Affaire Péchier : sa caisse de prévoyance lui réclame le remboursement de 500.000 euros

Publié le 28/07/2020 - 14:11
Mis à jour le 28/07/2020 - 14:11

La caisse de prévoyance du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, lui réclame le remboursement de 500.000 euros d’arrêts maladie qu’elle estime indûment versés, a-t-on appris mardi 28 juillet 2020 auprès de son avocat.

Dr Péchier, le 29 mars 2019  © maCommune.info
Dr Péchier, le 29 mars 2019 © maCommune.info

Depuis sa mise en examen et son placement sous contrôle judiciaire en 2017, le médecin est en arrêt maladie et, à ce titre, sa caisse de prévoyance lui a versé 500.000 euros, a indiqué à l'AFP l'un de ses avocats, Me Lionel Béthune de Moro, confirmant une information du Parisien. Mais la caisse de prévoyance, spécialisée dans le domaine médical, a décidé d'assigner M. Péchier au civil, devant le tribunal judiciaire de Poitiers où l'anesthésiste réside désormais.

"Elle demande le remboursement intégral de la somme, estimant qu'elle a payé à tort depuis trois ans et qu'elle n'aurait pas dû verser cet argent" au motif qu'il a "une interdiction judiciaire de travailler", a précisé l'avocat. Pourtant, selon le conseil, "la caisse de prévoyance a été avisée de la procédure judiciaire dès le départ et elle ne saurait nier avoir été au courant". "Ce médecin, comme tous, a une assurance prévoyance dans le cas où il n'a plus de revenus car il est empêché de travailler", note Me Béthune de Moro. Or, "le Dr Péchier ne travaille pas pour une cause judiciaire, mais aussi médicale", ajoute-t-il, assurant que "l'assurance maladie n'a jamais contesté son arrêt maladie prolongé pour retentissement psychologique".

"J'aimerais savoir dans quelles conditions M. Péchier s'est vu déclarer inapte par un médecin alors qu'il a demandé à plusieurs reprises à pouvoir retravailler", s'interroge pour sa part Me Frédéric Berna, avocat de plusieurs familles de victimes.

Au plus fort de l'épidémie de coronavirus, l'anesthésiste avait demandé le droit d'exercer en tant que régulateur téléphonique, "pour prendre sa part à l'effort de guerre", selon son avocat. Cette demande avait été rejetée par la juge d'instruction.

Pour rappel...

Le Dr Péchier a été mis en examen pour 24 empoisonnements de patients suivis par ses collègues entre 2008 et fin 2016, dont neuf sont décédés. Il est soupçonné d'avoir pollué les poches de perfusion de ces patients, âgés de 4 à 80 ans, pour provoquer des arrêts cardiaques puis démontrer ses talents de réanimateur et discréditer des collègues des cliniques de Besançon avec lesquels il était en conflit. L'anesthésiste a été maintenu en liberté sous contrôle judiciaire, avec obligation de quitter Besançon et interdiction d'exercer.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

anesthésiste empoisonnement

Tentative de suicide de Frédéric Péchier, l’anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements

Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements dont neuf mortels, « a tenté de mettre fin à ses jours » dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre 2021 ont annoncé ce mardi 5 octobre ses avocats, selon qui « son état est critique » et son « pronostic réservé« .

Affaire Péchier : l’anesthésiste n’a pas « les traits d’un tueur en série » selon une contre-expertise psychiatrique

D’après les conclusions d’un rapport confidentiel publiées par le Journal du Dimanche le 11 avril 2021, la contre-expertise psychiatrique de Frédéric Péchier, anesthésiste soupçonné d’avoir empoisonné volontairement 24 patients à Besançon entre 2008 et 2017, ne révèle pas « les traits d’un tueur en série » dans sa personnalité.

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Suisse : trois motards des Bandidos incarcérés

Un tribunal suisse a envoyé ce jeudi 30 juin 2022 en prison trois membres de la bande de motards des Bandidos pour des faits survenus lors d'un violent affrontement les opposant aux Hells Angels et leurs alliés les Broncos.
 

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 31.54
ciel dégagé
le 13/08 à 15h00
Vent
3.49 m/s
Pression
1011 hPa
Humidité
22 %

Sondage