Chronostar "Nous n'avons même pas à nous battre pour aller chercher les athlètes"

Publié le 15/06/2013 - 10:59
Mis à jour le 15/06/2013 - 11:15

Plus important rendez-vous de l’Est de la France derrière Nancy, le meeting Chronostar de Besançon a beau en être seulement à sa troisième édition, son plateau, avec notamment le champion olympique Renaud Lavillenie, éveillera les papilles samedi au stade Léo-Lagrange.

C’est le jour J !

PUBLICITÉ

Samedi, du côté du stade Léo-Lagrange, les paillettes seront de sortie. À la plus grande joie des amoureux (et même des curieux) de l’athlétisme. Le meeting Chronostar de Besançon, qui sort tout juste de la couveuse, a bien grandi et devrait attirer 3.000 personnes. Le Maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, qui entretient des relations privilégiées avec le président de la Fédération française Bernard Amsalem et le Bisontin de DTN Ghani Yalouz, a réussi son pari avec une réunion qui soulèvera encore l’enthousiasme, pour la troisième édition ce samedi, à partir de 17 h. 

Des « stars » de l’athlétisme 

Muriel Hurtis, Antoinette Nana Djimou, mais surtout Renard Lavillenie, le perchiste champion olympique…, le plateau bisontin, avec d’excellents Français et une présence internationale, sera royal.Viennent de s’ajouter Ladji Doucouré sur 110m haies et Teddy Tamgho au Triple saut. 

Le point avec Christian Houtmann, le président du DSA, le club bisontin organisateur.

 maCommune.info : Président, quelles sont les bases du succès pour votre meeting Chronostar, pourtant tout jeune ?

 Christian Houtmann : « C’est vrai que, là où l’on se rend compte que le meeting prend de l’ampleur, c’est que, cette année, nous n’avons même pas eu à nous battre pour aller chercher les athlètes. Ils se proposent tout seuls. Ça fait plaisir… »

La machine est-elle lancée ?

Oui, elle est lancée. Peut-être aussi parce que la date du meeting est bonne. En ce moment, il n’y a pas grand-chose, alors les athlètes viennent d’autant plus. Pour les internationaux, c’est une bonne chose. Christophe Lemaître, Christine Arron, Leslie Djhone, puis cette année Renaud Lavillenie ou également Muriel Hurtis, vous avez trouvé votre marque de fabrique…(Il sourit). Ce sont des négociations, oui, car ces athlètes ne viennent pas gratuitement. On a un budget, et il faut faire avec. Lavillenie sera là et il sautera.

Vous parliez du budget. Combien faut-il réunir pour organiser un tel meeting ?

Le budget est conséquent. Mais par rapport aux grands meetings, cela n’a rien à voir. On est sur un budget de 160 000€. 

« On est déjà à la limite »

Qu’est-ce qui coûte le plus cher ?

Le plateau, clairement. En fonction de la notoriété des athlètes ou des groupes d’entraînement. Mais il y a aussi l’accueil général qui fait que les gens reviennent. Les huit premiers sont quand même nourris, blanchis et logés. On va les chercher à Genève, on les ramène le lendemain. Ce n’est pas rien.

Y a-t-il une volonté d’aller encore plus loin, pour atteindre le rang Premium en meeting ?

Ça ne dépendra plus de nous. On a un gros partenariat privé, plus l’aide importante du Maire qui a réuni des entreprises. Nous, en tant que seul club DSA, nous ne sommes pas en mesure d’attirer toutes ces sociétés, à moins de payer une personne uniquement pour faire ça. Mais la chose n’est pas d’actualité, car le stade ne s’y prête déjà pas. Là, avec la tribune VIP, celle montée derrière la ligne droite du 100 m, on est déjà à la limite.

Le DSA peut-il escompter des retombées après un tel événement ?

On n’a pas le droit de faire de bénéfices, donc non. Après, sportivement honnêtement, cela n’a pas drainé davantage de licenciés. On ne sait pas, peut-être qu’avec la venue de Lavillenie, on aura plein de petits perchistes en septembre. Mais le premier but, c’est de faire venir le plus de monde possible. Ce qui devrait être le cas samedi.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités débarque avec une programmation éclectique…

Le festival Saônorités revient pour une nouvelle édition samedi 10 juin 2017 à l'Espace du marais à Saône. Huit concerts gratuits sont prévus avec les artistes et groupes : Ashtray, Lily Riposte,Alfred Massaï, Black Bottle, Hi Levelz, Gunwood, Opsa Dehëli, Sorg. Raphaël Lazzeroni, responsable et programmateur du festival Saônorités, dévoile les coulisses du festival. Interview.

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Réchauffement climatique : « Nous gagnerons 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle »

Le Franc-Comtois Frédéric Parrenin, glaciologue et paléoclimatologue rattaché à l’Université de Grenoble, animera deux conférences sur les dérèglements climatiques à Audincourt le 25 septembre et à Ornans, le 26 septembre 2015. Ses recherches ont fait l'objet d'un article dans le New-York Times. Il répond aux questions de macommune.info.

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Comment devient-on magicien ? Portait du Bisontin Filoo Justyn

Filoo Justyn est tombé dans la magie lorsqu'il avait… 34 ans ! Il nous parle de son parcours, de son intégration au cercle magique comtois, de sa spécialité le "Close Up"  et du 49e congrès français de l'illusion et championnat de France de Magie à Besançon du 1er au 4 octobre 2015…

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Thise : Une nouvelle oeuvre géante bientôt visible du ciel !

Franck Bonneau s'est lancé dans un nouveau projet de land art. Après les merveilles de Vauban et un globe terrestre, il réalise, depuis le mois de mars, une oeuvre géante reprenant un motif de l'album "Equinoxe" de Jean-Michel Jarre à l'aérodrome de Thise. L'inauguration est prévue le 20 juin. L'artiste répond aux questions de Macommune.info.

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Platex : « nous souhaitons vivement exporter aux Etats-Unis »

Du 12 au 15 mai 2015, l'entreprise franc-comtoise Platex participe au salon de décoration et de design Maison & Objets Americas à Miami (Etats-Unis). Occasion de découvrir cette entreprise des Fourgs dans le Haut-Dous qui cherche à se développer à l'international. Nous nous sommes entretenus avec Virginie Revelly, directrice commerciale de Platex. 

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Franck Dubosc : « Il n’y a plus de journalistes dans la salle maintenant. Je vais me lâcher ! »

Pour sa dernière tournée avec son spectacle "à l'état sauvage", Franck Dubosc a répondu à nos questions. L'humoriste qui se dit "plus corrosif, mais toujours gentil" sera à Micropolis ce jeudi 19 mars 2015. Il reste quelques places ne vente. Profitez-en car il l'a promis. Il va se lâcher à Besançon ! 

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Hors-clichés : un festival qui « dégenre »

Du 26 au 28 février, des films marquants, rarement (ou jamais) programmés à Besançon, seront présentés au petit Kursaal, au FJT des Oiseaux et au cinéma Victor Hugo, autour du "bien-vivre ensemble" et de la lutte contre les discriminations homosexuelles. Le collectif XYZ et l'association La Malle des Indes en sont à l'origine et nous en disent plus.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.32
ciel dégagé
le 15/09 à 21h00
Vent
0.95 m/s
Pression
1022.11 hPa
Humidité
80 %

Sondage