En un an, plus de 4.300 Ukrainiens accueillis en Bourgogne Franche-Comté

Publié le 23/02/2023 - 14:53
Mis à jour le 24/02/2023 - 12:07

Alors que le conflit opposant l’Ukraine à la Russie va entrer dans sa deuxième année le 24 février 2023, les services de l'État dans chacun des départements de la région de Bourgogne Franche-Comté, avec le soutien des collectivités et de l'ensemble des partenaires, se sont mobilisés ont depuis le mois de mars 2022, pour prendre en charge les personnes déplacées d'Ukraine afin de faciliter leur accueil.

Ainsi, au 1er février 2023, ce sont 4.350 Ukrainiens qui résident en Bourgogne-Franche-Comté : 

  • 2.569 habitent dans des logements loués par des bailleurs sociaux, des collectivités, des propriétaires privés ;
  • 609 sont dans des hébergements gérés par des opérateurs de l'État ;
  • 1.172 bénéficient d’un hébergement citoyen, le plus souvent en cohabitation avec la famille accueillante (qui reçoit de la part de l'État une compensation de 150 € par mois).

La Bourgogne-Franche-Comté a notamment accueilli depuis juin 2022, 754 Ukrainiens venus de la région PACA afin de desserrer cette région particulièrement sous tension en matière de logements disponibles.

Le nombre de déplacés Ukrainiens logés ou hébergés dans la région BFC continue de progresser, mais à un rythme moins important qu’au début 2022.

Depuis le début du conflit, 470 élèves ukrainiens ont été accueillis dans l'académie de Dijon et 376 dans l’académie de Besançon.

3.693 autorisations provisoires de séjour

Dès le mois de mars 2022, le Conseil de l’Union européenne a autorisé la mise en place d’un dispositif exceptionnel dénommé Protection temporaire. Il permet aux bénéficiaires d’obtenir une autorisation provisoire de séjour sur le territoire français d’une durée de 6 mois, le versement de l’allocation pour demandeur d’asile, l’autorisation d’exercer une activité professionnelle, l’accès aux soins par une prise en charge médicale, la scolarisation des enfants mineurs et un soutien dans l’accès au logement.

Les personnes arrivant en France sont dans un premier temps accueillis dans chaque département au sein du Service de premier accueil (SPADU) qui gère la prise de rendez-vous à la préfecture afin de se voir délivrer une autorisation provisoire de séjour et l'ouverture des droits. En cas de demande de logement, le "SIAO Ukraine" oriente alors les demandeurs vers les places disponibles en fonction des besoins des familles. 

En Bourgogne-Franche-Comté, 3.693 autorisations provisoires de séjour ont ainsi été délivrées depuis un an. 1.893 ont été renouvelées (renouvellements successifs possibles). 

300 personnes déplacées ont trouvé un emploi

Par ailleurs, 743 Ukrainiens ont été accompagnés par Pôle emploi Bourgogne Franche-Comté depuis le début de la crise. À ce jour, environ 300 personnes ont pu accéder à un emploi. Les 210 offres d'emploi proposées par les entreprises à Pôle emploi ont toutes été pourvues, en majorité dans l'agriculture et l'hôtellerie-restauration. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.53
couvert
le 04/03 à 15h00
Vent
0.74 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
85 %