General Electric : 'révoltant, mais hélas attendu...'

Publié le 15/06/2018 - 10:48
Mis à jour le 15/06/2018 - 10:48

Face à l'annonce de General Electric qui a déclaré ce jeudi 14 juin 2018 qu'il ne créera finalement pas un millier d'emplois en France après s'être engagé auprès de l'Etat, Christophe Grudler, sénateur du Territoire de Belfort, trouve cette nouvelle "révoltante mais attendue"... 

capture_decran_2015-10-26_a_09.48.01.png
Christophe Grudler ©Laurent Cheviet
PUBLICITÉ

[Communiqué de Christophe Grudler]

« General Electric ne respectera pas son engagement pris lors du rachat de l’activité Energie d’Alstom : il n’y aura pas 1000 emplois créés dans ses usines de France. Pas plus qu’il n’y aura 500 emplois transférés à Belfort, comme cela avait été un temps envisagé. Cette nouvelle est révoltante, mais hélas attendue. »

« Lorsque qu’on donne sa parole, on la respecte »

« La conjoncture économique mondiale, et la non reprise du marché mondial de l’énergie, peuvent en partie expliquer les difficultés de General Electric. Mais en partie seulement.

Car lorsque l’on donne sa parole à un Etat, ou à une personne, on la respecte. C’est une valeur de vie, que rien ne permet de transgresser. Car, à l’opposé, cette façon d’agir va de plus en plus convaincre les salariés que la parole de leur patron ne vaut pas grand-chose… Comment établir la confiance dans de telles conditions ? »

Ne pas sanctionner financièrement le groupe

« Ma pensée va en premier lieu aux salariés et à leurs familles, mais aussi aux nombreux sous-traitants locaux, qui sont aujourd’hui dans l’inquiétude. »

Je souhaite que l’Etat demande à General Electric de sanctuariser l’emploi sur ses sites français, tout en lui accordant par ailleurs un délai supplémentaire pour respecter son engagement de 1000 emplois créés. Les « amendes » envisagées seraient contre-productives : elles permettraient à l’entreprise de monnayer à faible coût son désengagement. »

Mettre en place un plan d’avenir ambitieux

« Au contraire, c’est un plan d’avenir ambitieux qui doit être mis en place, notamment à Belfort, pour permettre un redéveloppement le temps venu, car on sait que le marché mondial de l’énergie reprendra après 2020.

Je suis personnellement favorable à des partenariats sur le site de Belfort avec d’autres opérateurs de l’énergie, notamment asiatiques : c’est là-bas que se trouvent les capitaux permettant de consolider notre industrie de l’énergie à Belfort, et c’est ici, dans la Cité du Lion, que ces investisseurs pourront afficher des références technologiques et un savoir-faire mondialement reconnus. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 29.1
couvert
le 20/07 à 15h00
Vent
5.4 m/s
Pression
1014.2 hPa
Humidité
39 %

Sondage