Le Dr Péchier ne pourra pas retravailler

Publié le 23/05/2018 - 13:19
Mis à jour le 23/05/2018 - 16:00

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon a maintenu mercredi 23 mai 2018 le contrôle judiciaire d'un médecin anesthésiste, mis en examen en mai 2017 pour sept empoisonnements de patients, dont deux mortels, a indiqué l'un de ses avocats.

capture_decran_2017-03-29_a_13.02.29.jpg
capture_decran_2017-03-29_a_13.02.29.jpg
PUBLICITÉ

Les avocats du docteur Frédéric Péchier, 46 ans, avaient demandé début mai l’allègement de son contrôle judiciaire pour lui permettre d’« exercer en qualité de consultant en anesthésie », a expliqué Me Ornella Spatafora. Leur client réclamait l’autorisation de pratiquer des consultations dans des établissements hospitaliers hors du département du Doubs, sans accès aux blocs opératoires et aux produits présentant un danger pour les patients.

Les avocats de l’anesthésiste, Mes Randall Schwerdorffer et Ornella Spatafora, avaient souligné « la situation financière extrêmement compliquée » de leur client, « sans revenus depuis 15 mois, alors qu’in fine il pourrait bénéficier d’un non-lieu ».

Soupçonné d’avoir empoisonné sept patients de 37 à 53 ans

Le praticien, qui clame son innocence depuis sa mise en examen, est soupçonné d’avoir empoisonné sept patients âgés de 37 à 53 ans, entre 2008 et  2017, lors d’opérations sans difficultés particulières dans deux cliniques privées de Besançon.

Selon les investigations de la police judiciaire, des doses létales de potassium et d’anesthésiques locaux avaient été volontairement administrées aux patients, provoquant des arrêts cardiaques. Cinq avaient pu être ranimés, mais deux sont décédés.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la  défense réfute

Empoisonnements à Besançon : une ex-collègue soupçonne l’anesthésiste, la défense réfute

Une ex-collègue de Frédéric Péchier, l'anesthésiste de Besançon mis en examen pour 24 empoisonnements présumés, le soupçonne d'avoir voulu l'empoisonner lors d'une opération, ce que réfute catégoriquement la défense, a-t-on appris ce vendredi 24 mai 2019 auprès des avocats des deux parties.

Dans la catégorie

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.98
ciel dégagé
le 16/09 à 0h00
Vent
1.02 m/s
Pression
1022.43 hPa
Humidité
87 %

Sondage