Affaire Péchier : la Cour d'appel de Besançon confirme la mise en examen pour 24 cas d'empoisonnement

Publié le 30/03/2022 - 17:59
Mis à jour le 30/03/2022 - 17:58

Les avocats du médecin anesthésiste souhaitaient que la justice écarte trois des 24 cas d’empoisonnement présumés survenus à la polyclinique de Franche-Comté entre 2008 et 2016. La requête a été rejetée ce mercredi 30 mars 2022 par la Cour d’appel.

(archives 2017) © d poirier ©
(archives 2017) © d poirier ©

Frédéric Péchier reste mis en examen pour l'ensemble des 24 cas d'empoisonnement ayant provoqué des arrêts cardiaques.

Le 9 février dernier, sa défense demandait à la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Besançon l'annulation de sa mise en examen pour trois cas suspects survenus à la Polyclinique. Me Randall Schwerdorffer s'était notamment appuyé sur la dernière contre-expertise versée au dossier permettant de dire que, "scientifiquement parlant", il n'y avait "pas d'élément de preuves allant dans le sens d'empoisonnements pour ces trois cas", L'avocat avait souligné que son client "n'était pas physiquement présent à la clinique" lors de la survenue de deux cas.

Frédéric Péchier, 49 ans, est soupçonné d'avoir pollué les poches de perfusion de ces patients, âgés de quatre à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur, mais aussi discréditer des collègues avec lesquels il était en conflit.

Le Dr Péchier était absent vendredi en raison de son état de santé : placé sous contrôle judiciaire dans la Vienne, il est récemment sorti de l'hôpital après une tentative de suicide. Mis en examen pour 24 empoisonnements présumés de patients entre 2008 et 2016, Frédéric Péchier est soupçonné d'avoir pollué les poches de perfusion de ces patients, âgés de quatre à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur, mais aussi discréditer des collègues avec lesquels il était en conflit.

Le médecin n'a cessé depuis le début de l'affaire de clamer son innocence. Interdit d'exercer, Fréderic Péchier avait tenté de mettre fin à ses jours dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Affaire Péchier : l’anesthésiste conteste sa mise en examen dans trois cas supposés d’empoisonnement

Les avocats de Frédéric Péchier, médecin-anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels mais qui clame son innocence, ont contesté le 9 février dernier à Besançon sa mise en examen dans trois cas. La justice rend sa décision ce mercredi 30 mars 2022.

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas “les traits d’un tueur en série” selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

Tag de “L’Origine du monde” de Gustave Courbet : l’organisatrice de l’action mise en examen…

La performeuse franco-luxembourgeoise Deborah de Robertis, qui avait revendiqué être à l’origine d’une action début mai au Centre Pompidou-Metz où cinq œuvres, dont le tableau "L’origine du monde" de Courbet, ont été taguées et une autre dérobée, a été mise en examen, a-t-on appris lundi 3 juin 2024 auprès du parquet de Metz.

Éclatements de pneus Goodyear : de nombreuses données informatiques saisies lors des perquisitions

"De nombreuses données informatiques" ont été saisies lors de perquisitions menées chez le géant américain du pneumatique Goodyear, "qui vont pouvoir être exploitées par les enquêteurs", a déclaré jeudi 16 mai 2024 le procureur de la République de Besançon, après l'éclatement de pneus de camions à l'origine d'accidents mortels.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 14.79
pluie modérée
le 21/06 à 3h00
Vent
3.31 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
95 %