Garde d’enfant : l’UFC Que Choisir Doubs-Territoire de Belfort tire la sonnette d’alarme…

Publié le 26/09/2023 - 17:15
Mis à jour le 28/09/2023 - 11:45

UFC Que Choisir Doubs-Territoire de Belfort a sorti une étude mettant en relief la problématique liée aux modes de garde dans la région. Entre inégalités territoriales, demande d’aides complexes ou encore manque de qualité des accueils dans les structures, les complications semblent s’accumuler… L’occasion pour l’association de proposer plusieurs solutions ce mois de septembre 2023.

"Il y a un nombre insuffisant de places dans les modes d’accueil formels des enfants (crèches et assistantes maternelles)", déplore l’UFC Que Choisir Doubs-Territoire de Belfort qui a souhaité mettre l’accent cette année sur les modes de gardes des enfants de 0 à 3 ans.

La situation amenée à "se dégrader davantage" dans les 10 années à venir selon UFC Que Choisir

Dans son étude, l’association a fait plusieurs constats. Elle dénonce notamment une "inégalité géographique" concernant les accueils selon les départements, mais aussi problème économique avec "un reste à charge" conséquent pour certaines familles.

"Beaucoup de parents gardent leur enfant à défaut de mode de garde. 34 % voudraient avoir un accès à une crèche ou un assistant maternel", explique Marie-Christine Radenne, vice présidente de l'UFC Que Choisir Doubs Territoire de Belfort et administratrice fédérale tout en précisant le "manque de visibilité" pour les parents pour avoir accès à un type de garde.

  • Dans le Doubs, 63,2 % des enfants de moins de trois ans sont couverts par un mode de garde formel, ce qui classe le département à la 43ème place en France métropolitaine (moyenne nationale de 58,8 %). Au total, 4 jeunes enfants sur 10 n’auraient pas pu être accueillis par un mode formel si leurs parents l’avaient souhaité.

Un "cercle vicieux" pour l’association qui dénonce des "équipes en tension", des départs en retraite qui "aggravent le manque de professionnels", et des jeunes qui sont "découragés" pour se lancer dans la profession…

Du côté des familles, la question se pose : assistante maternelle ou une crèche ? Pour l’UFC que Choisir, le choix dépend "des habitudes locales" et des possibilités financières. L’étude montre que les crèches collectives sont "plus intéressantes financièrement" pour les ménages que "les gardes à domicile". Cependant, les structures de type "crèches privées" sont souvent "en manque d’effectif" et parfois avec du personnel "moins qualifié".

  • Le rapport de l’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) publié en mars 2023 souligne le fait que les maltraitances individuelles (négligences graves) "prennent en grande partie leur source dans des éléments de maltraitance institutionnelle".

C’est pourquoi, l’association demande davantage de contrôles et pour cela une aide davantage de moyens attribués par l’Etat à la PMI.

Enfin, l’association dénonce le non-respect des promesses effectuées par les politiques. Elle prend l’exemple de l’annonce d’Emmanuel Macron en 2017. Ce dernier indiquait l’ouverture de 30 000 places en crèches d’ici 2022 et seule la moitié a été ouverte.

Les solutions envisagées par l’UFC Que Choisir

  • La création d’un droit opposable à un mode de garde pour les jeunes enfants, qui soit abordable pour tous, et de qualité. Pour que ce droit soit effectif, il est en particulier impératif de : mettre en place un pilotage des besoins sur la base de projections démographiques, tant des naissances que des départs en retraite des professionnels du secteur ; former du personnel en quantité suffisante pour assurer un encadrement de qualité et prévenir les dérives ; aligner les exigences en termes de qualité de l’accueil et de reste à charge entre les différents modes de garde. 
  • Un pilotage par l’Etat de l’ouverture de crèches publiques et maisons d’assistants maternels dans les zones les plus déficitaires, à travers un soutien aux dépenses d’investissement des collectivités locales.
  • Une simplification de l’accès aux aides pour les ménages, notamment pour réduire le taux de non-recours.
  • La mise en place d’un guichet unique pour trouver un mode de garde.
  • Une réforme de la gouvernance des crèches collectives de sorte à assurer une représentation des parents.
  • La mise en place de contrôles réguliers et systématiques de la qualité de l’accueil de tous les modes formels de garde, par la PMI dont c’est le rôle, en renforçant ses moyens, et en assurant la transparence et la publicité annuelle des résultats.

