Alerte Témoin

Dijon, parmi les villes favorables aux abeilles labellisées "ApiCité"

Publié le 01/12/2016 - 11:22
Mis à jour le 01/12/2016 - 11:22

Dix-sept villes, allant de Paris à Dijon en passant par des petites communes, ont reçu jeudi 1er décembre 2016 le label "APICité" délivré par des apiculteurs professionnels pour récompenser des actions favorables aux abeilles et sensibiliser à leur rôle primordial dans l'agriculture.

abeille_fleur_insecte.jpg
©

"Les premiers labels APICité sont décernés à 17 petites et grandes communes allant de 200 à 2 millions d'habitants", a annoncé l'Union nationale des apiculteurs français (Unaf), la principale organisation d'apiculteurs, à l'origine de ce nouveau label. "L'objectif de ce label, accordé pour deux ans, est de valoriser les politiques locales en matière de protection des abeilles", explique l'Unaf qui défend des politiques plus volontaristes pour limiter l'usage de certains pesticides (néonicotinoïdes) et pour combattre le frelon asiatique. Dijon, Montberon près de Toulouse, Tarbes et Paris sont les communes ayant la démarche la plus poussée, qualifié "d'exemplaire".

Pour leur action "remarquable", Amiens, Clermont-Ferrand, Mèze, Thionville, Vitrolles notamment entrent dans le club des villes agissant en faveur des abeilles qui, au delà de produire du miel, sont des pollinisateurs dont le rôle est indispensable pour de nombreuses cultures (notamment fruits et légumes).

"De nombreuses communes s'engagent concrètement aujourd'hui dans cette dynamique, interdisant l'usage de pesticides dans les jardins publics, plantant des essences mellifères, installant des ruches en ville ou mettant en place des programmes de sensibilisation dans les écoles", explique dans un communiqué l'Unaf.

Une récente évaluation publiée par le ministère de l'Environnement estime qu'entre 5 et 12% de la valeur de la production végétale française - soit entre 2 et 5 milliards d'euros - dépend de l'action des insectes pollinisateurs (abeilles domestiques et sauvages, bourdons, etc.); Les cultures de melons, pastèques, kiwis et des cucurbitacées (potirons, courges, etc.) sont par exemple à 90% dépendants de la pollinisation, lorsque pommes, cerises et concombres le sont à 65%.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Confinement : quel impact sur la qualité de l’air ?

Face au coronavirus affectant ce mardi 24 mars 169 pays (sur 198), le Gouvernement français a mis en place une mesure inédite de confinement de la population. Cette restriction, du fait du fort ralentissement des activités économiques et de transport, implique des conséquences sur la qualité de l’air, indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

Comment valoriser ses déchets de jardin ?

PUBLI-INFO • La période un peu particulière que nous traversons, combinée à l’arrivée du printemps, est propice à l’entretien des extérieurs de son habitation. Ceci est source de production d’une grande quantité de déchets dont on ne sait pas toujours quoi faire. Et pourtant, ceux-ci constituent une réelle richesse pour vos espaces verts et plantations ! Le SYBERT vous donne quelques conseils pratiques pour bien gérer ces déchets.

Festival des solutions écologiques : partager vos projets avec la Bourgogne-Franche-Comté...

Transition écologique • La région organise du 29 juin au 5 juillet 2020 sur l'ensemble du territoire un festival des solutions écologiques afin de rendre visibles les initiatives des citoyens, des acteurs publics et privés, qui agissent au quotidien contre le dérèglement climatique et la préservation de la biodiversité. Pour la mise en avant des projets durant le festival, la Bourgogne-Franche-Comté peut octroyer une aide financière. Inscriptions jusqu'au 20 mars 2020. 
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.25
ciel dégagé
le 08/04 à 0h00
Vent
1.75 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
72 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune