Écoles d'infirmiers : beaucoup de candidatures mais beaucoup d'abandons

Publié le 06/04/2022 - 16:27
Mis à jour le 06/04/2022 - 14:42

Les écoles d’infirmiers font face à un paradoxe: une filière « attractive », avec un nombre record de candidatures sur la plateforme d’orientation post-bac Parcoursup, mais une formation qu’abandonnent quantité d’étudiants lors du cursus, aggravant encore un peu plus la pénurie de soignants.

Les 365 instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) ont reçu plus de 689.000 dossiers de candidatures sur la plateforme d’orientation post-bac en 2021, selon le ministère de l’Enseignement supérieur. Il y a seulement quatre ans, les instituts recensaient 180.000 candidatures.

Cette envolée s'explique - en partie - par la réforme de 2019. Jusqu'alors, les candidats devaient passer un concours pour chaque école à laquelle ils postulaient, avec frais d'inscription à la clé et déplacements. Depuis 2019, les bacheliers candidatent sur dossier auprès de dix Ifsi maximum, à travers Parcoursup, sans frais ni concours.

"Le métier est très valorisé et respecté" dans l'opinion publique "mais il existe un gouffre entre la formation et la réalité du terrain", dit à l'AFP Mathilde Padilla, présidente de la fédération des étudiants infirmiers (Fnesi). Le diplôme d'infirmier représente "une filière attractive" mais qui peine à retenir les étudiants, constate-t-elle. Un "gouffre" qui explique, selon la jeune femme, les défections au cours du cursus de formation.

Ces abandons se traduisent ensuite en difficultés de recrutement par les hôpitaux, selon une commission d'enquête du Sénat publiée en mars. Ainsi, deux mois après la rentrée 2021, près de 13 % des étudiants ont lâché leur formation, selon les chiffres de 165 Ifsi transmis au Comité des instituts de formation du paramédical (Cefiec).

Soit autant de futurs infirmiers perdus pour un secteur "aux besoins de recrutement très importants", rappelle Amélie Roux, responsable des ressources humaines pour la Fédération hospitalière de France (FHF).

"Erreurs d'orientation"

Campagne de pubs, annonce d'ouverture de 10.000 contrats d'apprentissage à la rentrée prochaine: le gouvernement vient d'annoncer une série de mesures pour varier les profils d'étudiants dans le paramédical. Dans un secteur où écoles et établissements de santé ont peu recours aux contrats d'apprentissage, le gouvernement espère ainsi attirer un nouveau public et limiter le nombre d'abandons dus à des raisons financières.

Pour les représentants d'étudiants et formateurs infirmiers contactés par l'AFP, l'apprentissage est "un moyen, mais pas la solution à tout". "Entre les stages et les apprentissages théoriques", la formation dans le paramédical s'appuie déjà sur le travail de terrain, souligne Amélie Roux, de la FHF.

C'est la confrontation avec la réalité de l'hôpital ou autres établissements de soins, découverts pendant les stages, qui est la première cause des abandons par les étudiants lors de leur cursus, pointe Mathilde Padilla. L'enquête du Cefiec évoque, elle, les "erreurs d'orientation" et des "motifs personnels" plaidés par les étudiants sur le départ.

"Le concours donnait au moins aux étudiants le temps de maturer un projet et de réfléchir au métier d'infirmier", avance Michèle Appelshaeuser, présidente du Cefiec.

Le rapport du Sénat publiée fin mars tacle la "moindre pertinence" de l'accès en école via Parcoursup. "La sélection, où il n'y a plus d'entretien, n'est pas adaptée", a jugé Rémi Salomon, président de la commission médicale des Hôpitaux de Paris, lors de son audition au Sénat. La "demande surabondante" de lycéens souhaitant devenir infirmiers "dirige vers les Ifsi trop de profils paraissant insuffisamment motivés ou préparés à la réalité de la formation", estime le rapport du Sénat.

La présidente de la fédération d'étudiants infirmiers dit être "complètement contre" un retour du concours d'entrée. Mathilde Padilla en appelle plutôt à une homogénéisation des critères de recrutement entre les 365 Ifsi, et surtout à un "travail sur l'orientation", dès le lycée, pour éviter les désillusions une fois en école.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Nouvelle formation, remise des diplômes, nouveau site… Quoi de neuf dans les écoles ESTM et Pigier à Besançon ?

PUBLI-INFO • L’année 2023 rime avec nouveautés dans les écoles ESTM et Pigier rue Gambetta à Besançon ! L’ouverture du BTS Comptabilité-Gestion rejoint la carte des 18 formations proposées par l’établissement et le relooking du site internet ESTM avec tous les parcours de formations, les offres d’emploi en alternance et les actualités de la vie étudiante.

Académie de Besançon : 121 postes supprimés dans les 1er et 2nd degrés pour la rentrée 2023

Le rectorat a annoncé lors d’un point presse la suppression de 52 postes dans les écoles de l’académie et 69 dans les collèges et lycées généraux pour la rentrée 2023. Un chiffre qu’a tenté d’atténuer la rectrice d’académie Nathalie Albert-Moretti en mettant en avant le fait que le taux d’encadrement sera pour autant meilleur. Un argument qui n’a pas semblé convaincre les syndicats qui ont décidé de boycotter le comité social d’administration de l’académie pour lequel ils sont élus en signe de protestation. 

Besançon : les élèves de l’École de la deuxième chance à la rencontre de la Société des membres de la Légion d’Honneur

Le préfet du Doubs Jean-François Colombet a organisé une rencontre entre les élèves de l’École de la deuxième chance du Doubs (E2C) et plusieurs membres de la Société des membres de la Légion d’Honneur et de l’Association des membres de l’Ordre national du Mérite dans les locaux de la préfecture à Besançon ce mercredi 18 janvier.

Éducation : les syndicats élus boycottent le comité social d’administration de l’académie de Besançon

Les syndicat FSU, SGEN CFDT, SNALC et UNSA, soit l’ensemble des organisations syndicales qui y sont élues, ont décidé de boycotter le prochain comité social d’administration (nouvelle instance qui remplace le comité technique académique) qui devait se dérouler ce mercredi 18 janvier. Un courrier a été envoyé à la rectrice de l’académie pour en expliquer les raisons.

Grève dans les écoles de Besançon le 19 janvier : un service minimum est prévu

Un prévis de grève a été déposé par les organisations syndicales des personnels de l’Éducation nationale contre la réforme des retraites pour la journée du 19 janvier 2023. Un service minimum sera mis en place, est-il expliqué dans un courrier de la Ville de Besançon aux parents d’élèves en date du 17 janvier.

Formations, diplômes, certificats… L’IRTS de Franche-Comté ouvre ses portes le 21 janvier à Besançon

PUBLI-INFO • L’IRTS de Franche-Comté (Institut régional du travail social) à Besançon est l’établissement d’enseignement supérieur et de formation professionnelle, spécialisé dans l’intervention sociale, en Franche-Comté. L'organisme ouvrira ses portes samedi 21 janvier pour faire connaître ses formations et découvrir les locaux…

Études, formations et orientation 2023 : quels établissements organisent des portes ouvertes en Bourgogne Franche-Comté ?

Pour savoir quelle orientation ou quel établissement choisir pour sa formation, son avenir, il y a les salons du lycéen et de l’étudiant (le 14 janvier à Micropolis à Besançon) et il y a des journées portes ouvertes pour visiter les établissements en Bourgogne Franche-Comté. Voici le calendrier des journées portes ouvertes en 2023 dans la région…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.35
couvert
le 31/01 à 3h00
Vent
1.12 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
94 %