Festival de Chalon : le maire et le préfet s'affrontent sur la sécurité

Publié le 19/07/2018 - 13:41
Mis à jour le 19/07/2018 - 17:50

Une vive polémique oppose le maire de Chalon-sur-Saône Gilles Platret et le préfet de Saône-et-Loire Jérôme Gutton sur la sécurisation du festival « Chalon dans la rue », le premier dénonçant « le désengagement de l’Etat » tandis que le second assure que ses services se « mobilisent fortement ».

 ©
©

Les deux autorités ont échangé des communiqués très fermes mercredi jusque dans la soirée, entrecoupés semble-t-il d'un coup de téléphone houleux, sur la sécurité de ce festival des arts de la rue qui se tient jusqu'à dimanche.

"L'Etat se désengage d'une façon inacceptable"

"L'Etat se désengage d'une façon inacceptable de la sécurisation du festival Chalon dans la Rue", un évènement qui "attire chaque année 250.000 visiteurs", a fustigé M. Platret, par ailleurs porte-parole du parti Les Républicains.

L'élu pointe notamment l'absence d'une demi-compagnie de CRS, initialement promise, ainsi que des renforts de police nationale de "deux effectifs le samedi soir seulement", tout en saluant l'engagement du commissariat de Chalon, des hommes du dispositif Sentinelle et de la police municipale.

Un manque de sécurité ?

"Les services de l'Etat se mobilisent fortement", a rétorqué le préfet, indiquant que "chaque jour, plus de 60 policiers participent à la sécurisation" du festival et que "la gendarmerie est en capacité d'apporter à tout moment et sans délai son appui".

La préfecture ajoute que les forces de sécurité nationale ont d'autres engagements dans le département, comme la venue vendredi du champion du monde de football Antoine Griezmann à Mâcon, sa ville natale, et souligne que le festival bénéficie d'une "aide exceptionnelle de 43.000 euros" pour financer des agents de sécurité privée.

Les "exigences de sûreté renforcées" suite aux attentats "engendrent des surcoûts importants qui menacent l'équilibre de certaines manifestations, notamment d'arts de rue", se sont par ailleurs inquiétées jeudi la Fédération nationale des arts de la rue, l'Association des maires de France et la ville de Chalon-sur-Saône.

Des surcoûts

Si ces surcoûts continuent "d'être supportés par les collectivités et les organisateurs, le risque de voir ces crédits pris sur les lignes de création et de diffusion est important", ajoute leur communiqué, qui s'inquiète d'un "arrêt prévu du Fonds d'urgence au spectacle" lancé après les attentats de novembre 2015.

"La survie d'un grand nombre de manifestations publiques est aujourd'hui en jeu", poursuit le communiqué, critiquant une "interprétation disparate (des) consignes par les préfectures" et refusant que "ces enjeux de sûreté soient confiés à des sociétés de sécurité privées".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Le tourisme et le commerce bisontin au coeur du prochain conseil municipal de Besançon

Au coeur des sujets du prochain conseil municipal, le tourisme et l'activité commerciale de la Ville de Besançon seront abordés comme thème principaux ce jeudi 15 mai 2024. En conférence de presse, la Ville a dressé le bilan des derniers chiffres de la saison touristique et du commerce bisontin. 

À Besançon la boutique “L’air de rien” ferme ses portes

Ce mercredi 15 mai 2024 les autocollants "déstockage massif" et "avant cessation d’activité" sur la vitrine de la boutique bisontine L’air de rien interpellent. Située au 8 rue des Granges, la boutique avait reçu en 2023 le prix du meilleur commerce indépendant de Bourgogne – Franche-Comté mais s'apprête pourtant à baisser définitivement le rideau.

Journée prison morte : mobilisation des agents pénitentiaires après l’attaque mortelle d’un convoi

L’intersyndicale appelle ce mercredi 15 mai à un blocage national après l’attaque d’un convoi pénitentiaire hier dans l’Eure dans laquelle deux agents sont morts et trois autres ont été gravement blessés. Une minute de silence sera également observée à 11h. 

Sondage – Allez-vous assister au passage de la flamme olympique dans le Doubs ?

Alors que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 débuteront le 26 juillet prochain, la flamme olympique elle, a d’ores et déjà fait son arrivée le 8 mai dernier sur le sol français. Son parcours s’accompagne généralement d’événements et autres animations dans les villes étapes. Dans le Doubs et plus particulièrement à Besançon, son arrivée est prévue le 25 juin 2024, avez-vous prévu de vous déplacer pour voir le passage de la flamme olympique ? C’est notre sondage de la semaine.

La marche militante des fiertés, c'est ce samedi dans les rues de Besançon

À l’occasion de la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, le Collectif 17 mai, dont l'assocaition Nouvel Esprit, organise cette année encore une marche militante qui se tiendra samedi 18 mai à Besançon. Après avoir atteint la barre des 1.000 manifestant(e)s en 2023, l'organisation veut passer celle des 1.500 personnes mobilisées.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.19
nuageux
le 20/05 à 6h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
97 %