Formation des enseignants : le texte de Jacques Grosperrin adopté en commission

Publié le 01/02/2012 - 13:39
Mis à jour le 01/02/2012 - 14:18

La commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale a adopté ce mercredi, en l'amendant, une proposition de loi sur la formation des enseignants, déposée par le député UMP du Doubs Jacques Grosperrin, qui suscite un tollé dans le monde éducatif.

 

PUBLICITÉ

Ce texte, qui sera débattu par l'ensemble des députés mercredi prochain et soumis à leur vote le 14 février, stipule que "la formation des maîtres est assurée par les établissements d'enseignement supérieur, notamment par les universités". Actuellement le code de l'éducation stipule qu'elle "est assurée par les IUFM" (Instituts universitaires de formation des maîtres).

Pour Jacques Grosperrin, il s'agit simplement "de tirer les conséquences de l'intégration des IUFM au sein des universités" et du recrutement des enseignants au niveau du master.
 

Mais pour une dizaine d'organisations du monde éducatif, dont la FSU (enseignants), l'Unef (étudiants) et la FCPE (parents d'élèves), dont les critiques ont été relayées en commission par les députés de gauche, le texte aboutit à "une démolition en règle" de la formation, "une liquidation des IUFM" et "un cadeau pour les prépas privées".

Le texte «rend possible la formation des futurs enseignants de l'Ecole de la République par des établissements privés au détriment des IUFM et des universités publiques», résume ainsi la FCPE.

Pour calmer ces critiques, le député UMP a fait introduire par la commission des références aux «établissements d'enseignement supérieur», et à «un cahier des charges» établissant les règles de formation des enseignants, alors que son texte initial parlait de «référentiel».

«L'ouverture au privé relève du fantasme, il n'y a aucune crainte à avoir», affirme M. Grosperrin, pour qui les termes «notamment les universités» renvoient au fait que des établissements non universitaires, par exemple l'Ecole normale supérieure (ENS) de Cachan, assurent aussi des formations d'enseignants.

Dans un communiqué, trois membres socialistes de la commission, Martine Faure, Monique Boulestin et Martine Martinel, ont estimé que «sous couvert d'une cohérence technique de réécriture du code de l'éducation, il s'agit en réalité d'entériner la disparition programmée des IUFM et de nier la nécessité de la formation initiale et continue des enseignants».

De leur côté, les députés du Front de gauche demandent «le retrait de cette proposition de loi», le retour à une vraie formation professionnalisante, suivie d'une entrée progressive dans le métier«, et »un plan pluriannuel de recrutement«.

Un député non inscrit, ex-UMP, René Couanau, a joint sa voix à la gauche pour voter contre le texte, selon une source parlementaire.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

« La boussole des jeunes » : un site internet pour les 16 à 30 ans…

Plus de 80 offres centrées sur l'emploi et l'insertion du bassin Grand Besançon sont disponibles depuis le 15 octobre 2019 sur le site internet de la Boussole des jeunes :    https://boussole.jeunes.gouv.fr/. 18 partenaires participent à cette action (Région, Département, CAF, Rectorat, CIRFA, MFR…)

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Visite de Jean-Michel Blanquer dans le Doubs

Le ministre de l'Éducation nationale est en visite dans le Doubs lundi 7 octobre 2019. Il s'est rendu à l'école primaire Bourgogne dans le quartier Planoise de Besançon à 9h30. Après un accueil en musique, il devrait échanger autour d'une table ronde avec les enseignants sur le dédoublement des classes de CP et CE1 et l’école inclusive.

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Un rassemblement en hommage à Christine Renon, la directrice d’école qui a mis fin à ses jours en septembre dernier

Les SNUipp-FSu du Doubs rejoint par le SE-UNSA et Sud éducation appellent les enseignant.es du premier degré à la grève et à se rassembler jeudi 3 octobre 2019 à Besançon, Montbéliard et Pontarlier pour rendre hommage à Christine Renon, une directrice d'école à Pantin (Seine-Saint-Denis) qui a mis fin à ses jours le 21 septembre dernier.

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Besançon, 19e au classement des villes étudiantes

Cadre de vie, offre de formations, coût du logement, transport, accueil des étudiants : le Magazine l'Étudiant vient de dévoiler son classement 2019-2020 de 44 villes étudiantes en France sur la base de 16 indicateurs regroupés en cinq critères :  attractivité, formation, vie étudiante, cadre de vie et emploi. En 19e position, Besançon grimpe de deux places au classement.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 13.36
légère pluie
le 21/10 à 15h00
Vent
0.97 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
95 %

Sondage