Jura : un ancien porcher accuse les cochons de l'avoir rendu sourd

Publié le 24/06/2013 - 11:31
Mis à jour le 24/06/2013 - 11:31

Un ancien employé de porcheries, âgé de 59 ans, réclamera mercredi 26 juin 2013 devant un tribunal de Lons-le-Saunier des indemnités de la part de son ancien employeur. Il affirme être devenu sourd du fait des cris des cochons sur son lieu de travail.

PUBLICITÉ

Serge Personeni, 59 ans, a travaillé dix ans dans trois porcheries de Franche-Comté. Sa surdité a été reconnue comme maladie professionnelle en 2012 et il a traduit son ancien employeur, les salaisons Pelizzari basées à Annecy, devant le Tribunal des affaires de Sécurité sociale (Tass) de Lons-le-Saunier pour « faute inexcusable ».

« Ce qui m’a rendu sourd, c’est le bruit des machines qui préparent les repas et surtout celui des 4.000 cochons dont je m’occupais. On recevait des porcelets pour l’engraissage, qui ont des cris très stridents et les cochons hurlaient quand ils entendaient qu’on préparait la nourriture », raconte le quinquagénaire. »Travailler en porcherie, c’est entendre des cris et du bruit en permanence, huit heures par jour, sept jours sur sept. Je voudrais être reconnu en tant qu’être humain et que mon ancien employeur soit sanctionné car il ne m’a pas protégé du bruit », ajoute-t-il.

La société Pelizzari, de son côté, « conteste » être responsable du handicap de son ex-salarié, qui, selon elle, dit des « choses inexactes ». « Sa surdité vient de son activité antérieure quand il était bûcheron à son compte et utilisait des machines bruyantes », a indiqué à l’AFP un responsable de l’entreprise savoyarde.

D’après le quotidien régional Le Progrès, l’Inspection du travail estime que l’ancien porcher travaillait dans des « conditions incompatibles avec la dignité humaine ». Le requérant souffre également de « burn out » et ne sera pas présent à l’audience mercredi, contrairement à son épouse qui fera le déplacement.

Il sera défendu par la juriste de la Fédération nationale des accidentés du travail et handicapés (Fnath) du Jura, Annick Ragueneau.

 

Source AFP

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Avocats, médecins et paramédicaux, pilotes, hôtesses et stewards... Après la RATP vendredi, des professions "qui n'ont pas l'habitude de manifester" descendent dans la rue ce lundi 16 septembre 2019 pour défendre leurs "régimes autonomes" de retraite contre le "système universel" voulu par l'exécutif. Une trentaine d'avocats bisontins sont montés à la capitale pour manifester...

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.05
partiellement nuageux
le 17/09 à 15h00
Vent
4.35 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
54 %

Sondage