Éducation nationale : Planoise, bientôt une cité éducative ?

Publié le 04/05/2019 - 17:00
Mis à jour le 07/05/2019 - 16:02

Le quartier de Planoise à Besançon fait partie des 80 territoires « prioritaires » sélectionnés pour accueillir un dispositif « cité éducative ». Ce dernier servira à coordonner les services d'Etat, les collectivités, les associations et les habitants pour accompagner l'enfant de 3 à 25 ans autour du cadre scolaire. Une enveloppe de 100 millions d'euros sur trois ans sera débloquée pour aider les collectivités dans leurs démarches.

 ©
©

À travers les Cités éducatives, le Gouvernement veut fédérer tous les acteurs de l’éducation scolaire et périscolaire, dans les territoires qui en ont le plus besoin et où seront concentrés les moyens publics.

Planoise, quartier présentant des dysfonctionnements

Il s'agit des 80 quartiers d'habitat social de plus de 5000 habitants, présentant « des dysfonctionnements urbains importants et des enjeux de mixité scolaire.» Le quartier de Planoise aura ainsi répondu aux critères fixés par le ministère de l'Education Nationale et celui de la Cohésion des Territoires.

Ce label et les moyens supplémentaires affectés par l'Etat ne seront accordés qu'aux territoires et acteurs qui proposeront « une stratégie ambitieuse et partagée, avec une collectivité en cheffe de file. »

Voici les objectifs du dispositif :

  • conforter le rôle de l'école (meilleure mixité sociale et scolaire, améliorer le bien-être à l'école, renfoncer les suivis, encourager l'ambition scolaire, la coopération avec les parents)
  • promouvoir la continuité éducative (nouvelles places de crèche, ouvrir l'école aux parents, prévention santé-hygiène, lutter contre le décrochage, promouvoir l'éducation culturelle et artistique, développer la pratique sportive, diffuser la culture scientifique et technique, promouvoir les valeurs républicaines)
  • ouvrir le champ des possibles (faire découvrir les filières de formation et du monde du travail, lutte contre l'illétrisme, aide à l'insertion professionnelle des jeunes sans qualification, développer la mobilité, ouverture citoyenne)

Et concrètement ?

Concrètement, cela se traduit par des moyens mis sur la table par l'Etat aux collectivités :

  • 34 millions d'euros par an à la Ville (soit environ 100 000 millions sur trois ans)
  • 30 000 euros de « fond de la cité éducative » pour un collège
  • des contacts pour aider les acteurs (pour conseiller un principal de collège par exemple)
  • Des moyens des autres ministères et opérateurs qui vont accompagner le projet : renouvellement urbain, enseignement supérieur, pauvreté, santé, formation, culture, sport,discriminations, Cnaf

Les dépôts des avants-projets sont à délivrer par la collectivité avant le 30 juin, avec comme but que le territoire soit labellisé en juillet.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Parcoursup’ : il est encore temps de passer à la vitesse supérieure avec l’Institution Notre-Dame Saint-Jean

Salles innovantes, outils numériques, posture de l’étudiant, l’Institution Notre-Dame Saint-Jean vous propose son projet. Acteur incontournable de l’Enseignement Supérieur à Besançon, l’Institution accueille 450 étudiants dans des formations de BAC+1 à BAC+3. Celles-ci sont proposées sous statut scolaire mais aussi par la voie de l’apprentissage ou dans le cadre de la Formation Professionnelle ou Continue.  

Mobilisation inédite au collège de Pouilley-les-Vignes

Même si l'établissement a lui aussi son lot de "cas contacts", ce n'est pas en raison de la Covid-19 que la grande majorité des cours ont été annulés au collège de Pouilley-les-Vignes ce jeudi 4 mars 2021. Soutenu par les représentants des parents d'élèves, le personnel était en grève pour dénoncer une baisse de moyens constante depuis 2018 : des classes surchargées... au point de refuser des élèves du secteur.

Variant sud-africain : une troisième classe fermée au collège des Clairs Soleils à Besançon

Une classe de 6e et une de 5e sont fermées depuis vendredi 26 février 2021 au collège Clairs-Soleils à Besançon jusqu'à vendredi suite à des cas contacts signalés. On apprend désormais qu'une classe de 4e est fermée depuis ce jeudi 4 mars 2021 et jusqu'à mercredi en raison d'un élève testé positif au variant sud-africain.

Parents d’élèves « en colère » et grève des enseignants ce lundi à l’école de Geneuille

Carte scolaire • La fermeture d'une classe et le passage de deux à trois niveaux par classe envisagés par l'inspection académique du Doubs pour la rentrée ne passent pas à Geneuille. Les parents d'élèves se sont mobilisés à 16h30 vendredi dernier pour faire part de leur incompréhension. Ce lundi 1er mars 2021, le personnel enseignant et périscolaire était appelé à faire grève. Les parents d'élèves ont pique-niqué devant l'inspection académique dans l'attente des résultats des concertations...

Les tests salivaires à l’école réalisés par des « personnels de santé », assure Blanquer

Les tests salivaires déployés à l'école pour lutter contre la propagation de l'épidémie de Covid-19 seront réalisés par des "personnels de santé" et non par des enseignants, a assuré lundi le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer lors d'un déplacement dans une école de Lavoncourt en Haute-Saône.

Tests salivaires dans les écoles du Doubs : l’inspection académique compte sur la responsabilité des parents

Lors d'une conférence de presse jeudi 25 février 2021, le préfet du Doubs Joël Mathurin et le directeur de l''inspection académique de l'Education nationales (Dasen) du Doubs Patrice Durand ont annoncé le déploiement des tests salivaires dans les écoles pour détecter les cas positifs à la Covid-19 et les variants dès lundi 1er mars. Les enfants doivent avoir l'autorisation écrite de leur parent pour pouvoir se faire tester.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.88
peu nuageux
le 07/03 à 18h00
Vent
0.99 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
87 %

Sondage