Une centaine de grévistes ce 21 juin au Conseil régional de Franche-Comté

Publié le 21/06/2013 - 18:15
Mis à jour le 23/06/2013 - 14:27

A l'appel des organisations syndicales (CFDT, UNSA, CGT, FO et FSU), une centaine de salariés du Conseil régional de Franche-Comté a fait grève ce vendredi 21 juin 2013, jour de l’assemblée plénière des élus, aux motifs de l’austérité et de la parodie de dialogue social. La menace qui selon eux pèse sur les EMOP (équipes mobiles d'ouvriers professionnels), employés notamment dans les lycées, est à l'origine de cette manifestation.

Réactualisation

PUBLICITÉ

La centaine d’agents grévistes s’est rassemblée ce vendredi 21 juin à 9h devant l’hôtel de Région à Besançon puis a investi la tribune publique de la salle Edgar-Faure, perturbant ainsi la séance plénière. La présidente Marie-Guite Dufay,et ses vice-présidents Denis Sommer et Patrick Bontemps, sont alors sortis pour rencontrer les manifestants. Il a été convenu que syndicats et employés vont être prochainement reçus par la présidente.

 

Suppressions des EMOP

Dans un communiqué commun, les organisations syndicales (CFDT, UNSA, CGT, FO et FSU) avait indiqué préalblement à ce mouvement de grève  :

« Notre territoire franc-comtois est déjà trop durement frappé par les pertes d’emplois. Il est trop facile de toujours invoquer la « crise » : dans ce contexte contraint par la réduction des dotations aux collectivités territoriales, voulue par l’Etat aujourd’hui, des décisions de régression sociale et d’abandon des missions de Service Public veulent à nouveau être imposées aux agents, aux apprenants et à toute la communauté éducative par Madame la Présidente du Conseil régional de Franche-Comté.

L’objectif de contenir l’augmentation du budget de fonctionnement à 1% sur une période de trois ans, par le non remplacement systématique des départs à la retraite (arbitrage de Madame la Présidente) ; les variables d’ajustement choisies – suppressions des EMOP, lissage et réadaptation du barème de dotation en postes des établissements -, ne peuvent en aucun cas satisfaire les organisations syndicales, qui ont comme priorité la Défense du Service Public et du bien-être des citoyens« .

Politique d’austérite simpliste

Suite à leur préavis de grève intersyndical, les organisations syndicales déclarent faire le constat :

  • « du virage de la politique régionale vers une politique d’austérité simpliste et ciblée sur les catégories C (exécution),
  • de l’impasse totale du dialogue social. »

Elles ajoutent : « La Région soigne son double A en faisant payer l’addition aux agents et notamment aux agents d’EMOP (équipes mobiles d’ouvriers professionnels) qu’elle condamne à une mort lente par non remplacement des départs en retraite et mutations.

La Région annonce un niveau de progression de masse salariale qui ne peut s’effectuer qu’avec des suppression de postes. Celles-ci se sont engagées en catimini, et sans réelle cohérence managériale : transférer de la masse salariale sur de la prestation de service ne fera pas baisser les besoins de financements consacrés à l’entretien des lycées, mais les camouflera sur une autre ligne budgétaire.

La Région fait porter aux catégories C le poids de cette politique de la seule calculette, mais multiplie les postes d’encadrement (recrutement d’un 4° DGA par exemple). »

Une entrevue « incantatoire« 

Le 18 juin, dans le délai du préavis de grève, les organisations syndicales s’étaient vu proposer une réunion avec Patrick Bontemps, vice-président chargé du personnel.  « Force est de constater que Mme la Présidente n’a pas jugé utile de rencontrer les organisations syndicales dans cette conjoncture difficile, estiment-t-elles. Cette entrevue était purement formelle, incantatoire (« le dialogue social est nourri » affirmait M.Bontemps… s’Il le dit !), sans aucune ouverture, comme le sont souvent les réunions dites de « dialogue social ». Il faut dire que les organisations syndicales ont les informations par la presse (sur la limitation de l’évolution de la masse salariale ou l’’« extinction naturelle des EMOP »)… Au moment où nos élus parlent de démocratie sociale, la Région crée un nouveau concept de dialogue social … par presse interposée ! »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Municipale : Karim Bouhassoun, candidat « libre et indépendant » à Besançon

Mouvement "Bisontines - Bisontins" • Karim Bouhassoun, cofondateur du mouvement "Bisontine Bisontins" , a annoncé mardi 17 septembre 2019 à 18h sa  candidature "comme une évidence" à l'élection municipale de Besançon afin de "rendre la Ville aux habitants". Karim Bouhassoun veut inscrire sa campagne sous l'égide du renouveau et de la proximité autour d'une liste citoyenne et libre. "Nous devons rompre avec certaines pratiques et refonder la vie citoyenne à Besançon" a-t-il déclaré.

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Le téléphérique imaginé par Besançon Métropole 2020 n’est pas « une simple desserte de la Citadelle »

Alexandra Cordier, référente de La République En Marche dans le Doubs et membre du collectif Besançon Métropole 2020, formulait en juin dernier trois propositions dans le cadre de sa candidature à l'investiture LREM. Ce 12 septembre 2019, elle a tenu a éclaircir le projet de téléphérique proposé par le collectif.

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Besançon Planoise et Montbéliard – Bethoncourt labellisées cités éducatives

Le gouvernement a dévoilé la liste des  80 "cités éducatives", inspirées du rapport Borloo. Ces quartiers vont se partager une enveloppe de 100 millions d’euros de crédits par an sur trois ans dans le but de mieux coordonner les actions au sein et en dehors des établissements scolaires. Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, et le recteur de l’académie de Besançon, Jean-François Chanet, se félicitent de l’annonce de cette labellisation pour Besançon et Montbéliard Bethoncourt.

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Une liste dissidente « En Marche » à Besançon ?

Alexandra Cordier va-t-elle mener une liste dissidente face à Éric Alauzet, candidat officiellement investi par LREM le 10 juillet dernier pour l'élection municipale à Besançon ? La question est posée depuis le début de la semaine. La référente départementale "En Marche" dit actuellement ne pas être dans cet état d'esprit et espère qu'Éric Alauzet rassemblera "tous les marcheurs" bisontins.

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

Municipales 2020 : Jean-Louis Fousseret déclare pouvoir aider au rassemblement

municipales 2020 • À sept mois des élections municipales, l’ancienne majorité plurielle du maire sortant est plus divisée que jamais. Comme un message à Éric ALauzet, le candidat officiellement investi par En Marche, le maire LREM de Besançon estime qu’aucun candidat ne peut gagner seul... Jean-Louis Fousseret, qui a toujours déclaré qu’il ne repartirait pas pour un quatrième mandat, se pose aujourd’hui en rassembleur. Une rencontre est prévue avec Éric Alauzet samedi...

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

Des élus demandent un arrêté anti-pesticides à Besançon

L'intergroupe EELV- PC  Société civile de l'ancienne majorité plurielle demande au maire de Besançon de prendre  un arrêté interdisant les pesticides à Besançon, à l'instar de la décision du maire de Boussières dans le Grand Besançon. Jean-Louis Fousseret réaffirme ce mercredi matin qu'il est contre les pesticides, mais estime qu'il ne faut pas confondre "courage et démagogie".

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 23.04
ciel dégagé
le 20/09 à 12h00
Vent
5.85 m/s
Pression
1022.03 hPa
Humidité
42 %

Sondage