Jura : un ancien porcher accuse les cochons de l'avoir rendu sourd

Publié le 24/06/2013 - 11:31
Mis à jour le 24/06/2013 - 11:31


Un ancien employé de porcheries, âgé de 59 ans, réclamera mercredi 26 juin 2013 devant un tribunal de Lons-le-Saunier des indemnités de la part de son ancien employeur. Il affirme être devenu sourd du fait des cris des cochons sur son lieu de travail.

Serge Personeni, 59 ans, a travaillé dix ans dans trois porcheries de Franche-Comté. Sa surdité a été reconnue comme maladie professionnelle en 2012 et il a traduit son ancien employeur, les salaisons Pelizzari basées à Annecy, devant le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Lons-le-Saunier pour "faute inexcusable".

"Ce qui m'a rendu sourd, c'est le bruit des machines qui préparent les repas et surtout celui des 4.000 cochons dont je m'occupais. On recevait des porcelets pour l'engraissage, qui ont des cris très stridents et les cochons hurlaient quand ils entendaient qu'on préparait la nourriture", raconte le quinquagénaire."Travailler en porcherie, c'est entendre des cris et du bruit en permanence, huit heures par jour, sept jours sur sept. Je voudrais être reconnu en tant qu'être humain et que mon ancien employeur soit sanctionné car il ne m'a pas protégé du bruit", ajoute-t-il.

La société Pelizzari, de son côté, "conteste" être responsable du handicap de son ex-salarié, qui, selon elle, dit des "choses inexactes". "Sa surdité vient de son activité antérieure quand il était bûcheron à son compte et utilisait des machines bruyantes", a indiqué à l'AFP un responsable de l'entreprise savoyarde.

D'après le quotidien régional Le Progrès, l'Inspection du travail estime que l'ancien porcher travaillait dans des "conditions incompatibles avec la dignité humaine". Le requérant souffre également de "burn out" et ne sera pas présent à l'audience mercredi, contrairement à son épouse qui fera le déplacement.

Il sera défendu par la juriste de la Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés (Fnath) du Jura, Annick Ragueneau.

 

Source AFP

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.6
ciel dégagé
le 29/02 à 12h00
Vent
1.07 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
72 %