Alerte Témoin

Formation des enseignants : le texte de Jacques Grosperrin adopté en commission

Publié le 01/02/2012 - 13:39
Mis à jour le 01/02/2012 - 14:18

La commission des affaires culturelles de l'Assemblée nationale a adopté ce mercredi, en l'amendant, une proposition de loi sur la formation des enseignants, déposée par le député UMP du Doubs Jacques Grosperrin, qui suscite un tollé dans le monde éducatif.

 

Ce texte, qui sera débattu par l'ensemble des députés mercredi prochain et soumis à leur vote le 14 février, stipule que "la formation des maîtres est assurée par les établissements d'enseignement supérieur, notamment par les universités". Actuellement le code de l'éducation stipule qu'elle "est assurée par les IUFM" (Instituts universitaires de formation des maîtres).

Pour Jacques Grosperrin, il s'agit simplement "de tirer les conséquences de l'intégration des IUFM au sein des universités" et du recrutement des enseignants au niveau du master.
 

Mais pour une dizaine d'organisations du monde éducatif, dont la FSU (enseignants), l'Unef (étudiants) et la FCPE (parents d'élèves), dont les critiques ont été relayées en commission par les députés de gauche, le texte aboutit à "une démolition en règle" de la formation, "une liquidation des IUFM" et "un cadeau pour les prépas privées".

Le texte «rend possible la formation des futurs enseignants de l'Ecole de la République par des établissements privés au détriment des IUFM et des universités publiques», résume ainsi la FCPE.

Pour calmer ces critiques, le député UMP a fait introduire par la commission des références aux «établissements d'enseignement supérieur», et à «un cahier des charges» établissant les règles de formation des enseignants, alors que son texte initial parlait de «référentiel».

«L'ouverture au privé relève du fantasme, il n'y a aucune crainte à avoir», affirme M. Grosperrin, pour qui les termes «notamment les universités» renvoient au fait que des établissements non universitaires, par exemple l'Ecole normale supérieure (ENS) de Cachan, assurent aussi des formations d'enseignants.

Dans un communiqué, trois membres socialistes de la commission, Martine Faure, Monique Boulestin et Martine Martinel, ont estimé que «sous couvert d'une cohérence technique de réécriture du code de l'éducation, il s'agit en réalité d'entériner la disparition programmée des IUFM et de nier la nécessité de la formation initiale et continue des enseignants».

De leur côté, les députés du Front de gauche demandent «le retrait de cette proposition de loi», le retour à une vraie formation professionnalisante, suivie d'une entrée progressive dans le métier«, et »un plan pluriannuel de recrutement«.

Un député non inscrit, ex-UMP, René Couanau, a joint sa voix à la gauche pour voter contre le texte, selon une source parlementaire.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Près de 400 élèves à l’isolement en Franche-Comté : rappel des consignes aux parents

Dans l'académie de Besançon, 385 élèves de 18 classes sont à l’isolement et bénéficient d’un dispositif de classe à distance selon les chiffres hebdomadaires relevés en fin de semaine dernière. Le rectorat note que le nombre de cas avérés positifs reste très  faible dans les établissements scolaires de Franche-Comté.

Carte scolaire : des modifications suite à la rentrée dans le Doubs

Dans leur déclaration préalable les représentant.es de la FSU ont rappelé leur analyse de la carte scolaire 2020 élaborée en avril et juin 2020. Ils ont également dénoncé "le manque de préparation" face au risque d’une nouvelle vague épidémique. Enfin, ils ont interpellé l’Inspecteur d’Académie sur les 4 nouvelles mesures de fermeture de classes envisagées dans le document de travail.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     20.55
    légère pluie
    le 20/09 à 18h00
    Vent
    0.64 m/s
    Pression
    1013 hPa
    Humidité
    39 %

    Sondage