"Gilets jaunes": un peu plus de cent à Besançon, plusieurs centaines à Dijon

Publié le 16/11/2019 - 18:42
Mis à jour le 16/11/2019 - 19:44

Si à Besançon, ce samedi "anniversaire" des gilets jaunes n'a pas réuni énormément de monde - un peu plus de cent à midi sur le rond point Mallarmé-, la mobilisation a été un peu plus soutenue à Dijon. Et surtout à Lyon et Grenoble, où des échauffourées ont éclaté.

©Alexane Alfaro
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

A Besançon, les gilets jaunes se sont réunis dans la matinée sur le rond point Mallarmé, rare point de passage de la capitale comtoise où la manifestation était autorisée.

Ils étaient une centaine, à occuper pacifiquement le rond-point, ne bloquant la circulation qu'un court instant. Avant de s'éparpiller une fois midi passé.

Beaucoup sont allés retrouver le cortège contre la réforme de l'assurance chômage au centre-ville, pour une manifestation qui a duré une bonne partie de l'après-midi et qui a regroupé pas loin de 300 personnes.

Quelques centaines à Dijon

Mais le rendez-vous régional de cette "célébration" des "un an" des gilets jaunes était à une heure de là, à Dijon.

Dans la capitale bourguignonne, où toute manifestation non déclarée avait été interdite, plusieurs centaines de personnes ont quand même battu le pavé avant d'être dispersées en petits groupes par des gaz lacrymogène.

Un manifestant a été arrêté pour possession de pétards,  selon les autorités.

Lyon, Grenoble et Saint-Etienne

La situation était encore un peu plus tendue à Lyon, où un millier de personnes a défilé, avant de se faire chasser, là-aussi, à coups de gaz lacrymogènes - mais en échangeant tout de même de nombreux tirs de projectiles avec les forces de l'ordre.

Même chose à Saint-Etienne, en plus modéré ; les manifestants étaient 500 à défiler dans le calme sans pouvoir accéder au centre-ville, verrouillé par les forces de l'ordre, selon un correspondant de l'AFP. Ils ont essuyé des tirs de gaz lacrymogène après la tentative d'une poignée d'entre-eux qui cherchait à s'infiltrer dans la zone gardée. Aucune garde à vue n'a été rapportée en fin de journée.

A Grenoble, la manifestation unitaire contre la politique du président Macron qui réunissait "gilets jaunes", syndicats  et des  associations a mobilisé plusieurs centaines de personnes et se déroulait dans le calme.

(Avec AFP)

1 Commentaire

Dijon est la ville capitale de Bourgogne et surtout de Bourgogne-Franche-Comté.
Publié le 17 novembre 2019 à 09h08 par Patrick Lepak • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Christophe Grudler : « Non aux drones américains pour surveiller nos frontières… »

Le député européen de Belfort Christophe Grudler (MoDem), qui vient par ailleurs d'annoncer sa démission de conseiller départemental du Territoire de Belfort, dénonce avec force l'appel d'offres de l’agence européenne Frontex favorisant les drones américains pour la surveillance des frontières en Europe.

Besançon : le Registre des tumeurs du Doubs au CHU reçoit la très bonne note de « AAA »

Le registre des tumeurs du Doubs au CHU de Besançon vient de recevoir la note "AAA", soit la meilleure note de la part du Comité d'évaluation des registres (CER), pour ses travaux d'enregistrement des données, mais aussi de la santé publique et de recherche. Dr Anne-Sophie Woronoff, responsable du Registre des tumeurs du Doubs nous en parle…

Besançon : le Pacte pour la Transition, le « lobby citoyen » pendant la campagne de l’élection municipale 2020

La collectif grand bisontin du Pacte pour la Transition vient de voir le jour à Besançon dans le but de "participer activement à la construction de politiques publiques à la hauteur des enjeux climatiques et sociaux de notre temps". L'occasion de soumettre aux candidats à l'élection municipale de Besançon plusieurs propositions à ajouter à leur programme…

Plusieurs actions de sensibilisation à la pollution à Besançon

Une trentaine d’activistes d’Alternatiba Besançon, ANV-COP21 Besançon et le Collectif Pacte pour la Transition ont organisé mardi 21 janvier 2020 une mobilisation devant trois écoles de Planoise (école Artois, école Champage, école Île de France) pour sensibiliser parents et enseignants et interpeller les candidat.e.s aux élections municipales sur la thématique de la pollution de l’air, en particulier aux abords de la RN57.

Un (gros) coup de pouce pour Shukar, un cheval d’Eternoz

Shukar, un cheval de spectacle et d'école âgé de 14 ans, appartenant à Lucie Miot, une artiste voltigeuse sur cheval à Eternoz, est malade, mais il a des chances d'être sauvé s'il est hospitalisé. Le transport et les soins d'un cheval aussi costaud que celui-ci ont un coût certain. C'est pourquoi un appel à la générosité a été lancé par l'entourage de l'équidé.

Une pétition nationale pour dire stop au démarchage téléphonique

Alors que l’Assemblée nationale va prochainement discuter, en deuxième lecture, d’une proposition de loi sur le démarchage téléphonique, l’ADEIC, l’AFOC, l’ALLDC, la CSF, le CNAFAL, la CLCV, Familles de France, Familles Rurales, l’UFC-Que Choisir et l’UNAF, "tirant les conséquences de l’exaspération des consommateurs et des litiges issus des appels commerciaux non désirés", s’unissent et lancent une pétition "démarchage téléphonique : interdisons le fléau" selon un communiqué de lundi 20 janvier 2020.

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.7
légère pluie
le 26/01 à 3h00
Vent
2.04 m/s
Pression
1020 hPa
Humidité
90 %

Sondage