Fusion : les Francs-Comtois payeront-ils pour les Bourguignons ?

Publié le 22/01/2015 - 13:40
Mis à jour le 22/01/2015 - 13:40

Le journal Le Point a consacré un article à la dette des régions dans le cadre de la future réforme territoriale. Sept d'entre elles vont devoir payer les emprunts de leurs voisins, parmi lesquelles la Franche-Comté qui verra sa dette par habitant augmenter de 86 euros. Elle est la troisième région la plus impactée après Midi-Pyrénées et Picardie.

sans_titre.jpg
capture d'écran © dr/LePoint.fr

Gagnant et perdant

PUBLICITÉ

Pas sûr que cela plaise à tout le monde, mais qui dit fusion, dit aussi partage des comptes ! Or, la Bourgogne a un endettement plus conséquent que la Franche-Comté. Ce qui fait qu’une fois la fusion actée, elle verra sa dette par habitant diminuer de 62 € tandis que celle de Franche-Comté va inversement augmenter de 86 €.

Ces chiffres calculés par l’agence Décomptes publics, spécialisée dans le recueil et le traitement des comptes des collectivités locales, sont le résultat de l’addition de la dette de chaque région après et avant la fusion.

C’est la région Midi-Pyrénées qui est la plus impactée avec une dette qui s’envole à 128 € par habitant. Tandis que les grands gagnants sont leurs voisins du Languedoc-Roussillon. « Les habitants de l’Hérault, de l’Aude ou leurs congénères s’en tirent bien : ils paieront 139 euros de moins chaque année pour régler leurs dettes », précise Le Point.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.92
ciel dégagé
le 22/05 à 6h00
Vent
1.56 m/s
Pression
1020.25 hPa
Humidité
96 %

Sondage