Feu vert unanime de l'Assemblée à un soutien aux salaires des aides à domicile

Publié le 23/10/2020 - 10:55
Mis à jour le 23/10/2020 - 08:03

L’Assemblée nationale unanime a voté jeudi 22 octobre 2020 dans la soirée  en faveur d’une enveloppe de 150 millions d’euros en 2021 puis 200 millions à partir de 2022, pour augmenter les salaires des aides à domicile, qui interviennent chez des personnes âgées ou handicapées.

©damien poirier ©
©damien poirier ©

Un amendement du gouvernement en ce sens au projet de budget de la Sécu a été approuvé par 128 voix.

"Oui, nous allons avancer avec volontarisme pour revaloriser les métiers et les salaires" des aides à domicile, a lancé la ministre déléguée à l'Autonomie Brigitte Bourguignon, qui doit présenter en 2021 une réforme de l'aide aux personnes âgées vulnérables.

Avec ce soutien budgétaire, "notre priorité sera de résorber impérativement les bas salaires", a ajouté la ministre. Les aides à domicile sont actuellement "des travailleurs pauvres" et le métier, exercé la plupart du temps par des femmes, est "sous-valorisé, sous-reconnu", a souligné le ministre des Solidarités Olivier Véran.

Gauche et droite ont salué ce "petit pas". L'Insoumis François Ruffin a défendu avec succès un amendement pour inscrire l'objectif de "dignité" de ces professionnelles de l'aide à domicile, via cette enveloppe.

Le dispositif proposé par l'Etat est un "cofinancement avec les conseils départementaux", compétents en matière d'aide à domicile: l'enveloppe débloquée par le gouvernement doit financer la moitié de cette revalorisation, à charge pour les départements qui accepteraient d'entrer dans cette démarche de financer l'autre moitié. Une hausse de salaire de 15% est visée.

Ce dispositif doit entrer en vigueur en avril 2021, et sera ainsi doté de 150 millions d'euros pour 2021, puis 200 millions par an en année pleine.

"C'est une victoire collective", s'est félicitée Agnès Firmin Le Bodo (Agir ensemble), rappelant que "pendant la crise" sanitaire, ces salariées "ont évité de nombreuses hospitalisations" de personnes âgées ou handicapées. Et "on va encore avoir besoin d'elles dans les semaines à venir" avec la deuxième vague du Covid-19.

Selon la même méthode Etat-départements, une "prime Covid" exceptionnelle de 1.000 euros par salarié a été versée à un grand nombre d'aides à domicile, en vertu d'un dispositif annoncé en août par Emmanuel Macron. Sur 101 départements, 83 ont accepté son versement.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.39
nuageux
le 21/04 à 21h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
93 %