La Poste lui refuse un timbre personnalisé de sa femme avec un verre

Publié le 18/04/2012 - 17:41
Mis à jour le 18/04/2012 - 17:41

Un habitant de Meurthe-et-Moselle qui avait commandé des timbres personnalisés à partir d'une photo sur laquelle apparaissait son épouse un verre à la main, a essuyé un refus de La Poste, selon qui la commande contreviendrait à la loi Evin.

il montre ses dents

"Je suis scandalisé, ce refus est parfaitement liberticide: je vais saisir le Défenseur des droits, je ne compte pas en rester là", a indiqué Didier Vincenot, 57 ans, qui ne désespère pas que l'entreprise publique revienne sur sa décision.

"Nous avions fêté notre trentième anniversaire de mariage avec mon épouse et des amis, et je voulais envoyer un carton de remerciement avec des timbres personnalisés à partir de photos de la soirée", a expliqué le client mécontent.

 "J'aimerais que La Poste m'explique comment elle peut savoir que le verre contient de l'alcool. Même s'il s'agit d'un verre à pied! Les citoyens sont confrontés au quotidien à des entraves à la liberté, c'est insupportable!", s'est emporté le quinquagénaire.

Selon lui, le timbre n'est pas à la vue du public, "si ce n'est celle du facteur". "Et il faudrait une loupe, voire un microscope pour distinguer le verre une fois la photo imprimée sur le timbre", a-t-il estimé.

Dans un communiqué, une porte-parole de l'entreprise publique a expliqué que "le visuel que fournit le client doit répondre à un certain nombre d'exigences qui figurent dans nos conditions générales de vente, notamment celle de ne pas contrevenir à la loi Evin".

"Par ailleurs, La Poste se réserve la possibilité de refuser des commandes qu'elle juge non-admissibles pour quelconque raison", a-t-elle ajouté.

 M. Vincenot, dont la commande refusée de 36 euros n'a pas été débitée, demande "la fourniture de (sa) commande", ainsi qu'un "geste commercial". "J'exprime un ras-le-bol citoyen", a-t-il estimé.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Besançon rend hommage aux harkis

L’hommage a été rendu samedi 25 septembre 2021 au parc des Glacis à Besançon dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux harkis et autres membre des formations supplétives. 

27 septembre 1944 : Étobon, massacre oublié de la Seconde Guerre mondiale

Il y a 77 ans, le 27 septembre 1944, 39 hommes, âgés de 17 à 58 ans,  ont été fusillés en Haute-Saône par les soldats de la Wehrmacht, qui entendaient ainsi se venger des attaques des Forces françaises de l’intérieur (FFI), dans les maquis alentours. Trois autres ont été exécutés un peu plus tard, et sept hommes sont morts en déportation.

Plan « 1 jeune 1 solution » : 100 à 150 emplois en CIE susceptibles d’être pourvus d’ici la fin de l’année dans le Doubs

La Préfecture du Doubs a invité 70 chefs d’entreprises ce 22 septembre 2021 afin de rappeler le dispositif "1 jeune 1 solution" dans le cadre du Plan France Relance (et PAQTE) et notamment des "contrats initiative emploi(CIE) qui leurs sont proposés.

Réduire ses déchets : et si on passait à l’action en Bourgogne Franche-Comté ?

PUBLI-INFO • La Bourgogne Franche-Comté regorge d’initiatives citoyennes inspirantes... C’est ce que révèle une web-série portée et conçue conjointement par sept structures locales* dont le SYBERT qui œuvrent pour la gestion des déchets. L’objectif de cette démarche est d’amener le public à se questionner sur ses pratiques et de proposer des solutions concrètes pour adopter des comportements plus vertueux.

Découvrez le nouveau projet des Vaites de la Ville de Besançon

La maire EELV de Besançon a présenté le nouveau projet des Vaites qui sera soumis au vote du conseil municipal le 30 septembre. Alors que le dossier suit son cours sur le plan judiciaire, la nouvelle version de l'écoquartier a été revue à la baisse avec près de 600 logements au lieu des 1.150 prévus, soit une emprise de 11,5 ha urbanisés contre 16,4 ha à l'origine du projet.

Agressions de soignants qui vaccinent : des maires de Bourgogne Franche-Comté signent une tribune dans Le Monde

Depuis l'ouverture de la vaccination au grand public en France, des agressions ont été signalées à l'encontre de médecins, pharmaciens et soignants dans plusieurs villes de l'Hexagone. Face à ces attaques, 466 maires, directeurs d'hôpitaux et professeurs de médecine, dont de Bourgogne Franche-Comté, ont signé une tribune parue dans Le Monde le 13 septembre dernier, appelant à "un sursaut républicain".
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.78
couvert
le 27/09 à 12h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
87 %

Sondage