La grande mosquée de Paris menace de boycotter « l’instance de dialogue » avec l’islam

Publié le 25/11/2016 - 17:15
Mis à jour le 26/11/2016 - 08:05

La grande mosquée de Paris a menacé vendredi de boycotter la prochaine réunion de "l'instance de dialogue avec l'islam", en estimant que le gouvernement cherchait à "entériner" ses projets "dans la précipitation et la confusion". L'enjeu pour la GMP, qui revendique la tutelle de 250 des quelque 2.500 lieux de culte musulman en France, est sa place au sein de la fondation pour l'islam de France - présidée par l'ancien ministre Jean-Pierre Chevènement.

capture_decran_2016-11-25_a_17.13.57.jpg
Dalil Boubakeur ©
PUBLICITÉ

La fédération de la grande mosquée de Paris (GMP), acteur historique et incontournable de l’islam en France, « réserve formellement » sa décision quant à sa participation à la troisième instance de dialogue avec l’islam, qui doit avoir lieu le 12 décembre 2016 place Beauvau, indique-t-elle dans un communiqué. Cette « instance » a été lancée au printemps 2015 par le ministère de l’Intérieur pour élargir le cadre du dialogue avec la deuxième religion de France, actuellement représentée par des institutions en mal d’image et d’efficacité, notamment face aux lourds enjeux liés à la radicalisation.

Mais la GMP, dirigée par son recteur Dalil Boubakeur, estime que le gouvernement « cherche à entériner (ses) initiatives dans la précipitation et la confusion, sans une large et longue consultation consensuelle, comme ce fut le cas pour l’édification sereine du Conseil français du culte musulman (CFCM) », créé en 2003 après plus de trois ans de consultations.

  • Le ministère de l’Intérieur a indiqué que « les discussions se poursuivent avec la GMP, comme avec l’ensemble des autres fédérations de l’islam de France », sans autre commentaire sur la menace de boycott brandie par le recteur Boubakeur.

L’enjeu pour la GMP, qui revendique la tutelle de 250 des quelque 2.500 lieux de culte musulman en France, est sa place au sein de la fondation pour l’islam de France – présidée par l’ancien ministre Jean-Pierre Chevènement – et de l’association cultuelle en cours de création pour trouver de nouvelles sources de financement. « Nous ne voulons ni le contrôle ni la prépondérance, mais que notre fédération soit justement représentée », a indiqué un proche du recteur de la GMP. Dalil Boubakeur s’est déjà vu confier la présidence du « conseil d’orientation » chargé de repérer les projets – culturels et non cultuels – financés par la future fondation.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

Européennes :  Marie-Guite Dufay et 36 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté soutiennent Raphaël Glucksmann

37 conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté ont récemment signé une tribune dans le but de soutenir la liste "Envie d'Europe" de Raphaël Glucksmann. Parmi eux, la présidente de région Marie-Guite Dufay, mais aussi Patrick Ayache, Luc Bardi, Éric Houlley ou Loïc Niepceron.

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.72
couvert
le 21/05 à 21h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1018.6 hPa
Humidité
91 %

Sondage