"Journée blanche" dans un lycée de Pontarlier après un cas de harcèlement scolaire

Publié le 21/02/2020 - 07:55
Mis à jour le 21/02/2020 - 08:11

Mise à jour ce 21 février 2020 •

Les enseignants d'un lycée de Pontarlier (Doubs) ont organisé ce jeudi 20 février 2020 une "journée blanche" pour protester contre la modification par le rectorat de Besançon d'une sanction contre deux élèves après un cas de harcèlement scolaire, a-t-on appris auprès des enseignants.

© capture GST ©
© capture GST ©

Ces deux élèves de première avaient été sanctionnés en décembre par le conseil de discipline du lycée général et professionnel Xavier-Marmier de Pontarlier, après la dénonciation d'un cas de harcèlement dans le cadre de l'internat de l'établissement, a déclaré à l'AFP Claude Cuenot, enseignant et délégué du Snes (Syndicat National des Enseignements de Second degré).

Le rectorat a "partiellement invalidé la décision du conseil de discipline", selon M. Cuenot (enseignant)

L'un, directement mis en cause pour avoir harcelé un élève à l'internat, avait été définitivement exclu du lycée, le second, mis en cause pour des dégradation, avait été exclu uniquement de l'internat. Suite au recours des parents, le rectorat a "partiellement invalidé la décision du conseil de discipline", selon M. Cuenot, ce qui est "une lourde dénégation du travail fait par l'équipe".

"Ce n'est pas désavouer le travail des enseignants, c'est graduer la sanction et fonction du cadre réglementaire", en prenant en compte que les faits étaient circonscrits à l'internat, a réagi le rectorat, qui avait requalifié la sanction du premier lycéen en exclusion de l'internat (mais pas des cours) et celle du second en exclusion de l'internat avec sursis.

Lors de la "journée blanche", jeudi, les enseignants ont appelé les parents à ne pas emmener leur enfant au lycée en signe de soutien et ont pris en classe les élèves présents pour discuter du harcèlement, du respect de l'autre, du civisme ou encore des valeurs de la République. Près de la moitié des 1.500 élèves de l'établissement étaient ainsi absents.

En revanche, "nous ne réclamons pas de sanctions supplémentaires, les choses sont terminées", précise M. Cuenot.  La mère de la victime de 16 ans a expliqué sur le site de France 3 Bourgogne-Franche-Comté le "cauchemar" vécu par son fils: matelas souillé d'urine, lit cassé, affaires volées, objets jetés à la figure, photos volées et diffusées sur les réseaux sociaux.

Il a "peur que ça recommence", la mère de l'élève.

"En échec scolaire", il "parlait de suicide" avant de trouver le courage de dénoncer les faits, confie-t-elle. "Tout de suite, (les membres de l'équipe encadrante) ont été à l'écoute. Ils ont été géniaux et ont très vite réagi". Mais "les harceleurs de mon fils vont réintégrer l'établissement", il est "très stressé" et il a "peur que ça recommence", fustige cette femme qui a "peur que si ça se représente, il ne dise rien".

 "La commission académique d'appel a encouragé l'élève exclu de l'internat à se scolariser dans un autre établissement, ce qui est actuellement le cas", a rassuré le rectorat. La "priorité", c'est "la victime, lui apporter l'aide dont elle a besoin, a-t-on insisté. Mais c'est aussi "accompagner la personne qui a commis les faits de harcèlement pour qu'elle puisse les comprendre et ne pas les réitérer", a-t-on ajouté.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Education

Précarité numérique : 6.000 ordinateurs prêtés aux lycéens de Bourgogne-Franche-Comté

Ce mardi 19 octobre, Océane Charret-Godard, vice-présidente de la Région en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage et de l’orientation, a procédé à la remise des ordinateurs portables de prêt aux jeunes du lycée Le Castel à Dijon, en présence de Nathalie Albert-Moretti, rectrice de l’académie de Dijon et de Philippe Viollon, proviseur de l’établissement.

L’université de Franche-Comté rend hommage à Samuel Paty : « La seule réponse qui vaille consiste à s’appuyer, encore et toujours, sur notre socle républicain et laïque »

Il y a presqu’un an, le 16 octobre 2020, Samuel Paty était sauvagement assassiné aux abords de son collège. Afin de lui rendre hommage, la communauté universitaire de l'université de Franche-Comté s'est rassemblée dans la cour d'honneur de la maison de l’université ce vendredi matin.

Les accompagnants des élèves en situation de handicap en grève le 19 octobre à Besançon

L'intersyndicale nationale appelle les AESH à faire grève mardi 19 octobre 2021. Pourquoi ? Les syndicats dénoncent des conditions de travail précaires et demandent notamment une augmentation des salaires et la garantie de la possibilité de contrat à temps complet. Un rassemblement est prévu devant le rectorat de Besançon.

Handicap à l’école : une rubrique en ligne dédiée aux parents, enfants et professionnels

Les parents d’enfants en situation de handicap disposent désormais d’un point d’entrée dédié d’information et d’orientation sur la scolarité de leur enfant monparcourshandicap.gouv.fr. Enrichi d’une rubrique complète dédiée à la scolarité, cet outil veut faciliter leur implication dans la scolarité de leur enfant, comme le recommande la Haute Autorité de Santé (HAS), apprend-on ce mois d’octobre 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 7.81
ciel dégagé
le 25/10 à 3h00
Vent
0.98 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %

Sondage