forces de l'ordre malgré l'actualité ? C'est notre sondage de la semaine.

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.04
légère pluie
le 01/12 à 0h00
Vent
2.43 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
91 %

Sondage