Enfin une première pierre pour la MSHE Ledoux à Besançon

Publié le 26/06/2014 - 15:00
Mis à jour le 27/06/2014 - 12:56

Posée officiellement mardi 24 juin 2014, la première pierre de la MSHE (Maison des sciences de l’homme et de l’environnement) Claude-Nicolas Ledoux sur le site de l’Arsenal de Besançon (ancienne faculté de médecine/pharmacie) lance les travaux d’un nouveau bâtiment, élément clé du réaménagement du secteur Saint-Jacques/Chamars. Cette construction était en projet depuis 2011. 

En projet depuis 2011…

"La MSHE est une fierté pour l’Université de Franche-Comté, son importance pour la recherche est capitale. Elle est devenue un pilier pour des projets de recherche d’envergure", a rappelé Jacques Bahi, président de l’Université de Franche-Comté, en prélude à la pose de cette première pierre.
 

Mais la MSHE, qu’est-ce que c’est ?

La Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (MSHE) Claude-Nicolas Ledoux est une structure fédérative créée en 2001. Elle accueille des projets interdisciplinaires entre sciences humaines et sociales et d’autres secteurs scientifiques : sciences de la vie, sciences de la terre, sciences de la santé, sciences de l’ingénieur, sciences de l’information. Elle est depuis 2008 une unité de service et de recherche (USR 3124, unité mixte ayant le CNRS et l’Université Franche-Comté comme tutelles principales et l’UTBM – Université de technologie de Belfort-Montbéliard - en tutelle secondaire). 
 

Quelles sont ses missions ?

Fédérant la quasi-totalité des laboratoires et équipes de recherche en sciences de l’homme et de la société oeuvrant au sein de l’Université de Franche-Comté ou de l’UTBM, la MSHE a pour principales missions la promotion, l’impulsion et la diffusion de cette recherche. 
 

Pourquoi cette construction ?

Expliquant qu’il fallait en finir avec l’idée qu’un chercheur en sciences humaines a juste besoin d’un crayon et de papier, voire pour certains d’un ordinateur, Jean-Claude Daumas, directeur de la MSHE, a précisé : "Nous avons besoin de matériel lourd et coûteux (NDLR : est notamment prévue une plateforme technologique dotée de matériels d’acquisition et de traitement des données, de bases de données et de logiciels mutualisés, de ressources pour la diffusion des connaissances )…  et d’une vitrine pour exister vraiment". Signalant que l’architecte et le projet de cette maison avaient été choisis dès 2011, puis que les retards s’étaient enchaînés et le budget s’était révélé insuffisant, il a déclaré qu’il avait d’ailleurs bien cru que le projet était enterré à jamais. "Finalement, une solution a permis de débloquer la situation. Il était temps car la MSHE a été créée en 2001 et nous sommes la seule des 22 MSHE à ne pas avoir de bâtiment pour abriter nos recherches", a-t-il rappelé.
 

Comment va se présenter la MSHE ? 

Ce "projet immobilier Bichat" comporte deux volets : d’une part la construction d’une salle de conférence de 160 places, d’autre part la rénovation du bâtiment Bichat destiné aux bureaux et salles de travail, ainsi qu’à des espaces de contacts, de démonstration et de travail avec les partenaires. 
A propos du nouveau bâtiment, élément clé du futur aménagement du secteur Saint-Jacques/Chamars : lire notre article ci-dessous.
 

Comment ce projet immobilier MSHE est-il financé ?

Le financement initial du projet est assuré dans le cadre du Contrat de projets Etat-Région (CPER) 2007-2013 à hauteur de :
  • 2 millions d’euros pour la Région Franche-Comté
  • 2 millions d’euros pour la Ville de Besançon
  • 1 millions d’euros pour l’Université de Franche-Comté
  • 500.000 euros pour l’Etat.
"La tranche ferme de 5,5 millions d’euros (CPER 2007-2013) permettra de construire le bâtiment de la salle de conférence et de démarrer la réfection du Pavillon Bichat. La tranche optionnelle de 1,6 millions d’euros (demande prioritaire sur le CPER 2015-2020) permettra de terminer le bâtiment", indique l’Université.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Gabriel Attal appelle la Nation à se mobiliser contre la violence des jeunes

+ Nouvelles mesures • "Mobilisation générale" et "sursaut d'autorité", Gabriel Attal a promis une réponse rapide de son gouvernement, avant l'été, à l'"addiction à la violence" d'une partie de la jeunesse, lors d'un déplacement jeudi 18 avril 2024 dans la ville de Viry-Châtillon (Essonne) pour son centième jour à Matignon.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Une quarantaine d’élèves du lycée Pergaud en voyage à Espagne…

Quarante-neuf élèves du lycée Pergaud de Besançon ont participé à un voyage culturel et linguistique à Valencia en Espagne du 7 au 12 avril 2024. Les élèves émanant de la section européenne espagnol et des classes technologiques ST2S, ont été accompagnés par leurs professeures Mesdames Mougenot, Lallemand, Jeanningros et Ferreira-Lopes.

Une vingtaine d’écoles bisontines reçoivent un arbre jumeau de la place de la Révolution

Dans le cadre de la végétalisation de la place de la Révolution, la Ville de Besançon a organisé jeudi 11 avril 2024 une cérémonie avec 476 enfants issus de 21 écoles bisontines. Un arbre, ayant son jumeau place de la Révolution, est ainsi remis à chaque école. Ils seront plantés à l’automne prochain.

Partiel blanc pour les premières années de médecine...

Comme chaque année, le Tutorat Santé Besançon organise un examen classant blanc le 4 mai pour les Pass (Parcours accès santé spécifique) et l’après-midi du 3 mai pour les Las (Licence à accès santé). Cet évènement, plus communément appelé “partiel blanc”, totalement gratuit et accessible à tous, se déroulera dans les locaux de la faculté de médecine.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.74
nuageux
le 19/04 à 3h00
Vent
2.1 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
95 %