Le Point pointe les sujets qui fâchent à Besançon

Publié le 07/03/2013 - 16:58
Mis à jour le 08/03/2013 - 08:41

De grandes affiches se sont invitées devant les bureaux de tabac de la capitale comtoise. Une édition « spéciale Besançon » du numéro du 7 mars 2013 de l’hebdomadaire Le Point pointe du doigt, en un dossier de 20 pages signé de la journaliste bisontine Monique Clémens et coordonné par Valérie Peiffer, les « sujets qui fâchent ». Il y est question bien évidemment du tramway… mais pas seulement. 

Dossier spécial

Impossible d’y couper. Dans les sujets qui fâchent à Besançon analysés par Le Point arrive en tête "les péripéties" du tram. L’occasion pour Jean-Louis Fousseret de rappeler qu’il "n’a jamais douté, malgré les critiques et les embûches" et qu’on lui demande désormais quand il va faire la seconde ligne. L’occasion aussi d’évoquer l’étude de la CCIT du Doubs sur la perte d’emplois occasionnée par les travaux du tram, la grogne des commerçants et le bras de fer qui oppose la Ville et l’agglomération à certains propriétaires de terrains expropriés pour le tracé du tram et plus largement la réhabilitation du quartier des Vaîtes.

Pré-campagne ?

Au sommaire également Dijon la rivale, l’attente des salariés de la Papeterie de Novillars qui ne savent toujours pas si celle-ci va ou non redémarrer, la suppression par le Conseil régional de Franche-Comté des aides à la production cinématographique, les premiers frémissements de la prochaine élection municipale, l’affaire des euthanasies au CHU. Et une interview du maire de Besançon qui dresse le bilan de ses deux mandats et évoque ses projets pour la ville. Une pré-campagne ? 

Adresses gourmandes 

Dernière page du magazine, Gilles Pudlowski profite de ce dossier Besançon pour consacrer sa rubrique "Le carnet gourmand" à la capitale comtoise avec quelques adresses choisies : Le Manège, La Cuisine du marché Beaux-Arts et l’Auberge de la Malate, côté restaurants, la boutique de produits comtois Doubs Direct et le nouvel hôtel de charme Le Sauvage. Là on n’est plus dans les sujets qui fâchent… ou alors seulement des concurrents jaloux de ne pas avoir été cités.

En pratique :

  • Le Point, n°2112 du jeudi 7 mars 2013. En vente en kiosque 4 euros.
  • Hormis quelques brèves, le contenu de ce dossier est en ligne sur le site du Point, ci-dessous.  
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.08
peu nuageux
le 29/02 à 18h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
84 %