L'architecte bisontin Michel Demenge nous a quittés

Publié le 10/12/2021 - 16:30
Mis à jour le 10/12/2021 - 17:42

Architecte à l’origine de plusieurs bâtiments tels que le Centre Saint-Pierre, l’ancien office de tourisme et le conseil départemental du Doubs à Besançon, Michel Demenge est décédé lundi 6 décembre à l’âge de 91 ans.

Michel Demenge était un pur Bisontin né dans cette ville qu'il a toujours adorée, le 29 juin 1930. Son papa Raoul et sa maman Marie-Jeanne ont créé la miroiterie Demenge à Thise, puis la galerie de tableaux Grande Rue à Besançon.

Le 10 août 1962, il a épousé Yutta Yahns, d'origine berlinoise, décédée en 2010, avec qui il a eu deux enfants, Béatrice née en 1963 et Mikaël, né en 1971. Ses deux enfants lui donnèrent quatre petits enfants : Marie, Lou, Hadrien et Olivier.

Michel Demenge décroche son diplôme d'architecte Diplôme d'architecte diplômé par le gouvernement (DPLG) en 1965, le jour où son papa Raoul décéda accidentellement d’un accident de voiture à l’âge de 60 ans … beaucoup trop tôt pour Michel. Ce fut un énorme chagrin pour lui, dont il évoquait encore souvent récemment le souvenir.

Il s’installa comme architecte en 1966, au-dessus de la galerie de sa maman puis au 1 rue Lecourbe, quartier dans lequel il habitait depuis 45 ans et dont il était une figure bien connue.

Après 5 ans à l’école des Beaux-arts de Besançon, il poursuivit sa formation à l’école des Beaux-arts de Paris pendant laquelle il aura travaillé dans l’atelier de Charles Le Maresquier, et croisé quelques grands noms de l'architecture du xxe siècle, ici à l’occasion d’un stage chez Le Corbusier et là lors une rencontre avec le grand Mies van der Rohe, rendu possible par son épouse lors d'un séjour à Berlin en 1965.

C'est encore en jeune architecte qu'il se voit attribuer un projet qui marquera sa carrière à Besançon. Le projet en question est le nouvel office de tourisme du parc Micaud. Fait de verre et d'aluminium, sur une structure métallique, l'édifice, créé en 1969, est aujourd'hui classé comme bâtiment du patrimoine du xxe siècle.

Il est aujourd'hui occupé par le restaurant Le Parc, un lieu dans lequel mon papa se retrouvait dans son élément.

On lui doit aussi d'autres projets marquants de la ville : le Centre Saint-Pierre en 1977, l'aménagement de la place Pasteur en 1975, l'Espace Théâtre de Planoise en 1981 ou encore le conseil départemental du côté de la Gare d'eau en 1982, ainsi que plusieurs projets de logements à Planoise. Détail moins connu, il avait participé en 1983 au concours d'architecture pour la création de l'Opéra Bastille.

Michel laisse derrière lui des œuvres intemporelles qui continueront à marquer le paysage bisontin. Son âme imprègnera à jamais les lieux, bâtiments et édifices pensés et créés par lui.

Il fut aussi durant 30 ans professeur à l'École des Beaux-Arts de Besançon dans la section d’architecture formant des "Collaborateurs d’architectes".

Il avait pris sa retraite en 1998 au cours de laquelle il s’était développé pleinement et harmonieusement.

Dans le cadre de son métier d’architecte, Michel Demenge a été président du Conseil régional de l'ordre des architectes de Franche-Comté de 1986 à 1990, vice-président du Conseil d'architecture d'urbanisme et de l'environnement (CAUE) du Doubs en 1979, architecte consultant à la DDE de 1979 à 1986 et expert auprès des tribunaux de la Cour d’appel de Besançon.

Il a également été président des Amis du musée des Beaux-Arts et d'Archéologie de Besançon en 2002 et 2003.

C’était un mélomane aguerri et il était fidèle au Festival international de musique Besançon et membre de l’association du Festival durant de nombreuses années. Il jouait lui-même du violoncelle étant jeune.

C’était également un ancien membre de la Jeune Chambre économique de Besançon 1967/1968.

Michel aimait profondément les gens, Michel aimait profondément la vie et Michel aimait profondément sa ville.

Repose en paix.

Nos condoléances.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Canicule : les déchetteries du Sybert adaptent leurs horaires d’ouverture

Les épisodes de fortes chaleurs se multiplient. Pour le confort des usagers et la sécurité de son personnel, le Sybert informe qu'il adaptera les horaires d’ouverture des déchetteries en fonction des alertes Météo France liées aux épisodes caniculaires. Ce sera la cas ce mercredi 3 et jeudi 4 août 2022. 

Don du sang : l’EFS appelle la population à se mobiliser, une « urgence vitale »

L’EFS publie pour la seconde fois de son histoire, et ce à moins de 6 mois d’intervalle, un bulletin d’urgence vitale. Le niveau des réserves de sang de la France est historiquement bas, une situation critique qui pourrait se révéler dangereuse à court terme pour soigner les patients, selon un communiqué fin juin dernier.

Dernière ligne droite du programme « Plantons des haies ! » en Bourgogne Franche-Comté 

"Plantons des haies !", programme du plan France Relance engagé par l’État, entre dans sa dernière ligne droite cet été 2022. Ce programme du gouvernement soutient financièrement et administrativement les plantations en terres agricoles depuis juillet 2021. Les structures d’appui retenues pour faire partie du programme accompagnent techniquement les bénéficiaires dans la plantation des haies et d’arbres en intraparcellaires.

Bouchons sur l’autoroute des vacances : comment occuper les enfants dans la voiture ?

Bison Futé annoncé un samedi 30 juillet « noir » sur les routes en raison du fameux chassé-croisé entre les juilletistes et les aoûtiens. Il va falloir s’armer de patience dans les bouchons, ce qui n’est loin d’être facile… surtout quand on a des enfants à l’arrière impatients. Voici quelques conseils pour les occuper.

Protoxyde d’azote à Besançon : près de 1.500 cartouches retrouvées sur la voie publique en 7 mois 

Le protoxyde d’azote, mieux connu sous les noms de « gaz hilarant », « proto » ou « ballon », est de plus en plus consommé par les jeunes affirme la Ville de Besançon dans un communiqué ce jeudi. Entre janvier et juillet 2022, 1.460 cartouches ont été collectées par les services de nettoyage.

Besançon : souffrant d’un cancer, un artiste intermittent du spectacle se retrouve dans une faille juridique, sans aucun revenu

Stéphane M., un Bisontin de 47 ans, père de famille, artiste musicien au régime de l’intermittence du spectacle, vit depuis le mois d’avril dernier avec 0€ de revenu. En octobre 2021, les médecins lui diagnostiquent un cancer ce qui l’empêche d’exercer sa profession. Suite aux mesures sanitaires contre la Covid-19, une faille juridique ne lui permet plus de bénéficier d’indemnité. Nous l’avons rencontré dans sa chambre d’hôpital à Besançon mardi 26 juillet.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.7
légère pluie
le 14/08 à 21h00
Vent
0.85 m/s
Pression
1008 hPa
Humidité
93 %

Sondage