Devant le Sénat, Pierre Moscovici réaffirme qu'il n'a "rien à se reprocher"

Publié le 11/04/2013 - 16:56
Mis à jour le 11/04/2013 - 16:59

Le ministre de l’Economie et des Finances, Pierre Moscovici a affirmé jeudi 11 avril 2013 au Sénat qu’il était « un ministre intègre » qui n’a « rien à se reprocher ». Citant Sophocle, il a déclaré qu’il « n’est pas de chose plus blessante qu’un reproche injuste« .

 ©
©

affaire cahuzac

"Prenons garde à essayer de transformer la faute d'un homme en attaque contre un gouvernement, contre un ministre intègre", a déclaré Pierre Moscovici en réponse au président UMP de la commission des Finances Philippe Marini. Affirmant citer Sophocle, il a ajouté : "n'est pas de chose plus blessante qu'un reproche injuste, mais quand on n'a rien à se reprocher, on affronte les reproches avec fermeté. C'est ce que je fais".

Longuement interrogé par M. Marini, pour qui "cette affaire n'est qu'à ses débuts", M. Moscovici a assuré avoir vu "ce matin de nouvelles allégations dans un hebdomadaire, à droite, très à droite, très très à droite, je veux parler de Valeurs actuelles". "Je veux dire ici avec la plus grande force, la plus grande fermeté, que ces allégations sont mensongères, que je vous les démens, que les mensonges je les combats et que je me réserve de donner suite de tout cela devant la justice", a poursuivi le ministre. "C'est facile de vouloir réécrire l'histoire a posteriori", a-t-il encore observé, avant de reprendre la chronologie de l'affaire et de la demande d'entraide administrative adressée par Bercy à la Suisse, pour obtenir des informations sur un éventuel compte caché.

Alors que M. Marini prenait la parole, les sénateurs socialistes se sont mis à scander "la réserve, la réserve", en allusion à la réserve parlementaire du sénateur, soupçonnée d'être "10 à 15 fois supérieure à celle des autres sénateurs". Mardi et mercredi à l'Assemblée lors de la séance des questions au gouvernement, chaque prise de parole d'un ministre ou du Premier ministre sur l'affaire Cahuzac a été ponctuée de cris venus des bancs de l'UMP : "Pin-pon", "démission" ou encore "menteur".

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Inscription de l’IVG dans la Constitution : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Article régulièrement mis à jour • Sénateurs, sénatrices et député(e)s se sont réunis en Congrès au château de Versailles lundi 4 mars 2024, où 780 élu(e)s ont voté pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution (contre 72). Les réactions en Franche-Comté…

IVG dans la Constitution : qu’ont voté les élu(e)s en Franche-Comté ?

Sénatrices, sénateurs et député(e)s de France se sont réunis lundi 4 mars 2024 en Congrès au château de Versailles pour débattre et soumettre au vote l'inscription de l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Voici ce qu'ont voté les élu(e)s du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Historique : la France, premier pays au monde à inscrire l’IVG dans sa Constitution

Suite au vote des sénateurs, sénatrices et député(e)s réunis en Congrès à Versailles ce lundi 4 mars dont une grande majorité a voté pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution, une cérémonie de scellement se tiendra vendredi 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.33
légère pluie
le 05/03 à 12h00
Vent
3.89 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
83 %