Gendarmerie du Doubs et agriculture : des dispositifs pour "sécuriser" et "préserver" le milieu rural

Publié le 09/01/2020 - 18:40
Mis à jour le 09/01/2020 - 20:01

Dans une volonté de créer du "lien" avec la population locale et notamment les agriculteurs, la gendarmerie a mis en place différentes actions ces dernières années. Dario Zugno, chef du bureau renseignements de la gendarmerie du Doubs et l'adjudant Yves Maugain, nous en parlent…

PUBLICITÉ

"Il est primordial que nous allions au contact des habitants", explique Dario Zugno, chef d'escadron et chef du bureau renseignements de la gendarmerie du Doubs. Afin de favoriser cet échange, un partenariat a été signé en mai 2018 entre la chambre interdépartementale d'agriculture et la gendarmerie. L'objectif ? Consacrer une journée de formation ou "journée d'acculturation" pour les jeunes recrues.

Un milieu rural difficile à approcher pour les jeunes recrues ?

"Nous nous sommes rendu compte que les jeunes arrivants (entre 20 et 25 ans) sont souvent issus du milieu citadin et ne connaissent pas le monde rural", souligne le chef d'escadron. Lors de cette journée d'acculturation, la matinée est destinée à la formation faite par la chambre d'agriculture (explication des problématiques de l'agriculteur, ce qu'est une exploitation) et l'après-midi est consacrée à la visite d'une exploitation agricole. C'est dans ce cadre que Dario Zugno a instauré un stage dans les trois compagnies du département.

Une proximité pour sécuriser les exploitations

Dans le cadre du dispositif DEMETERE (signé avec la FNSEA), la gendarmerie du Doubs s'attèle à aller à la rencontre des agriculteurs afin de mettre en place des dispositifs de sécurité. "Les exploitants sont parfois victimes de vols d'engins, de matériel, de gasoil et même d'animaux", souligne Yves Maugain. "Il y a aussi tout ce qui concerne l'agribashing"*), poursuit le chef d'escadron. (NDLR : Critiques formulées sur les pollutions de l'environnement et de l'alimentation par les pesticides et les conditions d'élevage).

200 référents pour mieux appréhender le terrain

Une convention multipartite (sous l'égide de la préfecture) appelée DATER (Dispositif d’appropriation territoriale, environnementale et d’échange du renseignement) a été signée le 20 décembre 2019 entre : la fédération des chasseurs, la fédération des pêcheurs, les louvetiers et la chambre interdépartementale d'agriculture ainsi que les associations des maires et les maires ruraux du Doubs.

200 référents (parmi les signataires) seront choisis pour travailler avec la gendarmerie sur les constats qu'ils feront sur le terrain (ex : incivilités remarquées, pollution aquatique…) : "Ces personnes peuvent être une source d'information. Elles connaissent bien leur environnement et peuvent donc rapidement nous alerter", souligne l'adjudant Maugain. 20 gendarmes seront également formés aux évolutions du milieu rural. "DATER est une réelle volonté de préserver notre environnement en s'appuyant sur des acteurs experts dans leur domaine", conclut Dario Zugno.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Besançon : le Pacte pour la Transition, le « lobby citoyen » pendant la campagne de l’élection municipale 2020

La collectif grand bisontin du Pacte pour la Transition vient de voir le jour à Besançon dans le but de "participer activement à la construction de politiques publiques à la hauteur des enjeux climatiques et sociaux de notre temps". L'occasion de soumettre aux candidats à l'élection municipale de Besançon plusieurs propositions à ajouter à leur programme…

Plusieurs actions de sensibilisation à la pollution à Besançon

Une trentaine d’activistes d’Alternatiba Besançon, ANV-COP21 Besançon et le Collectif Pacte pour la Transition ont organisé mardi 21 janvier 2020 une mobilisation devant trois écoles de Planoise (école Artois, école Champage, école Île de France) pour sensibiliser parents et enseignants et interpeller les candidat.e.s aux élections municipales sur la thématique de la pollution de l’air, en particulier aux abords de la RN57.

Un (gros) coup de pouce pour Shukar, un cheval d’Eternoz

Shukar, un cheval de spectacle et d'école âgé de 14 ans, appartenant à Lucie Miot, une artiste voltigeuse sur cheval à Eternoz, est malade, mais il a des chances d'être sauvé s'il est hospitalisé. Le transport et les soins d'un cheval aussi costaud que celui-ci ont un coût certain. C'est pourquoi un appel à la générosité a été lancé par l'entourage de l'équidé.

Une pétition nationale pour dire stop au démarchage téléphonique

Alors que l’Assemblée nationale va prochainement discuter, en deuxième lecture, d’une proposition de loi sur le démarchage téléphonique, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, le CNAFAL, la CLCV, Familles de France, Familles Rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF, "tirant les conséquences de l’exaspération des consommateurs et des litiges issus des appels commerciaux non désirés", s’unissent et lancent une pétition "démarchage téléphonique : interdisons le fléau" selon un communiqué de lundi 20 janvier 2020.

La Côte-d’Or saisit la justice après un documentaire sur l’Aide sociale à l’enfance

Le président du département de la Côte-d'Or, François Sauvadet, a annoncé lundi 20 janvier 2020 avoir saisi la justice après la diffusion sur M6 d'un documentaire dénonçant les défaillances de l'aide sociale à l'enfance, dont une partie a été tournée à Dijon.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 
le 01/01 à 0h00
Vent
m/s
Pression
hPa
Humidité
%

Sondage