Macron : la police de sécurité du quotidien "n'est pas le retour à la police de proximité"

Publié le 19/10/2017 - 16:29
Mis à jour le 19/10/2017 - 17:33

Le président de la République Emmanuel Macron a effectué plusieurs annonces de l'Élysée mercredi 18 octobre 2017 concernant la politique de sécurité devant les représentants des forces de l'ordre dans un climat de menace terroriste. Parmi les points abordés : la "police de sécurité du quotidien" qui "n'est pas le retour à la police de proximité" selon le président, instaurée par Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy…

11Police061.JPG
voiture de police (illustration) ©Léon Gama maCommune.info
PUBLICITÉ

Promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron, le projet, dont le chef de l’État a précisé les contours le 18 octobre, est né dans un contexte brûlant : le mouvement de grogne inédit des policiers et « l’affaire Théo », du nom d’un jeune homme gravement blessé lors de son arrestation en banlieue parisienne. 

Le retour de la police de proximité ?

Le président de la République a indiqué que la police de sécurité du quotidien (PSQ) « n’est pas le retour de la police de proximité ».

Il a également précisé que la concertation sur cette PSQ commencerait lundi 23 octobre pour une expérimentation dans une quinzaine de sites dès début 2018.

En quoi consisterait le travail des policiers de sécurité du quotidien ? Emmanuel Macron a déclaré : « exercer votre métier de policier qui représente une autorité qui conforte et qui rassure, mais qui rappelle aussi les règles de vie en société chaque fois que nécessaire. »

Infos +

  • Parmi les communs « tests » de ce dispositif, Besançon en avait la demande.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

LREM dévoile 19 premiers candidats pour les municipales : Pierre Simon est investi à Pontarlier

La République en marche a dévoilé lundi ses 19 premiers candidats pour les élections municipales, de Toulon à Mayenne en passant par Pontarlier, en se fixant l'objectif d'atteindre au moins 10.000 conseillers municipaux après mars 2020. Sans surprise, Pierre Simon a été désigné par la commission nationale d'investiture sur Pontarlier. À BesançonIl faudra encore patienter jusqu'à fin juin début juillet pour savoir qui sera investi par "En Marche". 

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Un appel pour rassembler le Parti écologiste et le Parti socialiste

Lors des élections européennes de mai dernier, le Parti socialiste a connu une défaite historique en France. Avec 6,2 % des voix, le PS se situe loin derrière les autres grands partis français. Aujourd’hui, le PS lance un appel pour s’associer avec les écologistes qui rejoignent les mêmes valeurs. Martial Bourquin, sénateur du Doubs, approuve cet appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 30.03
ciel dégagé
le 26/06 à 18h00
Vent
1.11 m/s
Pression
1020.67 hPa
Humidité
76 %

Sondage