Esther Ferrer et La Ribot, deux artistes espagnoles à ne pas manquer au Frac Franche-Comté à Besançon

Publié le 13/05/2024 - 07:00
Mis à jour le 13/05/2024 - 11:23

PUBLI-INFO • Jusqu'au 27 octobre 2024, deux expositions sont à découvrir au Frac Franche-Comté à Besançon : Un minuto más d'Esther Ferrer et Attention, on danse ! de La Ribot.

Depuis 2006, la collection du Frac Franche-Comté s’est structurée autour de la question du temps et de ses corollaires (durée, mouvement, espace, entropie, mémoire…). Elle s’est ouverte, de façon progressive et logique, à des œuvres sonores, performatives, immatérielles, ou encore à des œuvres transdisciplinaires dialoguant avec la musique ou la danse, autant de pratiques artistiques s’inscrivant dans la durée. Parmi ces dernières œuvres figurent notamment des installations des artistes et compositeurs Ryoji Ikeda, Hassan Khan, Ari Benjamin Meyers, Paul Panhuysen, Sébastien Roux et les installations des chorégraphes Valeria Giuga (Compagnie Labkine), William Forsythe ou La Ribot.
Au cours de ces trois dernières années, les expositions présentées au Frac ont valorisé la dimension performative de cette collection avec l’exposition Aller contre le vent, performances, actions et autres rituels en 2022 et le dialogue interdisciplinaire qui s’y déploie à travers trois expositions mettant en relation les arts visuels et la danse : Dancing machines (2020), Rose Gold de Cécile Bart (2020) et Danser sur un volcan (2021). Les expositions consacrées à Esther Ferrer et La Ribot s’inscrivent dans leur continuité.
Ces expositions mettront en dialogue le travail de ces deux artistes espagnoles incontournables représentées dans la collection du Frac. Il s’agira de souligner les correspondances entre leurs œuvres mais aussi leur singularité. En effet, si Esther Ferrer s’inscrit dans le champ des arts visuels et de la performance écartant toute spectacularité, la seconde poursuit une œuvre résolument transdisciplinaire s’exprimant aussi bien sur scène que dans les salles d’exposition d’un musée ou d’un centre d’art. Leur esthétique est différente – sobriété formelle et distanciation pour Esther Ferrer, expressivité pour La Ribot – mais toutes deux partagent rigueur, énergie, humour et économie de moyens, et font du corps à la fois la matière première et le sujet de leur travail.
Ce corps, ce peut être le leur propre, mais aussi celui des autres qu’elles associent souvent à leurs propositions, qu’il s’agisse de membres du public ou de danseurs et danseuses. Nées sous la dictature franquiste, toutes deux inscrivent également leur travail dans une réflexion sur le corps politique et social, en questionnant les préjugés sexistes et en épousant la cause des femmes, en s’intéressant aux figurants et aux laissés-pour-compte, voire aux victimes de violence privée ou d’État. Et toutes deux enfin ont une égale prédilection pour les chaises et une passion commune pour Erik Satie…
Sylvie Zavatta, directrice du Frac.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Culture

Le Colomb'in rock revient avec une édition 100 % tributes

Après une année 2023 de tous les records où le festival a vu sa fréquentation doublée (18.000 spectateurs), le Colomb’in rock revient cette année pour une 12e édition 100% tributes. Muse, Michael Jackson, Téléphone, Pink Floyd ou encore Johnny… ils seront tous présents ou presque les 13 et 14 août 2024 à Colombe-lès-Vesoul grâce à des groupes hommages venus interpréter les chansons d’artistes les plus légendaires. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.42
légère pluie
le 21/05 à 6h00
Vent
1.86 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
99 %