Entraînement à La-Vèze pour l'équipe de France de Voile-Contact avant les championnats d'Europe

Publié le 31/07/2017 - 17:24
Mis à jour le 16/04/2019 - 12:21

L'équipe de France de parachutisme s'entraîne ce mois de juillet 2017, à l'école de parachutisme de Besançon-La Vèze pour les championnats d'Europe qui auront lieu du 7 au 13 août 2017 à Saarlouis en Allemagne. Guillaume Dubois, Alexandre Petitjean et le caméraman David Huet "visent l'or" tandis que la deuxième équipe composée de Magalie Belgodere, Benoît Baeckroot et le caméraman Adrien Melren visent le podium… Rencontre avec le Bisontin Jean-Michel Poulet, directeur technique nationale et entraîneur de l'équipe de voile-contact et ancien champion en équipe de France pendant 22 ans.

PUBLICITÉ

maCommune.info : Comment s’entraînent les parachutistes avant les championnats d’Europe ?

Jean-Michel Poulet, directeur technique : « Ils effectuent entre 600 et 700 sauts par an sur une période d’environ dix jours par mois. Lors des entraînements, ils effectuent entre huit à dix sauts par jours en ce moment. Ils s’échauffent collectivement à la salle (ndlr : de l’école de parachutisme) et enchaînent les sauts.

Tout au long de l’année, l’équipe s’entraîne. De décembre à février, nous partons à l’étranger soit à Dubaï soit en Arizona à côté de Phoenix car les températures en France ne permettent plus le saut. Nous revenons en France en mars où l’équipe s’entraîne à Gap, Avignon pour revenir en juin et juillet à Besançon. Il est important de s’entraîner en fonction du lieu du championnat et c’est la même chose pour le type d’aéronef utilisé ».

mC : Qu’est-ce qui est le plus compliqué pour faire de la voile-contact ?

« Il faut une bonne condition physique soit un renforcement musculaire qui permet de travailler la voile. En voile-contact, ils vont déformer le profil de la voile en tirant sur les sangles. Il faut donc travaille le gainage, la souplesse, une gestuelle pour attraper avec les pieds des suspens des autres voiles. Il faut faire un travail de mémorisation car les séquences tirées au sort doivent être répétées au sol .Il n’existe pas de simulateur pour les mettre en situation ».

Mc : Est-ce que tout le monde peut essayer le parachutisme ?

« Il suffit de s’inscrire dans une école de parachutisme, passer les brevets et se spécialiser dans une discipline de saut. Une personne qui entre en espoir à déjà effectuée entre 500 et 600 sauts. Il faudra encore trois, quatre ans pour intégrer une équipe nationale.

Les premières choses que l’on apprend lorsque l’on débute sont : savoir chuter à plat, ouvrir son parachute, savoir se poser. Des stages sont également proposés soit d’incitation soit de perfectionnement. Ils sont encadrés avec des initiateurs. Lorsque l’on fait parti du club, le matériel est prêté le prix est donc fixé uniquement saut par saut. Avec une centaine de sauts, un premier brevet est donné : le BPA (brevet de parachutisme autonome) ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Marche pour le climat  : EELV Besançon fustige la récupération politique de la France Insoumise

Marche pour le climat  : EELV Besançon fustige la récupération politique de la France Insoumise

À deux jours de la marche pour le climat samedi 21 septembre à Besançon, le groupe local EELV Grand Besançon met en garde dans un communiqué le groupe Alternatiba Besançon d'une forme de récupération politique à la veille des élections municipales de 2020. "Une marche pour sauver le climat n’est pas une marche de promotion d'un parti politique pour les municipales" estime Europe Écologie Les Verts.

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Avocats, médecins et paramédicaux, pilotes, hôtesses et stewards... Après la RATP vendredi, des professions "qui n'ont pas l'habitude de manifester" descendent dans la rue ce lundi 16 septembre 2019 pour défendre leurs "régimes autonomes" de retraite contre le "système universel" voulu par l'exécutif. Une trentaine d'avocats bisontins sont montés à la capitale pour manifester...

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.43
partiellement nuageux
le 22/09 à 0h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1013.32 hPa
Humidité
82 %

Sondage