EELV Grand Besançon dit "non à la banalisation des violences d’extrême droite"

Publié le 01/09/2022 - 08:44
Mis à jour le 31/08/2022 - 18:50

Mercredi 31 août, par voie de communiqué de presse (détaillé ci-dessous), EELV Grand Besançon a pointé du doigt les violences survenues l'année passée. Le parti prend la parole pour dire "non à la banalisation des violences d’extrême droite" et en appelle à la préfecture du Doubs.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"La campagne pour les présidentielles a vu les idées d’extrême droite envahir le débat public, mais aussi l’espace public, permettant au Rassemblement national d’être présent au second tour. Le point d’orgue a été l’élection en juin de 89 députés du Rassemblement national, prouvant la banalisation de leur idéologie auprès des électeurs.

Cette banalisation des idées a des impacts concrets et inquiétants pour tous, même chez nous, même au coin de nos rues bisontines. Ces derniers mois, les actes de violences et de démonstration de force de l’extrême droite se sont multipliés. Petit retour non exhaustif de l’année passée : agressions envers les journalistes, tags fascistes, agression de militants, défilé de nuit de militants d’extrême-droite avec saluts et slogans nazis…

La Préfecture du Doubs appelée à "prendre ces menaces aussi sérieusement qu'elles le méritent"

EELV Grand Besançon condamne fermement ces violences. Nous nous inquiétons d’une société où l’extrême-droite est suffisamment en confiance et peut intimider pour empêcher tout autre discours que le sien d’exister.

Nous demandons à la Préfecture du Doubs de prendre ces menaces aussi sérieusement qu’elles le méritent, d’autant plus que plusieurs des militants d’extrême-droite impliqués sont récidivistes et connus. Les discours sur la répression de la délinquance portés par M. le Ministre de l’Intérieur doivent s’appliquer à ces violences.

Nous sommes plus que jamais mobilisés et vigilants sur ces questions. Les violences d’extrême-droite ne doivent pas être banalisées et leurs auteurs doivent être condamnés."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.89
légère pluie
le 19/04 à 15h00
Vent
5.5 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
75 %