La préfecture de Saône-et-Loire renonce à autoriser l'abattage de chiens errants

Publié le 19/04/2019 - 08:51
Mis à jour le 19/04/2019 - 08:51

Le préfet de Saône-et-Loire a abrogé son arrêté autorisant le tir à vue sur des chiens errants dans plusieurs communes, a-t-on appris ce jeudi 18 avril 2019 auprès de l'association de défense des animaux One Voice.

PUBLICITÉ

« Nous nous réjouissons de cette décision », a déclaré à l’AFP la présidente de l’association Muriel Arnal. « C’est une victoire pour les chiens des environs qui, avec ou sans famille et foyer, auraient pu se faire abattre sans justification », ajoute-t-elle dans un communiqué. L’association avait déposé un référé-suspension contre cet arrêté au tribunal administratif de Dijon, qui devait être examiné vendredi, devenant ainsi caduc.

Un arrêté autorisant le tir à vue pour les canidés en divagation

La préfecture de Saône-et-Loire avait pris le 26 mars un arrêté autorisant le tir à vue « pour procéder à l’abattage » d’animaux « de type canidé » divaguant sur la commune de Frontenaud et les communes avoisinantes.

Cette décision avait été prise après qu’un homme et son chien portant des traces de morsures avaient été découverts morts dans ladite commune. Cet arrêté considérait comme « vraisemblable, au vu des éléments au dossier, que leurs décès soient imputables à un animal ou plusieurs animaux de type canidé en état de divagation ». 

Le texte autorisant cet abattage à vue était « cruel et insensé », selon la présidente de One Voice, qui pointait du doigt le caractère hypothétique de ses conclusions. « Quelle efficacité aurait eu une mesure pareille ? C’était la porte ouverte à tous les abus », a-t-elle ajouté, évoquant aussi de possibles débordements envers des chiens domestiques.

Dans un courrier adressé mardi au tribunal administratif dont l’AFP a obtenu copie, le préfet déclare que « compte tenu de l’état d’avancement de l’enquête judiciaire », il a « décidé d’abroger la décision du 26 mars 2019 ».  « La décision incriminée n’a pas connu de début d’exécution », a-t-il ajouté dans cette même lettre.

Contactée, la préfecture n’a pas souhaité s’exprimer dans l’immédiat.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Retraites : les avocats et d’autres professions dans la rue

Avocats, médecins et paramédicaux, pilotes, hôtesses et stewards... Après la RATP vendredi, des professions "qui n'ont pas l'habitude de manifester" descendent dans la rue ce lundi 16 septembre 2019 pour défendre leurs "régimes autonomes" de retraite contre le "système universel" voulu par l'exécutif. Une trentaine d'avocats bisontins sont montés à la capitale pour manifester...

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 26.78
ciel dégagé
le 16/09 à 15h00
Vent
3.67 m/s
Pression
1018.46 hPa
Humidité
32 %

Sondage