Affaire Péchier : le procureur répond aux avocats de l'anesthésiste

Publié le 06/10/2021 - 16:08
Mis à jour le 07/10/2021 - 09:26

Suite à l'annonce de la tentative de suicide du Dr Frédéric Péchier, l'anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dans le cadre de ses fonctions, le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 6 octobre pour répondre aux avocats.

L'anesthésiste s'est défenestré dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 de la maison de ses parents où il réside à Poitiers. Fortement alcoolisé, il a fait une chute de 3,75 mètres. Il a déclaré à sa maman présente sur les lieux "Je n'en peux plus" et s'est lancé en arrière dans le vide, rapporte le procureur de la République. Polytraumatisé, le pronostic vital du Dr Péchier n'est plus engagé.

Ses avocats avaient expliqué ce mardi qu'il était à bout face à la lenteur de la justice. "Cela fait 30 mois qu'il n'a pas été entendu par la justice", a déclaré l'un de ses avocats Me Béthune de Moro, selon qui "l'enquête n'a pas beaucoup changé, hormis quelques expertises psychiatriques", contestées par le parquet de Besançon.

Le procureur a déclaré ce mercredi en conférence de presse : "Je ne peux pas laisser dire ça sans réagir" en rappelant les étapes de l'enquête. "Ce dossier est d'une telle complexité et d'une telle singularité que le temps judiciaire ne peut pas avancer plus rapidement." Par ailleurs, les avocats du médecin ont formulé de nombreux recours, a-t-il rappelé.

Le parquet a requis une nouvelle information judiciaire le 9 septembre 2020 suite à un 25e cas "hautement suspect" suite à l’exhumation d’un corps.

Les experts livreront prochainement une contre-expertise qui sera déterminante pour interroger le Dr Péchier. Si pour certains dossiers, les experts considèrent qu’ils ne disposent pas d’assez d’éléments pour présumer d’un empoisonnement, un non-lieu, à terme, interviendra. 

"La partie civile et les proches de Monsieur Péchier doivent être patients" a indiqué Etienne Manteaux en conclusion et d'ajouter : "je veux être clair, si Monsieur Péchier devait être diminué, quoi qu'il advienne, les investigations judiciaires se poursuivront, j'en prends l'engagement devant vous aujourd'hui."

"Je veux que cette vie s'arrête, je veux mourir innocent"

La procédure judiciaire à l'encontre de Frédéric Péchier a débuté il y a 4 ans. Il est actuellement sous contrôle judiciaire et sous une interdiction d'exercer sa profession. Il n'a également plus le droit de résider à Besançon.

Une enquête est ouverte suite à sa tentative de suicide. La maman du médecin a remis un message aux enquêteurs dans lequel il écrit : "Je veux que cette vie s'arrête, je veux mourir innocent."

Le Dr Péchier, 49 ans, a été mis en examen pour un total de 24 empoisonnements de patients entre 2008 et fin 2016, dont neuf sont décédés. Il est soupçonné d'avoir pollué les poches de perfusion de ses patients, âgés de 4 à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur et discréditer des collègues de cliniques de Besançon avec lesquels il était en conflit.

Propos recueillis par Hélène Loget.

Retrouvez la conférence de presse du procureur en intégralité ci-dessous :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D'après les conclusions d'un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d'avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas "les traits d'un tueur en série" dans sa personnalité.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Faits Divers

Rupture de canalisation : une partie du boulevard Churchill sera fermée plusieurs jours

MISE A JOUR • Une canalisation a cédé à la mi journée dans le quartier de Montrapon sur le boulevard Churchill dans le secteur de l'Intermarché, rue de l'épitaphe à Besançon. La route a été totalement inondée. La circulation est fermée sur le boulevard uniquement dans sens montant en direction de Palente entre le rond point de la piscine Mallarmé et l'avenue de Montrapon. Des déviations sont en place.

Un caporal du 35e régiment d’infanterie en garde à vue pour détention d’armes et de propagande néonazie

Plus d’une centaine d’armes, des munitions et "des objets avec des croix gammées" ont été découverts le week-end dernier dans l’Eure, au cours d’une perquisition menée par les services douaniers, a indiqué mardi le parquet d’Évreux. Un caporal du 35e régiment d’infanterie est en garde à vue.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.28
légères chutes de neige
le 28/11 à 18h00
Vent
2.44 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
99 %

Sondage