Législatives à Besançon : Emmanuel Dumont conteste le rôle de Nicolas Bodin

Publié le 18/11/2011 - 14:24
Mis à jour le 18/11/2011 - 18:17

Réservé à un candidat écologiste dans l’accord signé entre le PS et EELV, la deuxième circonscription de Besançon, convoitée par Jean-Fousseret, fait l’objet d’un sérieux contentieux au sein même du parti socialiste du Doubs. 

ambiance

Alors que Jean-Louis Fousseret a réclamé une mise à plat du dossier devant les militants, le patron départemental du PS, Nicolas Bodin, a fait savoir qu’il n’était pas question d’organiser une réunion extraordinaire. Se présentant comme « un préfet » chargé d’appliquer les décisions nationales, Nicolas Bodin s’est fait rappeler à l’ordre par Emmanuel Dumont, adjoint au maire de Besançon, dans un courrier.

« Nous n’avons visiblement pas la même conception du rôle de premier secrétaire fédéral. Celui-ci n’est en rien comparable à un préfet, puisque le représentant de l’Etat en région n’est pas élu par la base, au contraire de toi, cher Nicolas, qui tire ta légitimité de la seule volonté des militants socialistes du Doubs, qui t’ont porté à leur tête pour les représenter et défendre leurs intérêts auprès des instances nationales de notre parti.

A ce titre, au lieu d’expliquer que du dois faire respecter les décisions nationales contre l’avis des militants, je souhaiterais que tu expliques à ceux qui t’ont élu quelle fut ta position durant les semaines de négociations avec nos partenaires, et de quelle manière tu as défendu leur position démocratiquement exprimée, puisque nous t’avions mandaté pour le faire. Qui as-tu rencontré ? Quels rendez-vous as-tu pris auprès des responsables nationaux ? », écrit Emmanuel Dumont, lui-même irrité par l’accord national qui a bloqué la circonscription de Planoise au profit d’une femme alors qu’il voulait se positionner. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

IVG dans la Constitution : qu’ont voté les élu(e)s en Franche-Comté ?

Sénatrices, sénateurs et député(e)s de France se sont réunis lundi 4 mars 2024 en Congrès au château de Versailles pour débattre et soumettre au vote l'inscription de l'Interruption volontaire de grossesse (IVG) dans la Constitution. Voici ce qu'ont voté les élu(e)s du Doubs, du Jura, de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort.

Historique : la France, premier pays au monde à inscrire l’IVG dans sa Constitution

Suite au vote des sénateurs, sénatrices et député(e)s réunis en Congrès à Versailles ce lundi 4 mars dont une grande majorité a voté pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution, une cérémonie de scellement se tiendra vendredi 8 mars à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

L’inscription de l’IVG dans la Constitution française sera-t-elle votée par le Sénat ?

Le Sénat se prononcera mercredi 28 février 2024 après-midi sur l'inscription de l'IVG dans la Constitution, un vote rendu très incertain par les réticences de la droite et qui pourrait bouleverser le calendrier parlementaire de la réforme. C'est l'étape la plus périlleuse de la révision constitutionnelle promise par le président de la République, Emmanuel Macron : l'exécutif ne pourra la faire aboutir sans un vote majoritaire des 348 parlementaires du Palais du Luxembourg.

Hommage aux Manouchian à Besançon : une ”instrumentalisation” du Parti communiste selon Besançon maintenant

Une cérémonie en hommage aux résistants du groupe Manouchian s’est tenue place du 8 Septembre à Besançon, organisée par le Parti communiste français et la Ville de Besançon. Pour Ludovic Fagaut (LR), chef du groupe Besançon maintenant au conseil municipal, parle d’une ”instrumentalisation à des fins partisanes”.

À Besançon, une centaine de personnes rassemblées en hommage au groupe Manouchian

Alors que le couple de résistants communistes, Missak et Mélinée Manouchian étaient panthéonisés lors d’une cérémonie d’hommage national à Paris mercredi 21 février, en même temps à Besançon, une cérémonie s’est  tenue place du 8 Septembre en présence d’une centaine de personnes.

Visas, pesticides, simplification : Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le Salon

Un mois après le début d'un mouvement d'exaspération des paysans, Gabriel Attal a placé mercredi 21 février 2024 l'agriculture "au rang des intérêts fondamentaux" du pays, récapitulant les engagements déjà pris par le gouvernement et annonçant quelques nouvelles mesures sur les saisonniers étrangers, les pesticides et la rémunération.

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.81
légère pluie
le 05/03 à 6h00
Vent
3.58 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
93 %