Infos +

Cette étude prend en compte les assistantes maternelles, les crèches publiques et privées ne demandant pas plus de 10 euros par heure. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La CGT revendique des congés menstruels dans les trois collectivités de Besançon

Alors qu’aujourd’hui, en France, 1 personne menstruée sur 2 déclare souffrir de dysménorrhée (règles douloureuses) et 1 personne menstruée sur 10 est atteinte d’endométriose (maladie chronique), la CGT propose de "lever le tabou" des règles douloureuses et réclame "le congé menstruel pour les personnes menstruées qui en ont besoin" pour les personnes travaillant à la Ville de Besançon, au CCAS et à Grand Besançon Métropole.   

En images : cérémonie, village des armées et défilé du 14 juillet

De nombreux Bisontins et Bisontines se sont donnés rendez-vous ce dimanche 14 juillet 2024 sur le parking Chamars pour assister à la dernière cérémonie de prise d’armes du Général Rondeau et visiter le village des armées. Les spectateurs ont également pu assister au défilé à pied et motorisé des forces armées avec la présence de blindés sur le Boulevard Charles de Gaulle.

La Biscuiterie Billiotte réintègre le centre-ville de Besançon

Autrefois situé place Pasteur, la Biscuiterie Billiotte revient cette fois au 56 Grande Rue à Besançon dans l’ancienne boutique d’habillement pour enfant Catimini. Après Valentigney, Montbéliard et Bart, l’enseigne spécialisée dans le biscuit en vrac vient d’ouvrir sa quatrième boutique le 28 juin 2024. 

Saint-Vit : le chef Thibault Etienne du restaurant Le Prélude à Saint-Vit, intronisé Maître cuisinier de France

C’est au sein de son propre restaurant Le Prélude installé à Saint-Vit le 24 juin dernier que Thibaut Etienne a officiellement été intronisé en tant que Maître cuisinier de France (MCF) lors du lancement du Guide des MCF de Bourgogne-Franche-Comté. 

Un accompagnement spécifique pour les projets d’installation agricole en Bourgogne-Franche-Comté

L’AFOCG du Doubs, le CIVAM le Serpolet, Terre de Liens et le collectif InPACT proposent le parcours "de l’idée au projet", en partenariat avec le Grand Besançon Métropole et la région Bourgogne Franche Comté. Celui-ci vise à accompagner "l’émergence de tous types de projets" en lien avec l’installation agricole durant un parcours de 11 jours qui débutera en octobre prochain à Besançon. 

Recette du week-end : le cocktail rhubarbe et fraise des bois du restaurant Épicéa à Besançon

Pour ce week-end des 13 et 14 juillet 2024, comme le soleil semble avoir fait son grand retour, nous vous proposons une recette de l'un des sublimes coktails proposés par Camille et Bastian les chefs du restaurant Épicéa à Besançon. Voici deux versions avec ou sans alcool de leur cocktail du moment à l'eau de rhubarbe, fraise des bois et gin. 

Pour la Fête nationale, un Mirage 2000-5 survolera la ville de Belfort

À l’approche du défilé militaire du 14 juillet prochain à Belfort, Cédric Perrin, sénateur du Territoire de Belfort et président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, nous informe du passage d’un Mirage 2000-5 de l’escadron 1/2 cigogne de la Base Aérienne de Luxeuil-les-Bains.

Réserves de sang faibles : l’EFS Bourgogne Franche-Comté appelle à un sursaut de mobilisation !

Alors que les vacances estivales ont démarré, l’Établissement français du sang (EFS) invite les personnes qui peuvent donner leur sang à prendre rendez-vous. L’organisation s’inquiète de la fréquentation sur les collectes futures qui vont être impactées par une actualité notamment sportive très chargée en raison des JO et Tour de France… Un "sursaut de mobilisation" est donc nécessaire d’après l’EFS.

À Besançon, des policiers honorés pour leur engagement envers la nation

Dans le cadre des journées de la police nationale, une cérémonie de commémoration a eu lieu ce mercredi 10 juillet 2024 sur la place du 8 septembre à Besançon. À cette occasion, le préfet du Doubs Rémi Bastille, et Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police du Doubs ont effectué une remise de décorations aux fonctionnaires méritants.  

Domicile-travail : le choix de la proximité pour les actifs en Bourgogne Franche-Comté

Selon une dernière étude de l’Insee en Bourgogne Franche-Comté publiée le 9 juillet 2024, les actifs de la région travaillent habituellement au sein de leur intercommunalité de résidence ou à proximité. Toutefois, ils seraient également nombreux à se déplacer dans des intercommunalités plus distantes…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 23.21
pluie modérée
le 15/07 à 18h00
Vent
4.78 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
83 %